Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 mai 2010 3 26 /05 /mai /2010 17:48

Salut à tous !

 

 

Cet article pour vous montrer les étapes de la peinture de mes fantassins français pour le jeu Blitzkrieg, avec le détail des peintures utilisées.
D'abord, allez donc voir ce premier article, si ce n'est déjà fait, pour savoir à quoi ressemblent mes fantassins.

 

J'ai été convaincu par l'utilisation de la technique du lavis pour peindre les tanks en voyant le travail de Xavathor. Cependant, pour ce qui est des fantassins, je ne renonce pas à la bonne vieile méthode des réhauts, du noir jusqu'aux éclaircis de la teinte principale sur les parties saillantes. Simplement car les lavis sont je crois peu précis, une technique utilitaire. J'ai beau vouloir rapidement peindre mes troupes, je tiens à maîtriser le rendu final. Enfin, le long manteau des Français offre la surface idéale pour jouer avec les lumières.

Bref, voila les étapes en images (toute la peinture que j'utilise, du moins pour les figurines, sont de la marque Prince August) :

peint.inf.1   peint.inf.2

Sur une sous couche noire (950) passée au pinceau (gros pinceau et peinture légèrement diluée, quit à passer deux couches, pourvu qu'elle forme une couche fine et légère), suivie quand elle est sèche d'une couche localisée de terre mat (983), pour tout ce qui ne sera pas métallique.

 

peint.inf.3   peint.inf.4

Le manteau, les molletières, les chaussures, le casque, sont progressivement éclaircis avec un mélange de terre mat et de beige (917). Les autres équipements, en cuir, sont eux modulés à l'aide d'un mélange de terre mat et de marron orange (981). Le fusil reste en terre mat et subira un lavis léger noir, ainsi que certaines chaussures.

 

peint.inf.5   peint.inf.6

L'étape suivante consiste à peindre la peau, en chair mat (955), en prenant soin de laisser apparaître les creux dans la teinte précédente (marron ou noire), et le métal de fusils et du paquetage en un mélange variable de gris neutre 1er Empire (992), de noir et d'argent (997). Cette étape installe les contrastes qui donnent aux figurines leur relief. Après cela on peut varier la couleur des cheveux, si l'on veut.

 

peint.inf.7La figurine est presque achevée. Cependant, les casques français, plus que kaki ou marron, tendaient vers une couleur vert olive laquée, tranchant quelque peu avec le manteau et le reste des effets du soldat.
Pour l'obtenir, je fais deux choses. D'abord, je recouvre les casques d'un lavis (assez léger) d'un vert olive (967) légèrement noirci.
Enfin, quand la peinture est sèche, je passe une fine couche de vernis mat (520), poils du pinceau très mouillés, sur ces mêmes casques. Ce finit de leur donner un aspect laqué contrastant avec le reste de l'équipement.

 

 

 

 

 

 

peint.inf.8   peint.inf.10

Voila les figurines avec le lavis vert sur le casque, encore mouillé. Il ne restera plus, une fois le lavis passé, qu'à coller ces figurines sur leur socle.

peint.inf.9

 

Bientôt, je vous montrerai comment je m'y prends pour décorer le socle de mes fiers Français de la bataille de France.
Ce sera au prochain article ! En attendant, salut à tous, rompez !


Repost 0
22 mai 2010 6 22 /05 /mai /2010 15:26

Bonjour à tous !

 

 

Outch, voila bien deux semaines de vache maigre sur ce blog.  Mais voila ! Un appareil photo numérique est arrivé en renfort. Voici donc quelques nouvelles.
Dans le précédent article, je vous disais qu'avec Tyty nous nous mettions au jeu de seconde guerre mondiale Blitzkrieg, dans l'idée d'abord de nous plonger dans le début de la guerre à l'Ouest : la bataille de France.

 

Je me charge du camp français, laissant le commandement des armées allemandes à Tyty. Premier objectif : une compagnie (un groupe de chef de compagnie, et trois sections de trois groupes chacune) et quelques armes de soutien (HMG, canons AC, mortier).

Et voici l'état d'avancement du travail !

Un premier groupe de combat :

inf1.1   inf1.2

Comme vous pouvez le voir, sur mes plaquettes (technique similaire à celle utilisée pour DBM) de 4cm de côté, je dispose quatre figurines. C'est plus, mais la règle stipule que l'on peut monter nos plaquettes librement. En effet, les mesures sont censées être prises du milieu des plaquettes, et celles-ci peuvent s'entre-pénétrer. Géométriquement, cela ne pose donc pas de problème. J'ai choisi quatre figurines, d'abord pour le rendu visuel. Trois, c'est un peu court à mes yeux, même si certaines scénettes peuvent aussi être chouettes avec ce nombre de figurines.

Comme dans de nombreux jeux historiques de guerre, le système se base sur l'efficacité de l'ensemble des troupes représentées sur la plaquette. Blitzkrieg est un jeu plutôt à dimension tactique, et ne pas représenter l'ensemble du groupe de combat (dix ou douze hommes) m'a d'abord posé un peu problème (j'aime tout voir !). Or, du fait de la formation non rigide du groupe, on peut très bien imaginer que les figurines représentées sont au centre de la formation (le gros de la puissance de feu avec la mitrailleuse par exemple), le reste du groupe tournant autour comme les atomes d'une molécule. Simplement, on ne représente pas ces derniers. Oulala, pourquoi tant de prise de tête ?! Parce-que !

 

Un second groupe de combat :

inf2.1   inf2.2

 

Un troisième groupe de combat :

inf3.1   inf3.2

 

Un quatrième !

inf4.1   inf4.2

Oui, ici, le travail est moins avancé, puisqu'il n'y a même pas de sable collé, mais cela viendra bien vite !

 

Une mitrailleuse (je ne sais pas exactement quel est le modèle représenté, mais je fais confiance au fabricant... Tant que ça tire !) :

HMG.1   HMG.2

 

Un canon antichar Hotchkiss de 25mm :

AC25.1   AC25.2AC25.3

 

Les figurines sont des Command decision de chez Skytrex. Elles sont bien sculptées, correctement moulées, très diversifiées, et très bon marché ! Quelques Livres Sterling et hop ! vous vous retrouvez avec un sachet plein d'une cinquantaine de magnifiques figurines !

Il me reste à finir les socles, en leur donnant un petit air champestre et printanier : terre un peu sèche, herbe vert-jaune. De nouvelles photographies et une description de la méthode de peinture dès que ces plaquettes et quelques suivantes seront achevées.

A bientôt sur ce blog ou autour d'une table !

Repost 0
9 mai 2010 7 09 /05 /mai /2010 12:08

Salut à tous !

 

Et bien me direz-vous, cela fait longtemps que rien de nouveau n'est paru sur ce blog... Certes ! C'est que nous sommes bien occupés à d'autres choses. C'est le syndrome de la vie réelle, maladie qui empêche les blogueurs fous que nous devenions de ne passer leur temps qu'à ça. Parmi les symptômes, on trouve : vacances, repos. Mais encore : surcroît de travail, occupations diverses... Il ne faut pas non plus négliger les besoins de pause, ni sous-estimer les conséquences d'une panne d'internet.

 

Ouf ! Cette période de creux n'est pas encore finie, non. Pourtant, par delà monts et marées, continuent les aventures fabuleuses des figurinistes que nous sommes. Nous allons donc bientôt avoir de petites choses très sympathique à vous montrer... Et voici un avant-goût :

Modélisme :

Field Hamois Belgium Luc ViatourDans la famille confection de décor, je demande le champ de blé. Et oui, la règle DBM inclut la possibilité de placer des champs. Et les armées perses et égyptiennes y ont droit. Après avoir trouvé un chouette champ de blé de modélisme dans le commerce, j'ai commencé à plancher sur la question pour en faire quelque-chose de jouable et de joli.

