Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 juillet 2012 2 17 /07 /juillet /2012 16:39

frères priant Barkerus2Petrus et Fredericus vénérant le dieu du jeu de figurine en statue, Philus Barkerus, d'après moi-même.

Salut à tous !

 

Une note pour signaler au monde qui nous regarde et nous lit que la règle de jeu, un temps dénigrée, trop largement délaissée, revient tranquillement et sûrement sur le devant de la scène.

En effet, vos serviteurs, Macha et Tyty, alias Petrus et Fredericus dans le dessin, reviennent d'un week-end là où se finit la Terre, pour le tournoi annuel de DBM200 brestois. Bon, nous avons largement moins bien combattu que l'an dernier (surtout moi qui passe de premier en 2011 à avant-dernier en 2012), mais ce fut très agréable quand même ! Pour le compte-rendu c'est par ici...

 

Bien évidemment, le tournoi sera reconduit l'an prochain, sous les bons offices de Régis, et avec les derniers amendements, 3.2, on l'espère.

 

Mais ce n'est pas tout !
L'inénarrable pingouin orléanais Corybantes El Corones organise un tournoi DBM 200 lors de la fête du jeu de St Jean de Braye, les 25 et 26 mai 2013, en parallèle d'un tournoi NPOW. Pour toute information à ce propos, n'hésitez pas à nous laisser un message ou un commentaire, nous nous ferons un plaisir de vous répondre.

 

MAIS CE N'EST PAS TOUT !!

Il y a un tournoi DBM en 400 points au Britcon en août, évènement central du jeu de figurines, dans le cade du championnat du monde, aux côtés de FoG "antique-med", Renaissance, "napo"), DBMM, FOW, Armati...

 

Ainsi, les prières infinies de vos serviteurs pour que renaisse la grandeur du jeu de figurines historique, pour que se réincarne enfin sur terre le dieu du jeu, semblent porter leurs fruits... Alleluia !!

Repost 0
14 mai 2012 1 14 /05 /mai /2012 20:35

Bonjour à tous !

 

Trève dans les guerres modernes, et retour à l'antique-médiéval ! Et c'est le cas de le dire !

serbegybandeauLes chars égyptiens de Tyty contiennent avec l'appui des Dieux la charge pourtant irrésistible des chevaliers serbes...

 

Les 30 juin et 1er juillet aura lieu le Trophée des Celtes 2012, agréable tournoi brestois dans une ambiance amicale et sans esprit pesant de gagne.
Tyty et moi y avions participé l'an dernier, pour la première fois, au côté de 10 joueurs plus ou moins bretons. Lui était venu avec ses Perses achaéménides, moi avec mes cités grecques alliées.

 

Arrivants aux premières positions, des lots plein les bras nous repartîmes heureux !

 

Pour s'adapter aux coutumes locales et pour ne pas avoir l'air de ressortir les mêmes vieux atouts, nous irons cette année avec d'autres armées. C'est Corybantes El Corones qui nous les prêtes de bon gré, lui que l'on a tiré avec ses Pictes et nous pour participer au Trophée.

 

 

Corybantes  me prête ses Serbes, souvenons-nous, les Serbes au long couteau qui m'avaient appris la vie à DBM 400 points.

Quant à Tyty, il a pris des Egyptiens de la 19ème dynastie, armée d'un copain de Corybantes.

 

 

Pour ne pas partir à l'inconnu, après avoir affronté et battu les Pictes de notre prêteur de figurines officiel, nous avons livré cette bataille parfaitement anachronique, entre armées séparées par 2600 ans et quelques kilogrammes de ferailles sur le dos des chevaliers de l'Est.

 

Les Egyptiens ont, à la louche :

  • Un corps d'infanterie avec le général en chef Psiloi, contenant des Blade Fast, des Warband Fast et des Psiloi. C'est un corps qui a du mordant contre l'infanterie adverse. De plus, il contient une volée d'archers, qui peuvent se révéler utiles.
  • Un corps de cavalerie, avec les fameux chars d'Egypte. Ils sont classés Cavalerie Supérieure. Accompagné par un éclaireur, Light Horse.
  • Un corps mené par le général allié, Psiloi aussi. Il contient des Warband Fast et pas mal de Psiloi.

 

Mes Serbes ont, grosso modo :

  • Un corps de Chevaliers Supérieurs, rempli de boîtes de conserves, ainsi que quelques Light Horses et une poignée de Psiloi.
  • Un petit corps de Chevaliers (trois !) pour le tactique.
  • Un corps allié albanais, tout mou et flexible car composé de Light Horses et de Psiloi.

serbegy01Voici le champ de bataille. Une colline chevauchant un bois d'un côté, une forêt à l'opposé. L'Egyptien est à gauche, le Serbe à droite.

serbegy02

Tyty installe son corps de cavalerie en retrait de sa colline, avec des archers qui ferment l'angle. Objectif : piéger les troupes qui se jetteront sur les chars. Justement, j'ai placé mon gros corps de chevalerie face aux chars égyptiens, en espérant leur rentrer assez vite dedans pour les briser avant d'être pris en tenaille. Dans mes bois, à droite du gros corps central, le petit groupe de chevaliers est dans les bois, prêt à bondir sur le troisième corps égyptien dont ils ne feront, sauf surprise, qu'une bouchée.
L'armée égyptienne paraît bien maigre, et les archers bien esseulés, ne trouvez-vous pas ?

