Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 mars 2010 2 09 /03 /mars /2010 15:50

Il n'y a pas de meilleur endroit pour attendre sa douce avec un petit bouquet d'églantines ! Dans la vraie vie comme à DBM, l'endroit idéal pour attendre les troupes ennemies, c'est en haut d'une colline. A DBM, une colline permet, entre autres choses :

  • de projeter la ligne de vue des troupes au delà de certains éléments de décor;

  • de placer une embuscade derrière une ligne de crête, à l'abri du regard des ennemis qui avancent;

  • de bénéficier d'un fabuleux bonus de facteur stratégique de +1 quand on combat plus haut que son ennemi !

 

Mais comment faire ? Oui, comment ? En effet, DBM est un jeu de géométrie, dans lequel on ne laisse que peu de chose au hasard. Au hasard, on laisse les résultats des dés, et c'est déjà beaucoup ! Certains joueurs, Tyty le rappelait quand il prenait la route des vacances, sacrifie l'esthétique au pratique. J'ai personnellement pas mal fréquenté des joueurs de wargames sacrifiant le pratique à l'esthétique, mais je ne dénoncerai pas dans quels jeux Games Workshop cela arrive. Néanmoins, à l'honneur des tournois des jeux de cette marque, il faut dire que la portée esthétique y est souvent de qualité, reconnue et récompensée.


L'enjeu est donc simple : coupler le pratique à l'esthétique pour obtenir du fruit de leur amour une rondeur bienheureuse, la Colline !

 

Un article fort intéressant de Philippe Sébérac, trouvé sur le site des Immortels de Paris Ouest, nous donne une bonne idée de colline jouable, et facilement réalisable en relief. Voici le lien : Immortel de Paris Ouest.

Voici le plan type de la colline vue de haut, et un extrait de l'article en question, le plus utile pour le jeu :

 

 

  • colline-schemaA ne voit pas H et E à cause de la crête principale qui bloque toute vue. A et C voient D et G car aucun n’est sur la colline et seule une arête latérale est entre eux.
  • En revanche C ne voit pas H car deux arêtes latérales sont entre eux. Pour la même raison B et D ne se voient pas.
  • E et F ne se voient pas à cause de l’arête latérale qui les sépare alors qu’ils sont tous deux sur la colline.
  • A ne voit pas F car la ligne de vue entre eux coupe la perpendiculaire à la ligne de crête principale.
  • De même G ne voit pas E car la ligne de vue entre eux coupe la prolongation de la crête principale. 
  • En revanche C voit F car la ligne de vue entre eux ne coupe pas la perpendiculaire à la ligne de crête principale.
  • De même D voit E, mais pas F car dans ce dernier cas la ligne de vue coupe deux arêtes latérales.
Il ne reste plus après cela qu'à tailler sa colline ! Je décide d'utiliser un vieux morceau de polystyrène extrudé caché dans le placard depuis des années. Je ne l'aurais pas eu, je serais allé en acheter. C'est simple, c'est la matière la plus facile à tailler ! Il n'y a besoin de que trois petites choses pas chères : un cutter, pour le pourtour, une brosse à poils métallique, pour dégrossir, du papier-ponce à gros grain pour dégrossir plus précisément, du grain fin pour les finitions. Coût total au magasin de bricolage : 5 euros ! Et en choisissant celui qui est cher.

Je choisis de faire un élément de décor de la taille d'un équivalent élément pour DBM, c'est-à-dire que nul part il ne doit excéder 37,5 cm (750p dans la règle) en longueur. Je trace rapidement en coupe latéral de ma colline, pour évaluer l'angle que je peux donner aux pentes, sachant que je veux surtout éviter que les figurines ne glissent bêtement du haut de la colline. J'opte pour un angle sur les plan latéraux de 13,5 degrés par rapport à l'horizontale.

Hop ! C'est parti pour la taille ! Un gros cutter et c'est fait !

C12Rappel : quand on coupe quoi que ce soit au cutter, le geste doit toujours être dirigé à l'opposé de soi.J'ai réussi, en ne respectant pas ce principe de base, à me coller un coup de cutter dans la cuisse. Rhaaa, continuer travail, continuer travail !