 

Voici les grappes, et le début du travail :

 

grappe     grappe-sable

 

 

 

 

 

 

 

 

Armées antiques pour DBM :

armée-sur-boite

Mine de rien, mon armée grecque des guerres perses avance, modéstement mais sûrement. Voici une vue de ce qui constituera une bonne partie de mon armée de 200 points, collée sur ma boîte de transport.
hoplite1De plus, le contingent spartiate, qui formera le coeur de cette armée grecque (à la façon de la bataille de Platée), avance à bon pas, avec déjà 62 points (il faut dire qu'avec la plaquette de général à 27 points, la somme prend vite de l'allure !), soit 5 plaquettes de hoplite (reg Sp(S)) et celle de général en chef (idem).

Encore 9 plaquettes à réaliser, et j'ai mes 200 points ! Après quoi je posterai force clichés de parade et de batailles !

 

Du côté perse, Tyty vous a concocté un article sur ses derniers cavaliers, très jolis et très fidèle à ce que l'on en sait historiquement. Seule la résistance de son internet à sa volonté empêche son bouclage !

 

Partie historique :

combat guerre mediqueJe compte rédiger davantage d'articles purements historiques dans les temps qui viennent. Bien, cela concernera d'abord le conflit antique qui nous intéresse pour le moment, les guerres entre la Grèce classique et l'Empire perse, et ses protagonistes (surtout la Grèce pour ma part). La vie en Grèce, la politique, les Cités... Mais aussi les origines de cette civilisation, ses influences et sa pensée. Des cartes et l'évolution des conflits contre les perses, entre autres joyeusetés.

 

 

 

Elément pratique du blog :

Vous pouvez aller voir cette page qui compile et façon lisible et précise tous les articles de modélisme. En effet, le blog est un outil précieux et amusant, mais sa structure archaïque rend vite difficile la recherche des articles passés. Les plus vieux croulent sous les plus récents...

Nous classerons de la sorte tout le contenu du blog, au fur et à mesure qu'il s'étoffera.

 

Nouveauté :

Comment annoncer le mieux cette nouveauté... Ainsi :

somuaMais, mais... Ce n'est pas antique ?! Et non, c'est bien un char français de la deuxième guerre mondiale. Car il nous prend, à Tyty et à moi, l'envie de changer d'époque, et de type de jeu de figurines. De plus, nous avons joué à un chouette jeu avec l'ami Xavathor : Blitzkrieg. Ce jeu nous a semblé très bon, simple, prenant, et semble-t-il satisfaisant niveau rendu de la guerre. Avec sa petite échelle, c'est surtout la portée tactique qui est mise en avant, ce qui nous changera bien de DBM.

 

De-GaulleQuelle période ? Quel théâtre d'opération ? Quelles armées ? Et bien je vais commencer Français ! Oui messieurs ! Alors que Tyty jouera les Boches et leur blitzkrieg. Nous nous plongerons dans la campagne de France, la bataille de la Meuse, la percée de Sedan, jusqu'aux dernières résistances françaises quelques jours après la signature des conditions de l'armistice...

 Images Battlefront

 

Rommel

Ainsi, nous avons commandé de quoi monter une armée française et une allemande, dont nous vous montrerons régulièrement l'avancée. Nous avons fait confiance à la gamme Command Decision de chez Skytrex, qui semble belle et sérieuse, en plus d'offrir du choix, de bons prix, et surtout, tous les Français qu'il faut (ou presque) pour constituer une armée (les pauvres n'ont pas la cote chez les fabricants de figurines...).

 

 

Comme vous le voyez, beaucoup de choses en perspective ! Alors bon week-end, et à bientôt, ici ou autour d'une table de jeu !

Repost 0
Published by macha - dans Général
commenter cet article
21 avril 2010 3 21 /04 /avril /2010 23:00

Sans titre-1 copie

 

 

C'est bien beau de faire de belles collines pour figurines aimantées, mais comment qu'on fait pour les aimanter ?!! Je profite donc de cette superbe innovation de Machablabla (dont le brevet est en cours d'homologation) pour nous arrêter sur une étape bien reposante mais nécessaire : l'élaboration du socle sur lequel gambaderont gaiement nos figurines. Cette étape peut paraître dérisoire mais c'est finalement la plus importante. N'oublions pas que c'est le socle en lui même que nous utilisons du point de vue ludique. Les figurines ne sont là "que" pour déterminer ce que le socle représente (c'est ainsi que nos premières expérimentations de DBM se firent à grand renfort de bouts de carton, griffonnés de leur type de troupe. Une solution idéale pour expérimenter une règle avant de s'y investir en connaissance de cause.).

 

 

MATERIEL UTILISE :

 

  • Carton type "marie-louise" ou "passe-partout" utilisé pour encadrer des tableaux ou des photos. C'est un carton de 2mm d'épaisseur très robuste.

 

Aimants 0007a2mm d'épaisseur, amplement suffisant !

 

  • L'aimant. Et quel aimant ! On a ni plus ni moins trouvé le matériel idéal dans ce que nous propose Gauthey Miniatures. Le produit vendu (ACC2) consiste en une feuille aimantée très fine - moins d'un demi millimètre, adhésive et découpée d'une largeur d'un socle : 40mm. La feuille étant très fine, elle se découpe d'autant plus facilement.

 

Aimants 0005Les deux faces de la feuille aimantée, la partie blanche correspondant à la protection de la partie adhésive.

 

 

Aimants 0006aOn ne peut plus fin !

 

Avec ce matériel, on a de quoi faire un socle solide, facile à découper, donc aux contours précis, et permettant de transporter en toute sécurité nos figurines pour une épaisseur de moins de 2,5mm à l'arrivée, seulement !!

 

 

MODUS OPERANDI :

 

  • Découpez une bande bien rectangulaire de 40mm dans la marie-louise (n'ayez pas peur, elle l'a bien cherché). Une fois de plus, je ne saurai trop insister sur la conséquence directe qu'il y a entre la qualité de l'outil utilisé et la qualité du produit final. N'hésitez donc pas à investir dans un bon cutter à grosse lame, plutôt lourd (évitez ceux en plastique). Il vous permettra une prise en main ferme et donc un découpage précis. La qualité de la lame y fera beaucoup aussi, permettant un "découpage net et sans bavure dès le premier passage...".

 

Aimants 0001Une belle bande de marie-louise.

 

  • La bande obtenue, il suffit de la découper de la profondeur de socle voulue. Pour cette étape comme pour la précédente, la précision du tracé déterminera la conformité de la forme finale du socle. Ainsi, il vaut mieux utiliser un criterium plutôt qu'un crayon à papier mal taillé. Ou pire, un stylo à bille ! ("Non, pas le stylo à bille...") N'hésitez pas non plus à sortir règle et équerre pour obtenir un joli rectangle.

 

Aimants 0008Prêt à être découpé

 

Aimants 0010S'appuyer sur une règle pour une découpe droite.

 

Aimants 0011aUn vrai biscuit, on en mangerait !