serbegy03

Gros plan sur le "dispositif égyptien", avec l'angle défensif dont nous parlions plus haut.

serbegy04

Premier tour, j'avance. Mes chevaliers filent à toute allure en direction de leurs adversaires directs. Mes Psiloi s'avancent vers la colline, en espérant s'en prendre aux archers. Le corps à la gauche des Serbes s'avance vers les bois égyptiens, se doutant de la présence de troupes en embuscade, afin de les menacer, au pire de les fixer.

serbegy05

Les Egyptiens qui font face aux chevaliers s'organisent comme ils peuvent : formation de ligne, recul, mise en place de l'angle défensif en avançant les archers de la colline...

De l'autre côté, le corps des Blades sort de sa cachette et court essayer de menacer les Serbes.

serbegy06

Autre angle de vue de la réaction égyptienne contre l'avance de mes Serbes.

serbegy07

A force de tirer sur mes chevaliers, les Egyptiens ont pu les désorganiser. Devenus incontrôlables, quelques-uns de ces impétueux sont partis d'eux-mêmes vers les archers.

serbegy08

De l'autre côté, un Light Horse détaché du corps principale vient se mettre en position pour diminuer le danger sur le flanc du corps de droite qui s'élance contre l'aile gauche égyptienne.

serbegy09

Après quelques combats, les Light Horses albanais alliés des Serbes ont causé quelques dégâts au corps du général en chef égyptien. Malheureusement pour celui-ci, les Albanais sont insaisissables : soit ils fuient les combats quand ils les perdent (les cavaliers échelonnés ont fui), soit ils reculent en bon ordre, en gardant les Egyptiens à leur portée. Les guerriers du pharaon sont fixés et sont impuissants contre leurs adversaires.

serbegy10

Les chevaliers désorganisés sont à deux doigts du choc, malgré les multiples reculs et la grande désorganisation dûe aux flèches qui égratignent les armures.

serbegy11

Au centre, c'est le choc. Des reculs vont arriver de part et d'autre, mais la réussite au dé de Tyty va finir par me donner des sueurs froides malgré les pertes qui continuent de s'accumuler sur chaque corps égyptien.

serbegy12

A droite, les trois chevaliers commencent à trouer les Psiloi et les Warbands. Mais ceux-ci ne se laissent pas abattre comme ça, et commencent à essayer de désarçonner les fiers Serbes en les prenant à revers. Ils auront ainsi la peau d'une plaquette, l'équivalent en points de 6 Psiloi Ordinaires.

serbegy13

Vue d'ensemble de la ligne de bataille, peu avant les dernières pertes décisives. Elle forme un beau S. C'est la force de la règle DBM, offrir de belles morphologies de batailles.

serbegy14

Sur ce cliché, on voit au fond que le corps de l'aile gauche égyptienne a fini par se désintégrer contre l'assaut brutal des Serbes, pendant que les chevaliers du centre ont pu, grâce à un peu de réussite au dé, se sortir d'une situation délicate. Ainsi, c'est la cavalerie égyptienne qui, malgré une inquiétante résistance, qui plie et accumule les pertes.

serbegy15

L'état désespérant pour l'habitant du Nil sur son aile droite en fin de partie.

serbegy16

Ce qu'il reste des troupes du centre et de l'autre extrémité en fin de partie. Les Serbes ont fait disparaître pour de bon leurs adversaires de la carte au dernier tour.

 

Ainsi, l'armée égyptienne craque et atteint son seuil de démoralisation. C'est donc une victoire toute juste pour mon armée serbe, puisqu'elle était à une plaquette de la démoralisation, plaquette qui fut durant un tour prise à revers et menacée de destruction au moindre recul.

 

Les Egyptiens ont démontré leur capacité à tenir le terrain, malgré les 2600 ans qui les séparent des chevaliers serbes. Ces derniers, très puissans grâce à leur chevaliers supérieurs et excellemment épaulés par les légers albanais ont néanmoins le défaut du nombre : leur faible effectif signifie que quelques pertes (2 ou 3) suffisent pour frôler la démoralisation générale.

 

 

Ce fut une belle partie, et une belle promesse pour celles à venir lors du Trophée des Celtes 2012 les 30 juin et 1er juillet prochain.

 

 

A bientôt pour les nouvelles du front !

Repost 0
1 mai 2012 2 01 /05 /mai /2012 21:04

Bonjour à tous !

 

Comme pour jouer aux figurines, il faut et des figurines, et des décors pour qu'elles évoluent, je me suis lancé dans l'élévation d'une maison, d'une grosse maison... Voire d'une partie de ferme.

 

Je me suis inspiré d'une photo prise dans la rue principale de Stonne par les Allemands en 1940. On y voit des maisons en pierres, une peinture sur le mur de la première maison annonçant le village (STONNE), surmonté d'un cadre ayant je crois accueilli une publicité.

 

Quoi de mieux qu'un petit dessin préparatoire pour se mettre dans l'ambiance ?

