Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 avril 2015 5 10 /04 /avril /2015 16:36

Deuxième partie jouée chez Bertrand, on prend les mêmes et on recommence.

Encore une partie perdue pour moi qui jouais Macédonien (époque Philippe et Alexandre du début) contre Bertrand qui jouait ses furieux Arabes des conquêtes.

Nous allons voir en quelques photos un cas typique de défaite, proche de la partie précédente.

A De Bellis Multitudinis, et comme dans les batailles réelles que les parties essaient de représenter, il y a plusieurs moyens de remporter la victoire.

Voyons-en trois.

Deux phalanges hoplitiques grecques s'affrontent.

Deux phalanges hoplitiques grecques s'affrontent.

Premier cas, le combat face à face, et si j'ose dire, d'égal à égal, d'infanterie lourde. Typiquement, le genre de combat classique entre Grecs à partir de la période des hoplites, ou entre Romains et Italiens, en rangs serrés. On se fait face, on se pousse du bouclier, on se lance des coups de lance ou de gladius dans les dents, jusqu'à ce que l'un des deux côtés prennent le dessus, physiquement et moralement, et que l'autre ne prenne ses jambes à son coup, lâchant armes et camarades pour se sauver au plus vite.

Cette configuration est très bien rendue à DBM, mais un peu ennuyeuse puisqu'on s'en remet beaucoup aux dés et que cela peut durer un certain temps. Généralement, la victoire dans ce genre d'affrontement se joue sur les marges, dans le bois qui flanque la mêlée, où les tirailleurs de chaque camp s'écharpent pour prendre le dessus, contrôler le bois, et ainsi retomber sur le flanc de la phalange adverse, en lisière.

A Crécy, les chevaliers de France et ceux d'Angleterre se font face...

A Crécy, les chevaliers de France et ceux d'Angleterre se font face...

Deuxième cas de figure, le combat se déroule par vagues successives d'assaut. A Crécy, où les chevaliers français ont combattu sans grand sens tactique mais néanmoins bravement, ont eu lieu plusieurs vagues de charge de la chevalerie française sur les lignes anglaises. Cela n'a pas porté beaucoup de fruit, ou bien si, mais pour les Anglais.

C'est un mode d'attaque parfaitement envisageable à DBM, où l'on disposera les corps de bataille en ligne les uns derrière les autres. Celui de devant lancera son attaque... Et s'il rompt, il reculera en désordre, ou finira de se faire massacrer, ce qui aura pour effet de désorganiser le corps de bataille adverse qui vient de vaincre, sur lequel on lancera une deuxième vague d'assaut. Il paraît que l'on peut gagner de cette manière, avec certaines armées nombreuses, de hordes ou de bandes guerrières, ou bien avec des assauts ciblés de chevaliers comme à Crécy.

Je n'ai jamais fait une telle chose, ni même vu, mais c'est théoriquement jouable. Le plus gros problème à ce plan vient de risque de voir l'adversaire entreprendre les corps de bataille de deuxième ou troisième vague, avec ses troupes non engagées à lui, empêchant de multiplier les assaut sur un seul et même point

Bref !

Des éléphants culbutent un corps de cavalerie à Zama, bataille décisive entre Rome et Carthage.

Des éléphants culbutent un corps de cavalerie à Zama, bataille décisive entre Rome et Carthage.

Le troisième cas de figure est celui de l'aile forte et de l'aile faible.

Typiquement, une armée qui fonctionne sur ce principe est doté d'un corps central, souvent d'infanterie lourde ou moyenne, d'un corps de cavalerie lourde qui aura le rôle de l'aile forte, et un corps de cavalerie légère qui aura le rôle de l'aile faible.

Le corps central engage le combat, à la manière du premier cas de figure, et l'aile forte fait son possible pour enfoncer le corps adverse opposé, afin d'apporter son soutient au corps central et lui faire emporter le combat. Pendant ce temps, l'aile faible échappe du mieux qu'elle peut au combat, ou procède à du harcèlement sans trop prendre de risque, ou d'empêchement de manœuvre du corps adverse opposé.

Si les deux joueurs jouent ainsi, s'engage parfois un jeu de chat et de souris en miroir, aile forte contre aile faible d'un côté, aile faible échappant à aile forte de l'autre.

Maintenant, regardons la partie avec Bertrand dont je vous parlais, dans laquelle ce bon vieux renard nous a sorti ce dernier schéma de derrière les fagots, mais néanmoins de façon remarquable.