  • Le socle obtenu, il faut lui préparer son aimant. Personnellement, je le découpe très légèrement moins large que le socle auquel il est associé. Je ne prends comme ça pas le risque que l'aimant dépasse du socle une fois collé. On pourrait n'utiliser que quelques petits carrés d'aimants à coller sous le socle pour faire des économies mais la faible épaisseur de l'aimant fait qu'il n'est pas surpuissant. Ce serait donc prendre le risque d'une mauvaise adhérence durant un transport. Il est cependant amplement sufisant quand celui-ci recouvre l'ensemble du socle.

Aimants 0012Plutôt que de mesurer, je me base directement sur la largeur dont j'ai besoin...

 

Aimants 0013a...en prenant soin de laisser une petite marge pour ne pas dépasser du carton.

 

Aimants 0014Là je m'appuie directement sur le socle.

 

Aimants 0015Notre aimant et notre carton prêts à fusionner.

 

  • Il n'y a plus qu'à coller l'aimant au carton. Une marie-louise étant constituée d'une face, ondulée, et d'un dos, plat, on colera l'aimant sur la partie plate (ça fait gondoler le carton si on fait l'inverse, pour l'avoir expérimenté par mégarde...). Ne pas hésiter non plus à bien presser le carton et l'aimant entre vos doigts pour que l'adhésif prenne bien.

Aimants 0016aLa feuille protectrice s'enlève très facilement.

 

 

Aimants 0018Les deux faces qui vont venir se rejoindre : l'adhésif de l'aimant au verso du carton.

 

 

Aimants 0019Fusion parfaite ! Ne pas hésiter à bien presser entre ses doigts pour que la colle prenne bien.

 

 

Et voilà, vous avez un magnifique socle prêt à recevoir ses figurines. Accorder autant d'importance à la précision du socle paraît dérisoire. Cependant, DBM est une règle qui se joue au millimètre près (ça fait partie de ses rares aberrations, mais il faut bien délimiter les choses !) et, plus encore, l'élaboration de vos groupes de socles, leur placement et leur évolution sur la table de jeu se feront d'autant plus facilement et précisément que les socles seront faits sur la même mouture, avec la même précision. L'adjonction des uns aux autres constituera ainsi un ensemble homogène (sachant que plus les groupes seront grands, plus l'imprécision du découpage se fera ressentir).

 

 

Aimants 0020WAHOOOO !

 

 

 

 

Pour mieux vous illustrer les possibilités insoupçonnées de la nouvelle approche que permet la dimension aimantée, outre le fait d'être indélogeable des éléments de décors, je vous propose de partir...

 


A L'ASSAUT DE LA VACHE MEUH !!!

 

 

Aimants 0025

Qui c'est qu'a le plus gros aimant ?

 

 

Aimants 0022Les troupes sont en approche de la vache Meuh.

 

 

Aimants 0023La vache Meuh est cernée !

 

 

Aimants 0030

Meuh n'a qu'à bien se tenir. Les Thraces sont soutenus par les amendements 3.1 de DBM !

Repost 0
14 avril 2010 3 14 /04 /avril /2010 13:59

Salut à tous !

 

Revoici la terre qui tremble, et les monts abruptes qui surgissent par dessus l'horizon ! La terre se déchire et le roc comme des épieux titanesques menace la plaine tranquille.

 

Non, c'est une blague, en fait, je ne parlerai dans cet article que d'une butte. Une toute petite butte. Une butte modeste, une butte discrète, une butte verte... Mais une butte révolutionnaire !

 

Et oui mesdames et messieurs, ici vous verrez la révolution figurinistico-historico-stratégique se mettre en marche, de vos yeux et sous vos nez ! Car en effet, le dilemme dans la confection et l'utilisation de décor entre la pratique et l'esthétique est en cours de suppression ! Je parle bien de suppression, pas de solution ni de compromis... De suppression !

 

 

C1

Cette révolution s'est mise en marche lors de ma dernière partie DBM avec l'ami Tyty, lors de laquelle, un combat acharné et sanglant s'est déroulé sur une colline, passage à couvert de la sournoise armée perse de mon adversaire. Je vous raconte la façon de fabriquer cette colline dans cet article.

Très vaste, j'avais étudié l'angle de ses pentes par rapport au plan de la table, en espérant que les figurines y tiendraient, stables sur leur socle, sans soucis.
Mais, le sablage, la peinture puis le flocage, avec les irrégularités et la différence de texture apportées, ont rendu, malgré tous mes efforts, ma colline glissante.

Oh, pas question de faire du ski, de dévaler la pente de haut en bas, à toute allure. Non. Mais, quelques millimètres de chute sur un coin de socle, un par ci, deux par là... Inutile de dire que quand la majeure partie d'un combat se déroule sur la colline, la perte de précision se fait de plus en plus grande. Jusqu'à accepter, même pour des joueurs malades comme Tyty ou moi, de jouer un peu à l'arrache. Quelle horreur !

 

D'où l'idée : se dôter de collines d'où les figurines ne tomberont plus. En d'autres mots, fabriquer une colline, si ce n'est aimantée, du moins magnétisée. Il faut donc la faire en un métal magnétique, ou recouvrir une colline du même type que celle précédemment modelée de métal.

 

 

Et voila le début de la construction.

La bonne idée, c'est d'utiliser de la tole que j'avais reperée il y a quelques temps à Castorama, sans savoir à quoi elle me servirait, mais en ressentant alors un furieux pressentiment. Je profite donc d'une journée de pluie et d'un passage à proximité du magasin pour regarder ce qu'on me propose. J'écarte naturellement toutes les toles en alu, qui ne sont pas magnétiques. Et choisis une tole d'acier déployé : une sorte de grillage, de fine épaisseur, mais au maillage assez dense pour que tiennent dessus les plaquettes soclées.

 

cc17cc18

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et oui, cette tole accroche bien les plaquettes émantées, déjà pressées de jouir de cette accroche pour batailler grâce à la superbe règle De Bellis Multitudinis...

 

 

Voila l'idée retenue pour réaliser la colline : d'abord, tailler une colline dans du polystyrène extrudé, comme j'avais fait pour la première. Pour cela, il faut la planche de polystyrène de 4cm d'épaisseur, le cutter et la brosse à poils métalliques. Et voici, mieux qu'un discours, les étapes en images :

 

cc16cc15cc14

 

 

 

 

 

 

 

 

 

cc12 cc12Et le travail continue jusqu'à obtenir une colline similaire à celle du premier article et essai de fabrication de colline. Néanmoins, je ne m'assure pas de la même rigoureuse planitude des pans, comptant cette fois-ci sur l'effet de magnétisme pour que mes figurines tiennent à leur place.

 

 

 

Maintenant, il me faut découper la tole d'acier. Mais comment ?

"De l'acier, c'est dur, non ?"

Oui, mais pas tant que ça, surtout en tole déployée comme la nôtre. Après avoir usé quelques pinces, j'ai essayé le plus bête de mes outils coupants : une paire de ciseaux ! Et bien, figurez-vous que c'est encore, parmi tout ce que j'ai essayé, ce qui coupe le mieux. A condition bien sûr de ne pas utiliser l'extrémité des lames, où la puissance exercée par la main est moins franchement transmise.