DSC02984Pour construire ma maison, j'ai utilisé les vieilles recettes : carton de boîte de céréales du matin découpé, collé, puis peint. Au passage, il faut tracer les pierres au stylo fin, et relativement régulièrement (comme sur mon cliché), afin de créer un relief qui permette ensuite de n'avoir plus qu'à faire ressortir les pierres en relief.

DSC02988Les étages font 2,5 cm de haut, chaque pan de mur mesure 8cm. Ainsi, je pourrai placer facilement les plaquettes à l'intérieur. Voyons maintenat un pan de mur brossé en gris, sable clair et blanc, après avoir reçu une couche terre (et en gardant la couleur rouge du fond dûe au stylo).

DSC02986Derrière les trous des fenêtres, j'ai collé du simple papier, que j'ai peint pour donner l'illusion des portes et fenêtres. C'est un espéce de trompe l'oeil. De près, cela manque sans doute un peu de relief, mais de loin, quand on joue, l'effet est satisfaisant.

Voici des détails :

DSC02989DSC02990Un peu de flocag collé, pour donner l'effet de la végétation qui pousse le long des murs... Et la perspective de ces deux pans de mur :

DSC02991Dubo, Dubon, Dubonnet ! Il faut bien picoler un peu pour supporter la guerre !

 

Après cela, j'ai continué le même travail sur les deux autres pans de mur non encore peints, puis j'ai fixé le tout sur un morceau du même carton, servant de base. J'ai ensuite collé du sable sur la base, et à l'intérieur, pour enrober un peu. Les clichés :

DSC02992DSC02993DSC02994DSC02996De la même manière, j'ai écoupé un toit, plié par le milieu, sur lequel j'ai tracé de la même façon que les pierres, les tuiles d'ardoise. Je dis d'ardoise car c'est un matériaux extrait dans la région des Ardennes (Stonne est dans les Ardennes), et utilisé là-bas pour couvrir les toits.

DSC02997DSC02998Une petite "charpente" est collé sous le toit, afin de lui donner le bon angle, et pour emboîter sans soucis et précisément le toit sur la maison.

DSC02999Hop ! d'une main !

 

Et maintenant, faisons un tour de notre nouvelle propriété...Avant et après !!

DSC02985

DSC03003DSC03004DSC03005Et maintenant, il reste à en construire davantage, et à jouer ! A bientôt pour d'autres nouveautés, et ça oui, il va y en avoir !

Repost 0
20 avril 2012 5 20 /04 /avril /2012 15:00

Bonjour à tous !

 

defilefrance1940Petite revue de troupes ce jour, de mes Français de 1940. Souvenez-vous : J’avais décidé, par amour pour le jeu DBM, de donner à mes plaquettes d’infanterie des socles carrés de 4cm de côté. Hervé Caille, dans la règle Blitzkrieg, dont je m’étais servi pour référence, donne des indications de dimension de plaquette, mais ajoute qu’elles sont données « à titre purement indicatif ». Par la suite, il donne un nombre de figurines par plaquette, selon ce qu’elle représente, mais ajoute que « vous pouvez ne décider autrement ».

 

J’avais donc pris toutes les libertés et découpé des plaquettes de 4cm sur 4cm, où j’avais collé des figurines, tantôt 3, tantôt 4, aléatoirement, selon ma convenance visuelle, et sans tenir compte du type d’unité représenté (commandement ou non).

 

Hé bien ! Ça n’a pas loupé ! C’est une catastrophe à l’usage.  Des plaquettes en carré de 4cm de côté ont des diagonales trop grandes pour aisément former les chaînes de commandement proposées dans la même règle Blitzkrieg. De plus, là où l’on voudrait regrouper les formations de manière plus compacte, il faut faire se chevaucher les plaquettes. C’est à la fois pas pratique, pas joli, pas prudent sauf si on aime repeindre ses figurines après chaque partie.

 

En bref, Hervé Caille aurait eu plus vite fait de dire : pour le 15mm, les unités d’infanteries sont sur des plaquettes carrées de 3cm de côté avec 3 figurines, ou 4 figurines pour le commandement. Les « désobéisseurs-petits-malins » n’auraient pas davantage été empêchés, les autres, novices comme moi par exemple, n’aurait pas fait n’importe quoi, et n’aurait pas mal pris de lire une règle ferme.

pedagogo

Comme avec les pédagogos, on ne brusque pas les joueurs dans la règle Blitzkrieg :

" Chers enfants, faites comme vous voulez "

 

Car c’est ce dont il s’agit, Hervé Caille a produit son jeu d’une main tremblante. Cela me rappelle les collègues « instit’ » (qui n’ont plus d’instit ‘ que le nom) qui donnent fébrilement quelques consignes aux enfants. Car les apprenants ne doivent pas être brusqués, il ne faut pas leur donner de consignes trop directes, trop explicites ni trop cadrées, de peur de leur enlever leur liberté, leur créativité, de tronquer leur personnalité, leur génie. D’ailleurs, les consignes ne s’appellent plus consignes, mais sont devenues des « incitations ».