Déploiement.

Déploiement.

Je suis en bas. Je savais que je jouerai contre l'infanterie arabe montée de Bertrand, maniaque du meurtre, du viol et du pillage, à savoir des Wardands Supérieurs. J'ai donc procédé à un déploiement en deux lignes (voir le deuxième cas de figure énoncé précédemment), afin d'encaisser une partie de l'attaque avec mon infanterie lourde (hoplite) et moyenne (auxiliaire), et de monter à l'assaut avec ma cavalerie cachée derrière sur les Warbands Supérieurs quand ces dingos auront troué mon infanterie.

à ma droite, de quoi refuser mon flanc à la cavalerie, avec des piquiers (phalange macédonienne) et des cavaliers.

Bertrand, lui, a massé son infanterie lourde face à ma double ligne. Au milieu de son déploiement, en colonne, sa cavalerie. En haut à droite sur la photo, trois malheureux cavaliers légers... Qui seront fort utiles zallez voir !

Premiers déplacements... Déjà du changement !

Premiers déplacements... Déjà du changement !

Mais Bertrand, qui ne manque jamais d'inventivité, et qui pour le coup ne manquait pas non plus de points de commandement, opère une manœuvre rapide et radicale : ses sanguinaires Wb(S) virent sur leur gauche, droit vers mes hoplites, et sa cavalerie rebique à l'opposé, vers ma gauche !

Il jette sa cavalerie légère face à mon flanc droit, qui se retrouve sans troupe (ou presque) face à lui.

En réaction, je déploie une partie de ma cavalerie en deuxième ligne pour faire face à la sienne qui jaillit de là où on ne l'attendait pas.

Mouvements suivants.

Mouvements suivants.

Du côté de Bertrand, en haut, on se retrouve donc avec :

  • à gauche, une aile forte de cavalerie ;
  • au centre, de l'infanterie lourde qui sera appuyée dans son effort par l'aile forte ;
  • à droite, une aile faible, qui empêchera toute la partie les manœuvres du corps qui lui fait face (interdiction des marches, menace sur ma cavalerie quand j'essaierai de la faire attaquer le flanc des Wb(S)...

Mon corps de droite (la moitié de l'armée) est mis complètement dans le vent. Mon corps central est sous la menace des Wb(S), sans vrai soutien arrière (quelques plaquettes en arrière, mais pas assez nombreuses), mes quelques cavaliers à gauche sont trop peu nombreux face à l'aile forte de Bertrand, et n'ont pas de réserve.

Maintenant que le topo est fait, je déroule le reste de la partie en photo. Ma cavalerie à droite va se faire grignoter, mon corps central va se faire plier par les Wb(S) et mon corps à droite va rester dans le vent toute la partie, empêché par 3 LH...

Analyse d'une (autre) défaite : Macédoine contre Arabes des conquêtes
Analyse d'une (autre) défaite : Macédoine contre Arabes des conquêtes
Analyse d'une (autre) défaite : Macédoine contre Arabes des conquêtes
Analyse d'une (autre) défaite : Macédoine contre Arabes des conquêtes
Analyse d'une (autre) défaite : Macédoine contre Arabes des conquêtes
Mêlée générale !

Mêlée générale !

Les hellènes ramassent...

Les hellènes ramassent...

Mes Macédoniens craquent, je tente des attaques désespérées...

Mes Macédoniens craquent, je tente des attaques désespérées...

Les Wb(S) et la cavalerie de Bertrand ont fini le travail.

Les Wb(S) et la cavalerie de Bertrand ont fini le travail.

Partager cet article

Repost 0
Published by macha.tyty
commenter cet article

commentaires

Bertrand 11/04/2015 08:15

S'il est vrai que depuis quelques temps je l'emporte à chacune de nos rencontres (ce qui ne manquera pas de cesser je pense ....), Pierre n'en reste pas moins un adversaire redoutable doublé d'un peintre de talent.

Macha 12/04/2015 17:28

Hoplà, mes godasses brillent pour une semaine !

Présentation

  • : Le blog de figurines de Machablabla et Tyrwaz
  • Le blog de figurines de Machablabla et Tyrwaz
  • : Bienvenue sur le blog de Machablabla et Tyrwaz, figurinistes maniaques et joueurs de DBM, DBA et autres joyeusetés...
  • Contact