Il faut à ce stade de couper trois morceaux de tole : l'un couvrant et la ligne de crête de la colline, et ses deux pans principaux. Les deux autres couvriront les deux petits pans restants, quelques peu rectangulaires. Pour tailler, je me fabrique des gabarits en papier, que je dessine en posant une feuille A4 sur la colline. Je dessine dessus la forme des pans, que je peux alors facilement reporter sur ma tole. Je fixe à la pâte ce gabarit sur l'acier, que j'attaque ensuite aux ciseaux. Voila le résultat en images :

 

cc11cc10

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Je vérifie, en plaquant ma tole coupée sur la colline, que celle-ci s'adaptera sans problème. La question reste à ce moment : comment fixer cette tole à la colline ? J'ai tenté une approche douce dans un premier temps, sans résultat. En effet, les agraffes ne fixent absolument rien dans ce polystyrène. Il est trop facilement trouable, et les agraffes n'y tiennent pas. Des bouts de fil de fer recourbés, d'un diamètre plus important que les agraffes, ne font pas mieux. Pire, les traces qu'ils laissent à la colline sont plus voyantes.

Les colles ne sont pas utilisables non plus : la colle à bois n'a pas assez de prise sur la tole (à mon avis, je n'ai pas essayé), la super-glue fait fondre le polystyrène, ainsi que les colles plastiques. Il reste bien les colles en résine, mais cela coûte une fortune pour se procurer un tube minuscule... Exit les colles !

 

cc9

Un fol espoir m'habite : cela devrait fonctionner !

 

Il reste la solution du maçon : badigeonner la colline d'enduit de rebouchage, puis appliquer la grille. Non seulement en séchant l'enduit fixerait la tole, mais en plus, il comblerait ses trous ! Ca, c'est pour la théorie.
Mais la pratique donne parfaitement raison à la théorie, et cela marche ! Voici les photos :

 

cc8cc7cc6 

 

Un petit poids (presse-papier) me permet d'ajuster à force un coin de tole qui n'épouse pas bien la forme de la colline...

 

Puis je fixe, chacun son tour et de la même façon, les coins de tole manquant pour couvrir toute la colline. Je fais attention à bien lisser et à ne pas laisser trop dépasser d'enduit (même si je sais que je finirai par poncer l'enduit de trop). Depuis, je comble les zones périphériques, sous le grillage, où le polystyrène n'est pas présent pour dormer un bord propre et continu (oui, car contrairement à ma première colline, j'ai taillé celle-ci "à l'arrache" !). Voici les images :

 

cc5cc4cc3cc2

 

 

 

 

 

 

 

 

Il me reste à attendre que cela sèche bien avant de combler d'éventuels trous, puis finalement poncer ce qui dépasse et gène la manœuvre.

 

La suite passe par la pose d'une petite couche d'enduit pour combler quelques trous et régulariser les bords, par le ponçage de cette dernière couche ensuite, pour lisser et réduire les trop fortes épaisseurs. La suite est classique : colle à bois pour coller une fine couche de sable. Je frotte ce sable collé une fois qu'il tient un peu, pour faire tomber tous les grains un peu trop gros qui créeraient des irrégularités trop grandes pour la bonne tenue des plaquettes. Quand le sable tient, c'est la peinture, et là, c'est exactement la même chose que pour la colline précédente.
Voila les étapes en images :

 

cc21cc20cc19

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

cc23

 

Et voila une belle colline magnétique ! Les aimants s'y accrochent, les plaquettes de figurines aussi. Vivement la prochaine partie de DBM, et les prochains combats acharnés dessus, pour voir à quel point elle est agréablement utilisable. Une bataille qui sera sans doute l'occasion d'un prochain rapport sur ce blog !

Repost 0
12 avril 2010 1 12 /04 /avril /2010 17:40

égyp20

 

Salut à tous !

 

Après ce superbe article de l'ami Tyty qui nous détaillait une anachronique mais belle bataille DBM, voila des nouvelles de mon armée du Nouvel empire égyptien pour DBA.

 

Peinte à moitié (6 plaquettes et une tente qui fera le camp), les dures batailles à venir contre les armées DBA de choc semblent se rapprocher.
Nous avons ici deux chars (Cv), deux plaquettes d'archer (Bw), et deux de Lame (Bd) :

 

égyp22

 

Mes deux plaquettes de lames ne sont pas identiques. L'une comporte quatre figurines armées des haches lourdes égyptiennes, leur formation est serrée. Ce sont des Bd(O) (lames ordinaires) à DBM. Il s'agit de figurines Chariots miniature et Essex, peintes quasiment sans modification de la figurine. L'autre ne comporte que trois figurines équipées de lances. Leur formation est plus lâche, les soldats sont plus mobiles : ce sont des Bd (F) à DBM, moins solides mais plus rapides. J'ai fait une petite convertion des mêmes figurines que l'autre plaquette, auxquelles j'ai ôté les haches, troué les mains, dans lesquelles j'ai placé une lance. Comme cette armée DBA est censée grandir vers une armée DBM, il faut que je respecte les choix de la liste égyptienne DBM. Or, les Bd obligatoires sont des (F), armées de lances, et non de haches, pour la période de Ramsès II.

 

égyp30

 

Pour le reste de l'armée, je vous laisse regarder les photos ci-dessous, ou consulter l'album photos "Autres armées" dans lequel on peut retrouver toutes les photos de mes bleus Egyptiens !

 

égyp22égyp25   égyp24égyp26égyp28

 

 

 

 

 

Et bien sûr, n'oubliez pas d'aller jeter un œil de temps en temps sur la page consacrée aux Grecs de l'Attique, qui avance petit à petit...

Repost 0
3 avril 2010 6 03 /04 /avril /2010 19:30

Initiation-du-02-04-2010 0350

 

Hier soir, c'était soirée DBM, entre autres, à Fumbles. Une grande première, et à plus d'un titre ! Première partie DBM pour la plupart des participants et première initiation organisée par nos soins. Le format choisi permettait une approche simple et exhaustive de la règle. De par l'échelle choisi pour commencer : 200 pts d'armée de part et d'autres. On reste comme ça à un format raisonnable. L'approche ludique permettait elle aussi de gagner en fluidité : chaque armée était composée de deux corps, chacun joué par un joueur. On garde et l'intérêt stratégique de DBM de par les deux corps et une certaine rapidité de jeu de par la répartition entre deux joueurs de la gestion de l'armée. C'est la composition des armées qui permit l'approche globale de la règle avec une opposition de style très variée. J'ai ainsi nommé pour les belligérants (brancher  "Eyes of the Tiger" de Rocky I, II, III, IV, V, VI, NON) :

 

Armée entièrement régulière, coûteuse en troupes lourdes donc peu nombreuses mais solides : les Chinois de Vince (The Vince's Chineses !).Ils leur faudra être efficace, car avec leur faible seuil de démoralisation, ils ne peuvent pas se permettre beaucoup de pertes. Vince et Macha auront la charge de mener à la victoire cette armée.

 

III/ 20 Sui and early T'ang Chinese 581 après JC – 755 après JC


Aggressivité : 3


1er corps

Commandant en chef – reg Cv(S) 30 AP

Cavalerie lourde – 3 reg Cv(S) 30 AP

Cavalerie cataphractée – 2 reg Kn(X) 26 AP

Archers à cheval – 4 reg LH(F) 16 AP


10 Equivalents Eléments > Démoralisation à 4 EE. 102 AP


2ème corps

Sous-général – reg Cv(S) 30 AP

Cavalerie lourde – 3 reg Cv(O) 24AP

Infanterie Pu-Ping – 4 regSp(O) 20 AP

Archerie Pu-She – 4 reg Bw(O) 20 AP et 2 reg Ps(O) 4 AP


12,5 Equivalents Eléments > Démoralisation à 4,5 EE. 98 AP

 

Le petit mot de Macha :

"Notre stratégie avec Vince a été bâtie sur deux idées simples. La première lors de la conception de la liste consistait à former un centre solide et polyvalent constitué d'infanterie lourde et d'archers. D'un côté tournera un groupe de quelques cavaliers lourds, quand de l'autre, et ce sera l'arme offensive principale, s'articulera un fort corps de cavaleries, lourde, cataphractée et légère. En somme : un centre solide, sur chaque flanc un groupe de cavalerie, dont un plus faible, qui temporise, l'autre plus fort, qui attaque. Un classique !