 

Hervé a le même travers dans cette règle, et j’y reviendrai dans un autre article, si j’ai le temps. Il n’a pas écrit une règle, fixe et normée, avec un cadre rassurant et clair. Il a formulé des incitations, nécessairement floues, suffisamment incomplète pour que le joueur à chaque action ait à interpréter ce qui est suggéré pour savoir ce qu’il faut faire. Or, cela pose un problème dès lors que l’on est deux – et c’est mieux dans un tel jeu – car il est bien rare d’avoir la même interprétation sur tout.

blitzkriegCouverture du livre de jeu Blitzkrieg d'Hervé Caille, qui est bien quand même ^^

 

Allez, stop, je dois arrêter de taper sur Blitzkrieg, car on va croire que j’ai une dent contre Hervé Caille et ses jeux, ce qui est faux. BK est très sympa de toutes façons, et j’y joue avec plaisir, dès lors que l’on se met d’accord au départ. Seul l’Art de la Guerre est à chier, ce qui ne pose aucun problème puisqu’il existe d’autres règles bien plus simples, mieux rodées, plus riches et plus rigolotes, pour ne pas nommer DeBellisMultitudinis.

3580 22novembre1939 LigneDefenseVoici donc, avec découpage, meulage, ponçage et nouvelle peinture, le nouveau passage en revue de mes troupes françaises qui affronteront les boches durant le triste printemps 1940. Voyez que je n’ai pas descellé les figurines, je me suis contenté de couper les coins de mes carrés de 4cm de côté, pour fabriquer des octogones, toujours un peu trop grand, mais néanmoins beaucoup plus pratiques que précédemment, et avec une esthétique géométrique qui n’est pas sans me rappeler les jeux de guerre  sur hexagone au charme indéfinissable.

DSC02980Voici, vue de haut, la nouvelle forme des plaquettes. Comme déjà dit, elle reste un peu grande. Allons faire un tour dans le détail.

DSC02979Les deux canons antichar de 25mm. " Planquez vos blindés les boches ! "

DSC02976DSC02978

DSC02977Voici la section de motos et motos-side de reconnaissance. On peut imaginer que ce sont ici des dragons portés. La couleur des véhicules est le noir brillant. Bien sûr, la route et les aventures de la guerre ont un peu terni et sali cette belle livrée. Au niveau documentation, je n'ai rien trouvé de ferme quant à la couleur de ces véhicules. Avaient-ils été repeints en vert avant les combats ? Ou étaient-ils restés dans la livrée officielle jusqu'à 1939 ? Certains reconstituent ces motos en noir, d'autres en vert... Les photos d'époques ne permettent guère de trancher la question. J'ai pris le parti de ne pas avoir repeint les motos pour partir au front. Au fait, ce sont des Gnône et Rhône, de 500 ou 800cc, comme on veut. Le pot d'échappement n'est pas bien sculpté, et j'ai eu la paresse de le laisser tel quel. La variété des équipements était telle...
Passons aux véhicules de reconnaissances qu'accompagneront ces motos !

DSC02974Mes deux AMR P16 ont reçu la cocarde à l'arrière de la tourelle, leur numéro de série sur les flancs, couplés au drapeau tricolore, ainsi que l'insigne du groupe sur les bords du capot (le rectangle bleu où charge un chevalier). Je me suis inspiré des éléments de la première section du groupe d'AMR du 6è GRDI ayant combattu à Stonne et à ses abord en 1940.

Je vous propose une vue d'ensemble avec flous artistiques maintenant.

DSC02982Les motards précèdent l'infanterie à pieds.

DSC02981En avant, les P16, suivis de l'infanterie. Au fond, on aperçoit les monstres d'acier que nous allons regarder de plus près.

DSC02971Voici le char B1bis Chinon numéro 354, de la première section de la première compagnie du 49èBCC, ayant combattu à Stonne en 1940. L'as de trèfle permet de reconnaître la première section. Evidemment, les écritures au pinceau ne sont pas parfaites, mais vue la taille (c'est du 15mm), dès qu'on s'éloigne un peu on n'y voit que du feu. Passons au copain.

DSC02973Voici, de la même section de la même compagnie, le char B1bis numéro 357, dit Ribauvillé. Bon, Ribauvillé, c'est long, donc je l'ai écrit en tout petit. On le devine plus qu'on le lit. Ce char a une bande horizontale peinte sur le haut de la tourelle. C'est ce qu'on constate sur certains chars de cette compagnie, mais les photos d'époque, noire et blanches, ne permettent pas d'en connaître la couleur. J'ai choisi arbitrairement un vert olive clair. Bon, passons à une vue du groupe !

DSC02972Je ne vous parle pas des chars H39, car ceux-ci n'ont pas encore reçu leurs insignes. L'objectif à court terme est de finir de constituer les 2 compagnies d'infanterie (dont une avec section à motos vue plus haut), de compléter les sections de chars B1bis, de H39 et d'AMR p16 (porter les effectifs à 3 par section) ainsi que de monter et peindre une section de véhicule AMD Panhard 178, afin de compléter le groupe de reconnaissance du 6è GRDI.