J'ai ma base, j'y dessine mon plan au stylo, et je commence à tailler généreusement dans la matière à l'aide de ma brosse à poils de fer. Je passe les détails de ce dégrossissage en règle, que j'achève avec la papier ponce. Vous essaierez vous-mêmes, ce n'est pas sorcier. Je n'ai qu'une idée en tête en faisant cela : obtenir quatre plans, aussi plats (ah ? des plans plats ?) et réguliers que possible. J'ai traqué les bosses et les irrégularités pour les effacer, afin d'empêcher tout glissement de plaquette de figurines. Ainsi, quelques plaquettes de la DDE se sont gentillement promenées sur la colline encore verte, afin de tester la régularité des pentes, et le confort pour les pieds.

C11Voyez si mes agents DDE ont confiance en la régularité de ma colline !

Voila donc la colline taillée, encore tout bleue, avec son joli éclairage latérale, comme si c'était une œvre d'art.

C13     C9

Il faut désormais coller du sable. J'ai utilisé mon sable de plage vendéenne, le même que j'utilise pour mes socles. Utiliser un sable plus fin peut se révéler utile, je vous dirai plus loin pourquoi. De la colle à bois, un pinceau de bonne taille, et hop ! Je colle le sable sur chaque plan un par un. Et voila le travail :

C8
Il ne reste qu'à attendre que le sable soit bien en place avec la colle à bois sèche. Et là vient le moment le plus agréable : la peinture de la terre ! Je décide que cette colline sera située dans le coin où vivent mes Grecs. Elle sera donc dans un brun assez sombre, une bonne terre pas trop sèche. Pour cela, trois couleurs : du rouge, du jaune et du bleu ! Il suffit de mélanger dans les bonnes proportions ces trois couleurs pour obtenir un brun très satisfaisant. La liberté que l'on a avec ces trois couleurs permet de varier partout la teinte marron de la terre, offrant un rendu très varié pour l'œil et assez réaliste. Ensuite, j'utilise du blanc pour éclaircir une zone, simulant un affleurement rocheux. La peinture sèche, j'ajoute quelques touches de flocage. Ce n'est pas la verte prairie, l'herbe est donc disséminée. Voila ce que cela donne (notez que j'ai éclairci volontairement les arêtes de la colline, ceci afin de faciliter l'utilisation des règles citées plus haut) :

C3
Je dois avouer que cette colline n'est pas parfaite. En effet, autant elle permet de poser les figurines sans un glissement à nu, autant, une fois garnie de sable peint et de flocage, elle est devenue quelque peu glissante... Mon sable contient quelques grains plus gros que les autres. Collés dans la masse, ils dépassent néanmoins, nuisant à l'optimisation du contact entre deux surfaces planes (le dessous de la plaquette, et l'un des plans de la colline), qui ne s'accrochent plus autant. Le flocage aussi crée des zones un peu glissante. Néanmoins, cette colline a déjà permis de jouer une partie, sans soucis majeur. Et, une fois la minutieuse chasse aux gros grains de sable effectuée, elle devrait être parfaite !

Voici la colline avec les Perses de Tyty dessus :

C2     C1     C4     C5     C6

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Xavathor 11/03/2010 16:42


Très chouette cette colline!!!

Chapeau les gars!!! Je crois que je vais reprendre le tuto pour en fabriquer quelques unes à l'occasion!!!


vince 10/03/2010 19:42


on en mangerait, très beau travail en tout cas


Tyty 09/03/2010 23:30


T'as oublié de préciser qu'on utilise des aimants qui sont très glissants collés sous nos plaquettes. Les socles qui n'en sont pas pourvus ne bougent pas d'un poil. Un nouveau dilemme à résoudre !!


Présentation

  • : Le blog de figurines de Machablabla et Tyrwaz
  • Le blog de figurines de Machablabla et Tyrwaz
  • : Bienvenue sur le blog de Machablabla et Tyrwaz, figurinistes maniaques et joueurs de DBM, DBA et autres joyeusetés...
  • Contact