La seconde idée nous est venue lors du déploiement. Notre côté de table était rempli de terrains difficiles. Un gros danger puisque l'armée adverse comprend énormément d'auxiliaires, de psilois, qui sont à même d'envahir ces terrains puis d'en surgir de toutes parts. Il fallait donc essayer de bondir au plus vite assez loin de ces terrains difficiles pour que le combat se passe sur la plaine, d'où notre déploiement très en avant. Quant à la position du déploiement sur la largeur, il nous a été dicté par la morphologie de l'armée adverse et le déploiement de son premier corps : le plus gros corps numide complètement sur notre aile gauche, avec sa légion de type romain sur le bord de table. Nous avons alors voulu tenter de nous déployer en masse sur la partie droite de la table. Notre corps contenant l'infanterie est placé serré sur notre droite, cavalerie à droite pour interdire les débordements en bord de table. Quand nos adversaires numides ont déployé leur second corps dans la ligne du premier, étalant leur armée sur toute la largeur de la table, le déploiement de notre force de frappe, le corps du général en chef, toujours serré sur la droite, en face de la jonction entre les deux corps ennemis, nous est apparu idéal : nous allions tenter d'enfoncer brutalement cette jonction avant que le gros corps numide, celui mis à l'écart par notre déploiement, ne nous fonde dessus et ne nous submerge. Nos quatre cavaliers légers devaient, eux seuls, en finesse, occuper le plus lontemps possible, la vingtaine de plaquette de ce grand corps opposé."

 

numérisation0003

Armée à dominante irrégulière, foisonnant de troupes légères très mobiles, mais aussi très fragiles, et en grand nombre, donc prête à encaisser les coups : l'armée numide de Juba I (aucun rapport avec Star Wars...). Pourquoi Juba I ? Il permet d'aligner deux éléphants et une pseudo légion qui assurent respectivement une bonne force de frappe et un noyau solide. La multitude de troupe légère, notamment les Ax (I) qui ne coûtent que 2 pts, permettent de gonfler considérablement le moral de l'armée et d'ainsi voir le seuil de défaite à 20 plaquettes. C'est Hervé et Lucas qui en seront les généraux !

 

 

 

MISE EN PLACE DU DECOR :

 

Après avoir été désignés envahisseurs, Macha et Vince sont les premiers à pouvoir choisir des éléments de décor qu'ils pourront placés par la suite. Ils tentent d'obtenir une rivière (the Tyty's River !) mais doivent se contenter d'une route.

 

C'est ensuite à nos deux défenseurs, Hervé et Lucas, de déterminer le gros du décor. Comme ils sont défenseurs, ils sont obligés de placer les éléments obligatoires de leur liste d'armée, à savoir au moins une colline escarpée. Ils choisissent d'opter pour une forêt. Ces deux terrains seront des terrains difficiles (Difficult Going : DGo).

 

Après avoir déterminé tous les éléments à placer, ceux-ci sont disposés sur la table. Les deux éléments difficiles se retrouvent concentrés dans la zone de déploiement des Chinois (qui n'ont aucune troupe adéquate pour pouvoir les tenir) tandis que la route parcourt de part en part le champs de bataille.

 

 

DEPLOIEMENT :

 

Les Numides étant défenseur, ils doivent se déployer en premier. Les bagages installés de part et d'autres, le plus gros corps (en terme de plaquettes !) se place en premier. Il s'agit pour eux du corps de leur général en chef incarné par Lucas. Il se déploie sur l'aile droite en plaçant de droite à gauche ses légions, ses auxiliaires, ses psilois et ses éléphants. Le Lh est placé juste derrière en soutien, prêt à bondir pour parer à toute éventualité. Le général est accollé à la masse pour lui permettre de bénéficier de son bonus de commandement.

 

 

Initiation-du-02-04-2010 0285L'aile de Lucas est placée.


 

Initiation-du-02-04-2010 0286Ils barissent mais White n'est pas là...

 

 

 

Comme pour laisser les Numides le bec dans l'eau, les Chinois se déploient à l'extrême opposé, sur leur propre aile droite :

 

Initiation DBM 0288Toute la piétaille chinoise, archers et lanciers, se retrouve concentrée ici, soutenue par de la cavalerie lourde.

 

 

C'est au tour du deuxième corps numide de se placer. Hervé encadre son infanterie légère par ses cavaliers légers (Light horse : Lh) :

 

Initiation-du-02-04-2010 0294a

 

 

Il ne reste plus que le général en chef Chinois (Mao Tse Mach') à faire son entrée. Sa cavalerie lourde et lui même se déploient dans la continuité du corps du sous-général (Sun Vince) tandis qu'une unité de cavalerie légère (des Lh(F), F pour Fast) se forme en colonne sur les pentes de la colline escarpée.

 

 

TAYAU !

 

C'est le premier tour et les envahisseurs chinois mettent à profit le bon commandement de leurs généraux pour fondre sur leurs adversaires. Ainsi les Lh descendent de la montagneu à cheval (clap ! clap !), ils descendent de la montagneu à cheval (clap ! clap !), ils descendent de la montagne, ils des... Pardon.. Simultanément, la cavalerie disposée au centre du dispositif (qui comprend de redoutable chevaliers cataphractés armés d'une lance à deux mains : des Knight (X) ! et non pas des Knackis...) pivote pour faire face au pachyderme. L'aile droite quant à elle se redéploie pour s'aligner face aux Numides menaçant leur flanc droit.

 

 

Initiation-du-02-04-2010 0297

...ils descendent de la montagneu à cheval, clap ! clap !

 

 

En réaction, Lucas avance ses mastodontes de combat vers la cavalerie menaçante, aidée par la colonne de Lh de droite du corps de Hervé. L'infanterie disposée sur l'aile droite avance en masse vers les Lh qui... descendent de la montagneu à cheval ! (clap ! clap !). Les légions sont laissés en retrait pour laisser un héroïque cavalier léger sortir de nul part et tenter de s'opposer aux Lh chinois qui... (ben non, pourquoi descenderaient-ils d'une montagne ?). Sur l'aile gauche numide, Hervé se prépare à faire face à son tour et redéploie sa colonne de Lh de gauche en ligne. Ils avancent conjointement avec l'infanterie légère :

 

 

Initiation-du-02-04-2010 0299aLes lignes se rejoignent...

 

Initiation-du-02-04-2010 0318a...et le choc est inévitable au centre.

 

 

Initiation-du-02-04-2010 0319Descendus de la montagne, les Lh chinois sont attendus.

 

 

Initiation-du-02-04-2010 0320Eléphant et cavalerie légère de concert : ca va swinguer !

 

Initiation-du-02-04-2010 0321Stoïques et prêts à parer à toute menace, les Chinois n'ont nem pas peur.

 

 

Si au centre les éléphants laissent le soin aux cavaliers d'engager le combat, il n'en est rien sur l'aile droite où le cavalier léger numide s'avance vaillament sur le flanc adverse. Bien lui en a pris puisqu'il élimine son vis à vis, incapable d'effectuer un replis en bon ordre (il ne descendera plus de la montagne à cheval !). Son héroïsme sera de courte durée puisque le défunt sera vengé par ses compagnons qui auront raison du Numide, encerclé...