 

J'ignore si Tyty aura à vous présenter des nouveautés germaniques dans les jours ou semaines à venir, sachant le temps qu'il passe au travail (il en faut des courageux hein), mais je vous annonce ce qui n'est plus une rumeur : il s'est remis à ébarber des figurines !

 


Allez à bientôt autour d'une table de jeu, sur ce blog pour un article de modélisme, de jeu ou d'histoire, et en attendant, je vous propose

d'écouter cette chanson entraînante qui nous invite aller pendre notre linge sur la ligne Siegfried !

 

Repost 0
19 avril 2012 4 19 /04 /avril /2012 19:08

Bonjour à tous !

 

Soldats et Mitr Hotchkiss 14 en batterie 1940-WEB

Hé bien oui ! Nous allons parler de seconde guerre mondiale. Comment ? Qu'entends-je ? Qu'ouïs-je ? Oui j'avais dit que je continuerais à parler de mes figurines de la guerre de trente ans.

Hé bien non ! Nous allons parler de seconde guerre mondiale. Comment ? En documentaire vidéo, en figurines et en règle de jeu.

 

Il se trouve que Tyty m'a dit qu'il replongeait dans l'univers de 1940 avec le printemps. Les hormones l'influencent. Alors, moi, bêtement, j'ai suivi, et maintenant j'ai envie aussi. Tyty m'influence. Je le soupçonne d'être une hormone géante.

 

Pour commencer, je suggère à tous les visiteurs de ce blog de regarder ce documentaire et ses cousins (facile, ils sont en lien) racontant la bataille de France. Au delà du ton sévère du narrateur et du côté vieillot des cartes réalisées à la main, il a comme intérêt d'interroger des acteurs de la guerre.

 

Voici donc la partie première de ce documentaire de Daniel Costelle,1970 :

http://www.dailymotion.com/video/x2zvjq_la-bataille-de-france-1_tech

 

Partie seconde :

http://www.dailymotion.com/video/x2zv0c_bataille-de-france-2_tech

 

Partie troisième :

http://www.dailymotion.com/video/x2zve7_la-bataille-de-france-3_tech

 

Partie quatrième :

http://www.dailymotion.com/video/x2zt5p_la-bataille-de-france-4_tech

 

Partie cinquième :

http://www.dailymotion.com/video/x2zscm_la-bataille-de-france-5_tech

 

Partie sixième :

http://www.dailymotion.com/video/x8ndkg_la-bataille-de-france-6-6-les-grand_tech

 

Bon visionnage et à très bientôt pour de la fig, de la règle et de l'histoire.

 

Au passage, demain soir à Fumbles, nous jouons à la règle Blitzkrieg, la bataille de Koursk. Sympa !

Repost 0
Published by macha - dans Blitzkrieg
commenter cet article
7 mars 2012 3 07 /03 /mars /2012 14:52

Bonjour à tous !

DSC02966

Et voilà ! J’avais planté les graines il y a un an ou deux. Et hop, les arbres ont poussé.

 

Ce sont des arbres, pour ceux en fleurs ou portant des fruits, je les ai achetés chez Michel Gauthey, de Vaux-le-Pénil. Pour les autres, nous les avons achetés à un revendeur aux journées de Ballainvillier en 2010. Mais lequel ? Ces plantes vertes sont fixés à la colle sur une plaquette de carton (même matériaux que pour les figurines), large de 4cm, afin de pouvoir y fixer les aimants autocollants de la même largeur.

 

Alors je vous les montre, petit tour en forêt.

DSC02961DSC02957DSC02959DSC02963Des fruits tombés sont aux pieds des arbres, dans l'herbe. Vous remarquez que les troncs des arbres sont restés en l'état : plastique marron même pas ébarbés. Cela ne se voit pas sur la table, et l'effet d'ensemble reste impeccable.

 

Et comme je vous le disais, les plaquettes d'arbres sont aimantés, on peut donc voyager tranquille, et même les mettre sur son frigo...

DSC02965Promenons-nous dans les bois, pendant que le loup n'y est pas... Attention, il y a des Psilois !

Repost 0
20 février 2012 1 20 /02 /février /2012 19:14

Bonjour à tous !

 

250px-Dartagnan-musketeers

Je pose la question : qui n’a pas lu les Trois Mousquetaires  d’Alexandre Dumas ? Et puis Vingt ans après ? Et puis enfin le long mais superbement tragique Vicomte de Bragelonne ?

Si vous n’avez jamais fréquenté ces livres, et au moins les deux premiers, précipitez-vous ! Le chapeau sur la tête, les bottes aux chevilles, les fontes sur la selle, l’épée au baudrier et hop ! A cheval et foncez !
champaigne-triple-portrait-richelieu
Cet univers de chevalerie galante, de manières élégantes de gentilhomme digne de son rang, d’aventures héroïques et légères à la fois, c’est celui de la France du XVIIè Siècle, celle de Louis XIII et surtout de Richelieu, des intrigues entre les familles royales rivales d’Europe, puis de Louis XIV. C’est le siècle où la France s’affirme comme grande nation entre ses voisins, c’est le Grand Siècle.

