Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 septembre 2010 5 17 /09 /septembre /2010 17:30

numérisation0004

 

Comme je l'évoquais dans mon dernier article, l'armée perse du Haut Empire Achéménide voit son ossature constituée de formations de neuf rangs d'archers abrités derrière une première ligne de lanciers, les sparabaras.

 

Ethymologiquement, "spara" est en référence au grand bouclier qu'il porte, "bara" signifiant porteur. Le spara en soit est assimilable à un pavois médiéval. Il pouvait être tenu tout seul et l'ensemble pouvait ainsi former un mur de bouclier.

 

Ce spara était fait d'osier et de cuir. On comprend donc aisément sa fragilité en comparaison du bouclier hoplitique. C'est justement la faiblesse de l'équipement perse qui explique la supériorité tactique de la phalange grecque. D'une part, les fers de lance grecs venaient facilement à bout de ces protections, d'autre part, les pointes de flèches en bronze des Perses arrivaient difficilement à se frayer un chemin à traver le très dense mur de bouclier grec que formait la phalange. Sans compter que les lances perses étaient relativement petites (2m10 contre 2m40 en moyenne pour la lance hoplitique).

 

ZGX6B7DY 40GWTE023

 

Le problème auquel j'ai été confronté, c'est que la gamme d'où viennent ces figurines Xyston, vaut pour des perses du bas empire, période à laquelle l'organisation "sparabarique" n'existaient plus. Ils sont donc fournis soit avec des boucliers ronds, soit des boucliers peltastes en croissant de lune. Pour remédier à ce petit problème, j'ai tout simplement utilisé du balsa très fin pour confectionner de superbes sparas.

 

Comme la majorité des combattants perses, notre sparabara a adopté la mode vestimentaire médique. En effet, après l'invasion par Cyrus II, dit le Grand, de l'empire des Mèdes (c'est de là d'où vient le terme "médique"), les Perses abandonnent la longue robe élamite au profit de la tunique et du pantalon, bien plus pratiques.

 

 

Sparabara 0674

 

 

L'armée perse, si elle n'est pas toujours très bien entraînée, est bien organisée. Ainsi les hommes étaient réunis au sein de régiments de 1000 hommes, les Hazarabam ("hazara" signifiant "mille", "bam" en faisant un nom numérique) commandé par un Hazarapatis (ou "commandant d'un millier"). Ces régiments étaient divisés en dix Satabam elles mêmes divisées en dix Dathabam (de 10 hommes pour ceux qui n'ont pas fait le calcul). Les régiments étaient réunis en une division de 10 000 hommes, une Baivarabam en persan, une myriade en grec.

 

La véritable formation organique était le dathabam (le groupe de 10 hommes). En effet, c'est à travers celle-ci que s'organisait l'ensemble de l'armée perse. Ainsi, c'est le chef du dathabam, le dathabatis, qui était le porteur du spara, c'était lui, littéralement, le sparabara. Derrière lui, s'alignaient en colonne ses neuf autres compagnons, archers. Donc si l'effectif des satabam variait selon les périodes (il pouvait tomber à 30 hommes), le nombre de dathabam (ces dernières étant toujours constantes) étaient ajustés pour que le régiment maintienne son effectif théorique.

 

 

hoplitevsspara

 

J'ai tenté de refléter cette organisation à DBM. L'échelle de DBM vaut qu'une plaquette représente de 126 à 252 hommes. Pour cette règle, l'infanterie perse est classée Bw (X) (la partie "sparabara") et est double-soclée avec des Bw (O). J'ai donc décidé que deux double-socles représenteraient un régiment. Effectivement, quatre plaquettes représentent potentiellement un maximum de 1008 hommes.

 

Obj-200 0771

 

Cette organisation est notamment rendue par la peinture de mes figurines. Car si l'armée perse était bien organisée, elle était aussi riche. Ainsi, c'est un véritable système de livrées divisionnaire avec reconnaissance régimentaire qui était mis en place. Les hommes étaient effectivement équipés par l'autorité pour laquelle ils avaient été enrolés. En plus de leur équipement, il recevait, au moins, en fonction de la richesse de l'autorité en question, une tunique au couleur de leur baivarabam (division). Cependant, une couleur distinctive propre à chaque hazarabam (régiment) permettait de les différencier entre eux. J'ai donc une couleur divisionnaire avec une tunique bleue et une tiare (le couvre chef) jaune et une couleur régimentaire, soit jaune, soit verte, qu'on retrouve sur le motif de la tunique ou sur le bouclier.

 

 

Ca n'a rien à voir, donc juste pour le plaisir, ces quelques clichés :

 

Sparabara 0679aSparabara 0677aSparabara 0680a

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de figurines de Machablabla et Tyrwaz
  • Le blog de figurines de Machablabla et Tyrwaz
  • : Bienvenue sur le blog de Machablabla et Tyrwaz, figurinistes maniaques et joueurs de DBM, DBA et autres joyeusetés...
  • Contact