 

 

Initiation-du-02-04-2010 0330Le Lh pris de flanc sera rejetté contre ses camarades et ainsi éliminé.

 

 

Initiation-du-02-04-2010 0337

  "Le Chinois est revenchard" - proverbe numide.

 

Sur son aile gauche, le Numide est obligé d'aller chercher le contact pour ne pas voir son centre réduit en poussière. Les auxiliaires s'avancent ainsi sous les volées de flèches chinoises pour soutenir les Lh.  Dans cette entreprise, ils perdront une plaquette, criblée de flèches.

 

 

Initiation-du-02-04-2010 0338

  Les auxiliaires au loin tentent d'apporter leur soutien.

 

 

Le dispositif étant suffisamment en place, la cavalerie chinoise, emmenée par son général en chef, part enfin à l'assaut des pachydermes. La situation est délicate puisque ceux-ci ont perdu la jonction avec les troupes légères. Ils sont donc tournés et pris de flanc sur leur droite. Il va falloir tenir bon pour ces géants de chair.

 

 

Initiation-du-02-04-2010 0341a

  Quelle vue !

 

Initiation-du-02-04-2010 0344

Ca va piquer !

 

Et ils tiennent bon ! Repoussant au loin la cavalerie... Le Numide en profite pour reprendre l'initiative et ainsi presser le Chinois sur son aile gauche avec les auxiliaires sur un cavalier léger et presser aussi sur son aile droite avec un Lh, soutenu par un Ax, engageant des archers. Ces même archers qui firent manger la poussière à une première plaquette de Lh, au tir.

 

Initiation-du-02-04-2010 0349aLh contacté,

 

Initiation-du-02-04-2010 0351Lh repoussé !

 

Initiation-du-02-04-2010 0350 On peut voir au loin, désigné par le doigt, le Lh contactant les archers qui ont précédemment éliminé au tir un premier Lh.

 

Malgré la fuite du Lh chinois au pied de la colline (qu'il devra contourner... Et oui, descendre d'une montagne à cheval est une chose, la remonter en est une autre.) le sous général perd son cavalier léger, étrillé par les archers. Le Chinois reprend les choses en main et cherche à stabiliser son assise en solidifiant ses flancs. Les deux Lh restant sur son aile gauche se ruent sur les javeliniers (les auxiliaires donc) en les prenant de flanc. La cavalerie au centre se lance de nouveau à l'assaut des éléphants.

 

 

Initiation-du-02-04-2010 0352

Le Chinois maintient la pression.

 

Le flanc toujours autant exposé, l'éléphant de droite finit par céder sous les assauts répétés des cavaliers ennemis. Le flanc droit des auxiliaires de Juba ne résistent pas non plus à l'encerclement et se font anéantir. Un énième tir d'archer emporte dans la tombe une troisième plaquette de Lh sur le flanc gauche numide.


Initiation-du-02-04-2010 0353a

 

 

Faisons les comptes : le corps de Juba I tout comme le corps de son sous-général ont dû encaisser quatre pertes. Le second corps n'est donc plus très loin de la rupture avec six plaquettes comme seuil de démoralisation. Le corps de Juba a un peu plus de marge avec 8 équivalent éléments (EE) comme seuil de démoralisation. Mais le dispositif est bien entamé. Juba décide donc de prendre les choses en main et d'engager le combat de lui même. Il contacte ainsi un cavalier adverse, soutenu par ses troupes légères. Suivant l'impétuosité du général, une plaquette d'auxiliaires engage les si meurtriers archers alors que d'autres, sur l'aile droite numide, font face et encerclent les cavaliers légers devenus bien menaçant  au pied de leur colline.

 

Initiation-du-02-04-2010 0354a

 

Mais c'était sans compter sur la réussite implacable des archers chinois qui repoussent les auxiliaires. Ceux-ci viennent s'empaler sur les troupes chinoises adjacentes. Au centre, dans le bras de fer qui voit s'opposer le dernier éléphant  à la cavalerie lourde chinoise, un quatrième Lh numide, dans sa tentative de soutien à l'éléphant, périt. C'était la plaquette de trop...

 

Initiation-du-02-04-2010 0366GAME OVER !

 

Le calcul est rapide. Le second corps est démoralisé (son seuil de démoralisation se situant à 6 EE perdus). La totalité de ses plaquettes, soit 17 en tout, est considérée comme perdue. Quand on y ajoute le nombre d'éléments perdus par le premier corps, soit quatre plaquettes, on atteint le bilan de 21 plaquettes perdues. L'armée numide ayant perdu plus de la moitié de ses EE (équivalents éléments), soit 21/40 plaquettes, elle est considérée en déroute.

 

 

Initiation-du-02-04-2010 0386a

Ceux qui restent... 

 

 

 

 

Initiation DBM 0347aBravo les gars, on est bien descendu de la montagneu à cheval, CLAP ! CLAP !

Repost 0
31 mars 2010 3 31 /03 /mars /2010 23:09

Salut à tous !


C'est avec grand regret que je dépose un post qui poussera au loin la magnifique rivière de Tyty jusque-là en premier plan de ce blog. Mais c'est la dure réalité d'un blog, chaque nouvel article enfonce un peu plus ses prédécesseurs dans l'oubli...


Mais voila les nouvelles !

J'ai créé et publié une page dédiée au gros de mon travail historico-figurinistique : mon armée grecque classique. La page actuellement publiée concerne le corps attique, dont les troupes viennent d'Athène et de ses environs, et commence en détaillant la démarche de la création de son principal élément : la phallange ! C'est ici que ça se passe, mais il suffit aussi de cliquer sur le lien, à droite du blog, dans la rubrique "DBM early hoplite greek Macha".

 

Autrement, une bonne nouvelle pour le jeu DBM et les joueurs qui aiment les jeux historiques de qualité, nous organisons avec Tyty une table de jeu pour une adaptation de DBM en 200 points, afin d'initier nos camarades du club Fumbles de Fontainebleau. C'est vendredi soir, dès 21h30, au club Fumbles évidemment ! Venez venez !

 

Et parce-que ce serait trop triste de laisser un post sans aucune image, voici juste pour le plaisir une photo de mes Grecs en format DBA. Bonne nuit à tous, et à bientôt ici ou autour d'une table de jeu !

 

grecs-dba

Repost 0
29 mars 2010 1 29 /03 /mars /2010 16:30

Riviere 0260a

 



Vernissage :

 

Riviere 0234a

 

Ultime étape avant les finitions : l'application du vernis. Le vernis en soit est un vernis incolore brillant pour bois acheté en magasin de bricolage. Le but de celui-ci est de donné une brillance au mélange de colle à bois et peinture acrylique qu'on a appliqué précédemment. En plus de la brillance, l'objectif est aussi d'appliqué un maximum de couche pour tenter de donner de la profondeur à notre eau en essayant de recréer un effet loupe.

Riviere 0239N'ayant encore jamais eu l'occasion d'essayer  un tel procédé, la première étape est de faire des tests sur un échantillon barbouillé de notre mélange. Après avoir essayé différentes façon d'appliquer le vernis, la plus probante a été celle qui consiste à mettre deux couches fines. Deux, parcequ'au delà, le vernis se matifie. On aurait bien aimé pouvoir donné plus de profondeur et appliquer plus de deux couches mais il vaut mieux favoriser la brillance pour avoir de beaux reflets. Peut-être est-il possible de remédier à cela en utilisant un autre type de vernis, à voir. Des couches fines et non épaisses car sinon le vernis "inonde" le mélange et les reliefs disparaissent. Pour la première couche de vernis, il faut de toute manière qu'elle soit systématiquement fine car une couche épaisse appliquée directement sur le mélange fait craqueler l'ensemble.