279063Ce temps que raconte Dumas au travers des péripéties de D’Artagnan et de ses trois amis mousquetaires du Roi, c’est aussi, et c’est en grande partie ce qui va nous intéresser puisque nous avons la manie enfantine de jouer aux jeux de guerre, un temps de Renaissance militaire. La Renaissance, la redécouverte de l’héritage des Anciens, avait déjà eu lieu en sculpture, en peinture, en architecture… La littérature et la pensée notamment des Grecs anciens n’étaient pas non plus en reste.  La musique s’écrivait enfin, et les musiciens d’alors faisaient tourner follement les danseurs avec leurs menuets et sarabandes.

Mais cet élan rénovateur extraordinaire n’a pas eu d’influence que sur les belles choses : la guerre, elle aussi, a connu sa Renaissance. Et Rome ainsi que la Macédoine, maîtres incontestés de la guerre antique, ont influencé les réformes militaires de notre période, comme nous l’apprend Keith Roberts dans le Osprey Pike and Shot Tactics 1590 – 1660.

L’initiateur de ces évolutions militaires est le chef hollandais Maurice de Nassau, Prince d’Orange. Il a voulu allier les réussites espagnoles du XVIè Siècle (invention du tertio), avec l’étude de l’art de la guerre chez les Romains, les Macédoniens et les Byzantins. L’usage du piquier alors remis au goût du jour faisait déjà fantasmer les chefs de guerres ayant étudié l’histoire, qui s’imaginaient en Alexandre ; le Prince Maurice y a ajouté l’utilisation de petites unités flexibles et complémentaires, les bataillons (terme de l’armée française), ainsi que le déploiement de l’armée en lignes successives disposées en échiquier ; l’évolution technologique et les progrès des armes à feu qui y sont liés finissent de compléter le tableau.
meissonier-mounted-cavalier
Nous nous retrouvons donc avec des armées complexes aux formations étudiées, avec des appuis interarmes primordiaux, dont la splendeur est complétée par la joliesse des costumes de l’époque et la magie des armes à feu d’alors.

Sous l’impulsion de Richelieu, la France a participé, tardivement mais avec réussite,  au conflit qui déchirait l’Europe en cette première moitié du XVIIè Siècle : la guerre de Trente ans.  Conflit au départ religieux, politique et patrimonial entre Allemands catholiques et Allemands protestants, il est devenu, avec l’entrée ouverte et directe de la France et de l’Espagne dans la guerre, un affrontement politique entre ces deux puissances.

Voici donc le contexte dans lequel va évoluer ma toute nouvelle armée naissante, l’armée française dans la guerre de Trente ans.

Les figurines, en 15mm, ont été achetées chez Testudo, les figurines de Giuseppe Rava. Il ne faut pas y aller par quatre chemin, leur gravure est superbe ! A vrai dire, la qualité de sculpture est incroyable. Les creux y sont parfois plus profond que sur du 25-28mm, les détails aussi bons. Le revers de la médaille, c'est que pour faire un tel travail, les figurines ne sont pas en vrai 15mm. Elles sont encore plus grandes que des Xyston, un bon 17mm, facile 18mm, sans compter qu'à l'époque, le chapeau à plume était de rigueur !

 

Tout ceci n'est pas très grave. Et puis, d'ailleurs, pour vous montrer qu'il n'y a pas de problème à peindre des grandes figurines, voici les photos de mes premières troupes française des environs de 1640.

 

DSC02949Des piquiers, dont on voit sur la plaquette de gauche un sergent (avec hallebarde), au milieu le porte-enseigne (couleurs du vieux régiment Picardie) et à droite que des piquiers.

DSC02950Le drapeau est fait en papier 80g (pour imprimante), collé et ajusté, puis peint. Et sur cette dernière photo, ci-dessous, les piquiers en formation profonde.

DSC02951Je vous propose maintenant, pêle-mêle, des vues de l'armée avec toutes les troupes peintes. Vous verrez des mousquetaires, tirants, rechargeants ou en mouvement. La fumée est faite avec du coton, collé, inspirée par Pépette de Fumbles. Vous y verrez également un canon de campagne, mais aussi deux plaquettes de cavalerie, dont l'un contenant un commandant.DSC02952DSC02953DSC02954DSC02955Au prochain article, je vous parlerai de la règle que nous utilisons pour combattre dans cette guerre de Trente ans. Pour ne rien vous cacher, c'est DBR. Et franchement, c'est bien plus qu'une simple rallonge de DBM : elle est franchement très plaisante !

A bientôt !

Repost 0
Published by macha - dans XVIIè Siècle
commenter cet article
31 décembre 2011 6 31 /12 /décembre /2011 15:54

Bonjour à tous,

images

 

Un hommage à tous les visiteurs de ce blog, qui continuent à être relativement nombreux tous les jours, malgré l'absence criante de nouveauté sur ce blog.

Notre actualité est bien chargée, à Tyty et à moi. Cependant, des mois plus légers, du temps plus libre, viendra sans doute bientôt. Alors recommencera l'exposition sur ce blog de nos vies oisives et largement dédiées au loisir.

 

En attendant, voici, si vous ne la connaissez pas déjà, en même si vous la connaissez déjà aussi, les 5 parties d'un film contant l'histoire de la guerre menée par Carthage à Rome, sous le commandement d'Hannibal Barca. C'est plutôt bien fichu à mon avis.