Il faut appliquer le vernis avec souplesse car, au contact de celui-ci, la colle à bois se redilate. Une application trop brutale ferait disparaître les volumes obtenus précédemment. Une bonne nuit de séchage est nécessaire entre chaque couche. Votre carton peut aussi onduler légèrement après chaque application de vernis. On remédie facilement à cela en déposant une charge lourde (des livres par exemple) sur les berges (ben oui, pas sur le vernis qui sèche...).

 

 

Riviere 0241On n'a pas envie d'y piquer une tête peut-être ?


Finitions :

Pour ceux qui le souhaite, un dernier petit détail finira d'enrichir votre élément de rivière : le flocage. J'ai pris le parti de l'appliquer par touffe et donc de déposer de petites surfaces de colle à bois sur les berges avant de les recouvrir dudit flocage. Pour que le flocage adhère bien (celui-ci étant très léger), il vaut mieux ne pas trop traîner et procéder berge après l’autre pour que la colle à bois reste bien fraîche. Tapoter du bout du doigt le flocage sur la colle à bois aide à une bonne adhérence et surtout fait en sorte que celui-ci ne soit pas trop volumineux. Ceci rendrait plus difficile le placement des plaquettes. Ceux qui bien sûr souhaitent un placement optimal, la meilleure solution consiste à ne pas mettre de flocage du tout.

 

 

Riviere 0251Non, ma rivière ne fait pas d'acné.


 

Riviere 0253Une pincée de sel et...


 

Riviere 0273...c'est prêt !

 


La dernière petite étape consiste à peindre les extrémités des éléments pour qu'aucun blanc n'appaisse à la jonction de ceux ci. C'est aussi une étape qu'on peut faire après avoir mis l'eau sur le socle. Il faudra juste ne pas rajouter de colle à bois à votre mélange de bleu de Cobalt et d'ocre jaune pour que la jonction soit optimale entre vos éléments.


En définitive, fabriquer une rivière n'a rien de fastidieux et si sa fabrication s'étale dans la semaine, elle ne demande pas beaucoup de temps par jour. La plupart du temps étant consacré au séchage, l'élaboration en soit est assez rapide :

  • Le premier jour consiste en l'élaboration du socle (10mn/élément=5mn découpage+5mn ponçage) et le texturage des berges (5mn/élément pour déposer la colle à bois et la recouvrir de sable) = 15 mn / élément. Le séchage des berges est nécessaire à leur peinture, on passe ainsi au deuxième jour.
  • Le deuxième jour consiste donc à appliquer la sous-couche, en l'occurence du marron, et son brossage : 5 mn / élément. La peinture acrylique séchant rapidement, on peut tout de suite attaquer l'eau. Manquant d'expérience en la matière, je dirais qu'il m'a fallu 10 min par élément en comptant l'élaboration du mélange et son application. On est là aussi à 15 minutes par élément par jour. Une nuit de séchage est de nouveau nécessaire.
  • Le troisième jour voit l'application de la première couche de vernis : 3 min/élément...
  • Le quatrième jour, la deuxième couche de vernis...
  • Et le cinquième jour, Dieu créa la rivière. En ajoutant si besoin du flocage...


Il faut donc juste ne pas s'y prendre du jour pour le lendemain si vous voulez votre rivière pour votre prochaine partie.

 

Riviere 0266aEt Dieu (moi) créa la rivière !

Repost 0
27 mars 2010 6 27 /03 /mars /2010 15:38
Decor 0201a



Bonsoir à tous ! Après
une petite période d'absence virtuelle (et oui, la vie réelle a la facheuse tendance à vous accaparer. Pire qu'une femme !), nous revoilà pour la suite de nos aventures décoratives. Le décor en question, pour ceux qui lisent sans regarder les images (comment ça vous faites l'inverse ?), est une rivière. Le mode opératoire utilisé n'est ni plus ni moins qu'un mixte entre la méthode de fabrication de la route et celle de l'eau, le tout réadapté pour les besoins du tournage...

Pour faire simple et n'ayant jamais fabriqué de quelconques éléments d'eau jusque là, j'ai décidé de commencer par la réalisation de quatre éléments droits de 30cm (pourquoi 30cm ? C'est plus facile pour moi, j'ai un étalon à porter de main pour le gabarit...). Pour la largeur (non là j'ai laissé tomber l'étalon, ça nous aurait donné un fleuve) je me suis fié à la règle : DBM nous dit que les éléments de rivière (Rv) ne peuvent être plus larges que 200 pas. En 15mm, ça nous donne une largeur maximale de 10cm. Sans aller jusque là, le but étant de faire une rivière moyenne qui constitue un ralentissement stratégique en terme de jeu sans aller jusqu'à l'obstacle infranchissable ! Il faut savoir qu'à De Bellis Multitudinis, les rivières n'auront jamais le même impact sur le jeu. En effet (à prononcer comme
la marionnette de Douste Blazi des Guignols), la profondeur de celles-ci ne sera connue qu'une fois que des troupes y auront mis les pieds dans la partie. Une rivière se révèlera "anodine", "facile","difficile" ou encore "dangereuse" (pouvant d'ailleurs occasionner la perte des éléments la traversant). Facteur dépendant notamment de la saison et de la région jouées. La conséquence la plus souvent rencontrée est que la rivière obligera les troupes à la franchir à une vitesse de 100 pas, soit 5cm. Une largeur de 125 pas pour la confection de notre rivière nous paraît donc un bon compromis pour ne pas faire de la rivière un élément trop facile à franchir sans non plus obliger à passer trois tours à la franchir (pour ceux qui ont calculé, deux mouvements seront nécessaires à son franchissement, contre trois pour une rivière de 200 pas de large et d'un seul pour le franchissement d'une rivière de 50 pas par la plupart des éléments d'infanterie). Même si l'infanterie lourde se déplace déjà à 100 pas (le ralentissement vise donc surtout les troupes montées et l'infanterie légère), les Lanciers (Sp), les Piquiers (Pk) et les Hordes ordinaires (Hd(O)) ont un malus de -2 s'ils combattents en de tels lieux (on comprendra facilement que les hoplites font preuve de bien trop de délicatesse pour pouvoir combattre les pieds dans l'eau). Mieux vaut pour eux ne pas trop s'y attarder donc.


Comme je l'ai dit plus haut, pour faire cette rivière j'ai réutilisé ma méthode de fabrication de la route. Je vous invite donc à revoir
cet article pour les premières étapes. Le but étant d'obtenir une section de carton prête à texturer. Ce qui donne ça :


Decor 0095



J'ai tout de même été plus efficace sur cette étape en utilisant une ponceuse avec un papier à gros grains plutôt que du papier de verre à grains fins. Comme je le disais pour la route, le carton s'effiloche mais un coup de ponceuse avec un papier à grains fins permet de lisser l'ensemble. Du coup j'ai mis deux fois moins de temps pour l'étape la plus pénible du processus.



Après ce n'est plus que du bonheur ! La logique est simple : on commence par les berges et on finit par la flotte.




Les berges :


L'idée est de donner aux bas côtés un certain volume pour qu'ils surplombent légèrement le plan d'eau. On va donc appliquer la colle à bois sur le côté non pas en l'étalant mais en la "déposant" pour qu'elle garde tout son volume (sinon on peut aussi utiliser du pétrole-âne). Après il suffit de saupoudrer de sable. Pour enrichir un peu le décor, on peut aussi utiliser de la litière pour chat (avant qu'elle soit usagée...) pour créer de petits renfoncements caillouteux. On ne prendra que les morceaux de litière les plus fins qu'on déposera en agglomérat avant le sable. En image :




Decor 0148La litière est au milieu, prête à être recouverte... de sable.



A l'inverse, pour ceux qui préfèrent la jouabilité à l'esthétique, on étalera bien la colle à bois pour que les plaquettes subissent le moins d'élévation possible et se placent d'autant plus précisément.




Decor 0156aIl n'y a plus qu'à passer à la peinture !



Ayant choisi de représenter une rivière des climats tempérés, j'ai utilisé du marron pour la terre. On pourra tout aussi bien utiliser de l'ocre jaune, comme ce que j'ai pu faire pour la route, pour des climats plus arides. Là encore, la peinture acrylique pour beaux arts est la plus appropriée car beaucoup moins chère et disponible en grande quantité. D'autant que pour les décors, on a pas besoin de la qualité de recouvrement des peintures pour figurines. Donc on n’hésite pas à en prendre une bonne quantité et à diluer pour bien recouvrir notre sable. Le pinceau sera lui aussi en proportion de la surface à recouvrir. On veillera par contre à éviter les ensembles rocailleux.

Une fois notre terre bien sèche, on utilisera de l’ocre jaune pour la sous-couche de notre litière pour chat et pour brosser à sec sur le marron.



Decor 0161a



Il ne reste plus qu'à brosser avec du beige clair, ou assimilé, la rocaille et éventuellement quelques bandes de terre pour améliorer le contraste sur certaines zones.

 


Decor 0170a



Les berges sont à présent finies !

 


Decor 0163a

Il n'y a plus qu'à creuser la piscine !


 

Bien que nos berges auront droits à de folles herbes vertes bien grasses soulignant la richesse géologique du lieu, le flocage sera l'ultime étape de ce décor pour éviter de trop le malmener par des manipulations répétées.

 



Allo ?!

 


Il s'agit à présent de se prendre pour dieu et de recréer l'élément indispensable à la vie : l'eau ! C'est là où je vous renvoie à l'article de Mach' sur la création de sa trière grecque et surtout l'élaboration de son socle. Il a eu tout simplement la génialissime idée d'utiliser de la colle à bois pour la texture de l'eau. Et je crois qu'on ne pourra pas trouver mieux. D'une part par l'aspect acqueux que celle-ci garde en séchant. Deuxièmement, par sa texture qui permets d'obtenir un certains volume qu'on peut aisément retravailler en cours de séchage. Et troisièmement, car elle se mélange très bien avec la peinture acrylique dont elle prend la couleur sans changer de ton au séchage. Bref, l'idéal.

 


Pour la préparation de l'eau, il faudra utiliser une bonne quantité de colle pour obtenir le volume escompté et mélanger pêle-mêle la peinture nécessaire à l'obtention de la nuance souhaitée. Tout ceci en utilisant un minimum d'eau pour l'homogénéisation de l'ensemble. Le mélange de bleu de Cobalt et d'ocre jaune trouvé par Macha est vraiment approprié pour représenter de l'eau. Il suffit de mettre plus ou moins d'ocre jaune selon le type d'eau qu'on veut obtenir. En l'occurence, s'agissant d'une rivière, on se tournera vers des teintes plutôt vertes.

 


Decor 0196Colle PVC + Bleu de Cobalt + Ocre jaune = H20. CQFD


Une fois le mélange prêt, on l'appliquera selon le rendu souhaité. Si on veut obtenir un plan d'eau relativement calme, on pourra se permettre de diluer le mélange. La colle à bois perdra de son volume et l'application en sera d'autant plus aisée. Par contre, si on veut obtenir un véritable volume et donner un certains mouvement à notre eau, on gardera notre mélange tel quel, sans dilution, pour obtenir de bons paquets de colle qu'on déposera sur le socle en utilisant un pinceau de moyenne taille (j'ai utilisé un n°12). Ces "paquets" juxtaposés créeront d'eux-mêmes mous et remous. Pour éviter de déborder, il est judicieux d'utiliser un pinceau plus petit pour faire la jonction entre la berge et le plan d'eau.



Decor 0172

 

D'abord les bords.

 

 

Decor 0174

Petits paquets pour rivière calme...

 

 

Decor 0176aQuels reflets !


Une fois le mélange appliqué sur tout l'élément, le carton va se mettre à onduler. Il n'y a rien d'anormal à cela. Une bonne nuit de séchage sur une surface plane et le carton aura retrouvé sa forme plane. Il est toujours possible de retravailler le mélange déposé au fur et à mesure de son séchage.  Cela permet d'amplifier les effets de mouvement, la colle gardant plus facilement la forme donnée une fois celle-ci moins fraîche.

 


Decor 0177

  L'ondulation du carton paraît importante mais elle se résorbera d'elle-même.


  

Decor 0188C'est sec et tout plat !

 


Si l'ensemble est magnifique quand le mélange n'est pas sec, il le sera beaucoup moins quand il le sera (!!). La colle à bois prendra une apparence plus plastique et la brillance disparaîtra :

 


Decor 0191Un peu sèche cette eau, non ?

  

 

Mais ne vous inquiètez pas, tout ceci était calculé ! J'ai à la limite été tellement surpris par le résultat déjà obtenu que je me délectais déjà de la suite : le vernissage. Avant de se faire, j'ai quand même demandé conseils à Machablabla. Je me posais la question de savoir s'il fallait utiliser la peinture pour tenter d'amplifier le volume de cette rivière ou compter sur le vernis pour qu'il fasse le boulot. Car quand on observe les cours d'eau, ceux-ci n'ont rien que leurs reflets pour faire apparaître l'ondulation de leur mouvement. On ne pouvait donc que compter sur le vernis pour obtenir le résultat final. A contrario, comme l'a bien utilisé Mach pour sa trière, la mer a cet avantage qu'est l'écume pour souligner quelques reliefs. Il n'en est rien ici. Tout ceci fera l'objet du prochain article.

 

 

Pour cet élément de décor qu'est la rivière, il est vrai que j'ai pris le parti d'amplifier le côté esthétique vis à vis du côté pratique. Celle-ci étant en effet moins souvent utilisée que les autres éléments de décors et les affrontements y étant moins probables, je me suis dit, peut-être à tort, que les conséquences sur le jeu d'une esthétique plus poussée se sentiraient moins. Cependant, pour ceux qui veulent à tout prix obtenir une jouabilité à toute épreuve, il suffit simplement de ne pas utiliser de litière et de bien étaler la colle à bois pour le sable des berges. La rivière sera moins encaissée mais le placement des figurines sera d'autant plus juste (l'ensemble se trouvant tout simplement plus plan). Pour la partie "eau", aucun changement n'est à opérer. La surface obtenue étant tout à fait jouable, même pour une rivière déchainée !



Avant de vous laisser, je vous laisse vous délecter de quelques clichés qui montrent les différences qu'on peut obtenir selon la couleur et l'épaisseur du mélange utilisé.

 

 

Decor 0212aDecor 0206Decor 0217


Repost 0

Présentation

  • : Le blog de figurines de Machablabla et Tyrwaz
  • Le blog de figurines de Machablabla et Tyrwaz
  • : Bienvenue sur le blog de Machablabla et Tyrwaz, figurinistes maniaques et joueurs de DBM, DBA et autres joyeusetés...
  • Contact