 

 

 

Et voici les liens vers les parties suivantes.

Partie 2 :

http://www.dailymotion.com/video/x68v1c_hannibal-barca-le-pire-cauchemar-de_news#rel-page-1

 

Partie 3 :

http://www.dailymotion.com/video/x68uez_hannibal-barca-le-pire-cauchemar-de_news#rel-page-4

 

Partie 4 :

http://www.dailymotion.com/video/x68q9p_hannibal-barca-le-pire-cauchemar-de_news#rel-page-3

 

Partie 5 :

http://www.dailymotion.com/video/x68pie_hannibal-barca-le-pire-cauchemar-de_news#rel-page-2

 

 

Et surtout, bonne année !

Repost 0
18 octobre 2011 2 18 /10 /octobre /2011 22:51


Cavalerie 1759

 

 

Commençons par une petite leçon de français. D’aucun aura remarqué une légère redondance (légère comme le sont toutes les redondances par définition) dans le titre. Et oui, le suffixe « -ounette » est déjà un diminutif, l’épithète « petite » en est un autre. Pourquoi cela ? Pour qu’on ne me dise pas que j’exagère ?!!! Je ne fais jamais dans l’exagération. Oui, qu’on ne me dise pas « wah l’autre hé, c’est même pas une conversion, à peine une conversionounette ! Il exagère eh ! ». Donc non, aucune erreur de sémantique (oui, je maîtrise toujours ma semence), mais bien la volonté d’appuyer que dans cet article, point de conversion de la mort-qui-tue avec la tête d’Alexandre sur le corps de César attribué de la petite bite d’Hannibal (ou Hamilcar :p) (guerre de sape psychologique oblige... ouais les Carthaginois c’est tous des PDs d’abord !) comme ici. Et puis d’abord on le met où le car ?

 

 


Pour en revenir à l’article (comment ça je m’égare ? Mais non, je mets le car je viens de dire !!), nous n’aurons ici que quelques illustrations de petites astuces permettant de varier la pose de nos soldats de plomb à moindre frais.

 

 

Cavalerie 1749

Vous avez oubliez votre sable les gars.

 

Notre cas d’étude (et là j’ouvre la boite de biscuits en métal pour me pencher sur mes fières troupes qui me crient par dévotion de leurs innombrables petites voix fluettes : « Non Papa ! Non Papa ! ». A moins que ce ne soit : « non pas moi ! non pas moi ! ». Je ne comprends pas.)(Je tiens à préciser que je ne prends pas de LSD. Jamais.) sera la cavalerie perse (oui, vous l’aurez compris, tout l’art est de suivre cet article malgré les parenthèses). Pourquoi ? Parce que ! Parce que ce sont les dernières figurines que je viens de finir de peindre (et oui, tout cet article n’est qu’un prétexte pour les illustrer (c’est marrant ça, c’est un texte qui illustre des illustrations, pas banal…), étant donné que j’en ai déjà parler ici).


 

Cavalerie 1739a

Les nouvelles figs peintes. Quatre modèles de base, six poses.

 

Tout le sens du propos de ces lignes donc (sisi, ya un sens à tout ce charabia) réside dans les petites astuces (je me répète) qu’on peut trouver pour enrichir la posture de nos charmantes figurines. Car nous sommes tous confronter au même problème : on utilise bien souvent plus de figurines d’une gamme que la gamme ne propose de postures différentes (et encore, on a la chance que les marques récentes – Corvus Belli, Xyston – proposent des postures assez variées pour une même référence). Résultat des comptes, nos lignes de bonshommes sont assez stéréotypées.

 

 

Cavalerie 1740a

De derrière.

 

 

Une première solution simple à ce problème peut consister à modifier la position des bras. Tout du moins chez Xyston (je connais mal les autres marques, si vous voulez faire partager vos connaissances, n’hésitez pas, lach’ t comm’), le métal est assez ductile. Cela permet de jouer avec une amplitude significative sur la position des membres supérieurs :

 

 

          Cavalerie perse 1744aCavalerie 1745aCavalerie 1746a             

La figurine de gauche est celle de base. Les reste illustre la bonne ductilité du métal Xyston. 

 

 

 

Une autre idée est de modifier l’équipement. Toujours chez Xyston, les lances ne sont jamais parties intégrantes de la figurine. Il convient donc de faire un petit trou (la mini-perçeuse étant l'outil de bourreau le plus adéquat) dans la mimine de votre fier guerrier qui n’aura pas mal (je vous conseil le lexomil - marche aussi avec votre femme), avant d’y placer une lance de votre confection (vous pouvez essayer après mais ça fonctionne beaucoup moins bien). On peut étendre le concept un tantinet plus loin en sectionnant une arme que le modèle aurait déjà en main pour le remplacer par une lance, comme ici :

 

 

           Cavalerie 1741Cavalerie 1742aCavalerie 1743a                                                                                                                                                                                                                                         

A droite la figurine originale, au centre avec une lance à la place de la hâche, à gauche le bras droit replié vers le haut. Une dernière possibilité existe en combinant les deux conversions pour obtenir une lance brandie !!

 

Une troisième étape consiste en la conversion par décapitation ! Uniquement pour les plus expérimentés d’entre vous… Encore et toujours chez Xyston, la tête se détache assez nettement du reste du corps. Ceci permet, avec un bon cutter à la lame bien aiguisée, de détacher la tête du corps et ainsi la placer, harmonieusement si possible, sur un corps sans tête (la schizophrénie est un mal qui touche les armées de tous les temps mon pauvre monsieur).

 

 

anc20054

Les figurines originales de mes prochains scythes.

 

 

Perses 1768a

Je vous laisse jouer au jeu des sept erreurs.

 

 

Comme je le disais plus haut, ce sont des choses assez simples mais qui enrichissent pleinement la diversité des figurines et qui, dans un effet d’ensemble, rajoute à l’effet de masse grouillante.

 

      Cavalerie 1760

CHAAARGEZZZ !!!

 

La prochaine étape dans la conversion étant de passer à la vitesse supérieure, à savoir : la maîtrise du green stuff ! Mais là, il est temps pour moi de céder la place. Maître Macha, si vous voulez bien vous donnez la peine…

Cavalerie 1764

En avant première mondiale, un petit aperçu du prochain article. Promis, sortie prévue avant 2 ans.

Repost 0
31 août 2011 3 31 /08 /août /2011 22:26

Salut à tous !

 

Ah !

Internet me fait défaut depuis un mois, et le travail est trop prenant... Il faudrait réclamer un temps de décharge pour la mise à jour des blogs.

 

Bien, cet artiste est avant tout un point sur l'avancement de la peinture de mon armée carthaginoise. Il ne manque que la photo d'une plaquette de lanciers libyens. Mais cela viendra plus tard.

Voila déjà l'armée dans son ensemble :

vued'ensemble

De gauche à droite : Le C-in-C, cavalier (Hamilcar ou bien Hannibal, si l'on veut), un éléphant avec une modeste escorte pédestre, les 6 plaquettes de Gaulois, Wb(F), le nouvel éléphant, qui a un soldat sur le dos, derrière le mahout, et à droite les deux Psiloi supérieurs ibériques. Derrière, la petite phalange de lanciers libyens, que nous verrons mieux plus loin.

Voici le nouvel éléphant. J'ai fait une petite conversion pour qu'un lancier prenne place sur son dos, avec une longue lance pour se défendre (ou défendre le mahout, devant lui). C'est une libre interprétation de ma part, n'ayant pu trouvé de réponse faisant consensus quant à l'équipement des éléphants carthaginois.

El4

El2

El1

Les deux éléphants de dos. L'éléphant est la même figurine, mais placée différemment, avec la tête collée un peu penchée et la trompe légèrement courbée (attention à ne pas casser la fig ou à ne pas la fragiliser). Cela permet de diminuer l'effet de répétition. Il me semble que cela marche bien !

Penchons-nous sur les lanciers, reg Sp(O). Pour changer de mes hoplites grecs, et comme les lanciers libyens sont quand même assez peu nombreux, j'ai eu envie de décorer leurs boucliers sans décalcos, mais à la pointe du pinceau. Je me suis un peu renseigné sur la symbolique, les dessins, peintures et sculptures puniques, pour imaginer ou copier mes motifs.Sp4

Sp3

On retrouve le violet, couleur présumée des officiers carthaginois, sur leurs capes. Je me plais à varier les teintes, en n'utilisant pas une teinte fixe, mais en mélangeant les bleu, rouge (chaud et froid), beige ou sable... Bref je m'amuse bien !

Sp1Sp2

L'officier, de dos. Visez la cape, toujours la couleur des officiers ! Contrairement aux autres figurines, qui sont toutes des Xyston, celles-ci sont des figurines Corvus Belli, dont la cavalerie s'adapte très bien à celles de la marque écossaise. Mangez-en !

CinCdos

Et voici nos ancêtres les Gaulois !

Couleurs variées, motifs décoratifs sur les boucliers, tentative de tartans sur les vêtements. Pour faire des derniers, cela m'a demandé quelques essais et quelques échecs... Une couleur de base, travaillée habituellement (du sombre au clair, avec les éclaircissements faits plus ou moins dans le frais), reçoit l'application de lavis pas trop mouillés pour qu'ils soient précisément posés. Cela donne une petit effet tartan ! Du moins, je crois. Et puis c'est sympa à regarder et c'est ce qui compte, flute !

Wb3

Wb1Wb2

"Chargeeez !"

 

Et bien, c'est tout pour aujourd'hui ! Le calendrier me rattrappe, et je dois filer... Avec la partie DBM200 d'hier soir, où Tyty a bien failli rendre ses Perses victorieux, après 5 heures de manoeuvres (on joue lentement, au scalpel... Dans l'oeil ! Gniarf !), j'ai bien pris un peu de retard sur mes obligations. Bigre, à quand les vacances et les loisirs !?

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de figurines de Machablabla et Tyrwaz
  • Le blog de figurines de Machablabla et Tyrwaz
  • : Bienvenue sur le blog de Machablabla et Tyrwaz, figurinistes maniaques et joueurs de DBM, DBA et autres joyeusetés...
  • Contact