Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 avril 2012 5 20 /04 /avril /2012 15:00

Bonjour à tous !

 

defilefrance1940Petite revue de troupes ce jour, de mes Français de 1940. Souvenez-vous : J’avais décidé, par amour pour le jeu DBM, de donner à mes plaquettes d’infanterie des socles carrés de 4cm de côté. Hervé Caille, dans la règle Blitzkrieg, dont je m’étais servi pour référence, donne des indications de dimension de plaquette, mais ajoute qu’elles sont données « à titre purement indicatif ». Par la suite, il donne un nombre de figurines par plaquette, selon ce qu’elle représente, mais ajoute que « vous pouvez ne décider autrement ».

 

J’avais donc pris toutes les libertés et découpé des plaquettes de 4cm sur 4cm, où j’avais collé des figurines, tantôt 3, tantôt 4, aléatoirement, selon ma convenance visuelle, et sans tenir compte du type d’unité représenté (commandement ou non).

 

Hé bien ! Ça n’a pas loupé ! C’est une catastrophe à l’usage.  Des plaquettes en carré de 4cm de côté ont des diagonales trop grandes pour aisément former les chaînes de commandement proposées dans la même règle Blitzkrieg. De plus, là où l’on voudrait regrouper les formations de manière plus compacte, il faut faire se chevaucher les plaquettes. C’est à la fois pas pratique, pas joli, pas prudent sauf si on aime repeindre ses figurines après chaque partie.

 

En bref, Hervé Caille aurait eu plus vite fait de dire : pour le 15mm, les unités d’infanteries sont sur des plaquettes carrées de 3cm de côté avec 3 figurines, ou 4 figurines pour le commandement. Les « désobéisseurs-petits-malins » n’auraient pas davantage été empêchés, les autres, novices comme moi par exemple, n’aurait pas fait n’importe quoi, et n’aurait pas mal pris de lire une règle ferme.

pedagogo

Comme avec les pédagogos, on ne brusque pas les joueurs dans la règle Blitzkrieg :

" Chers enfants, faites comme vous voulez "

 

Car c’est ce dont il s’agit, Hervé Caille a produit son jeu d’une main tremblante. Cela me rappelle les collègues « instit’ » (qui n’ont plus d’instit ‘ que le nom) qui donnent fébrilement quelques consignes aux enfants. Car les apprenants ne doivent pas être brusqués, il ne faut pas leur donner de consignes trop directes, trop explicites ni trop cadrées, de peur de leur enlever leur liberté, leur créativité, de tronquer leur personnalité, leur génie. D’ailleurs, les consignes ne s’appellent plus consignes, mais sont devenues des « incitations ».

 

Hervé a le même travers dans cette règle, et j’y reviendrai dans un autre article, si j’ai le temps. Il n’a pas écrit une règle, fixe et normée, avec un cadre rassurant et clair. Il a formulé des incitations, nécessairement floues, suffisamment incomplète pour que le joueur à chaque action ait à interpréter ce qui est suggéré pour savoir ce qu’il faut faire. Or, cela pose un problème dès lors que l’on est deux – et c’est mieux dans un tel jeu – car il est bien rare d’avoir la même interprétation sur tout.

blitzkriegCouverture du livre de jeu Blitzkrieg d'Hervé Caille, qui est bien quand même ^^

 

Allez, stop, je dois arrêter de taper sur Blitzkrieg, car on va croire que j’ai une dent contre Hervé Caille et ses jeux, ce qui est faux. BK est très sympa de toutes façons, et j’y joue avec plaisir, dès lors que l’on se met d’accord au départ. Seul l’Art de la Guerre est à chier, ce qui ne pose aucun problème puisqu’il existe d’autres règles bien plus simples, mieux rodées, plus riches et plus rigolotes, pour ne pas nommer DeBellisMultitudinis.

3580 22novembre1939 LigneDefenseVoici donc, avec découpage, meulage, ponçage et nouvelle peinture, le nouveau passage en revue de mes troupes françaises qui affronteront les boches durant le triste printemps 1940. Voyez que je n’ai pas descellé les figurines, je me suis contenté de couper les coins de mes carrés de 4cm de côté, pour fabriquer des octogones, toujours un peu trop grand, mais néanmoins beaucoup plus pratiques que précédemment, et avec une esthétique géométrique qui n’est pas sans me rappeler les jeux de guerre  sur hexagone au charme indéfinissable.

DSC02980Voici, vue de haut, la nouvelle forme des plaquettes. Comme déjà dit, elle reste un peu grande. Allons faire un tour dans le détail.

DSC02979Les deux canons antichar de 25mm. " Planquez vos blindés les boches ! "

DSC02976DSC02978

DSC02977Voici la section de motos et motos-side de reconnaissance. On peut imaginer que ce sont ici des dragons portés. La couleur des véhicules est le noir brillant. Bien sûr, la route et les aventures de la guerre ont un peu terni et sali cette belle livrée. Au niveau documentation, je n'ai rien trouvé de ferme quant à la couleur de ces véhicules. Avaient-ils été repeints en vert avant les combats ? Ou étaient-ils restés dans la livrée officielle jusqu'à 1939 ? Certains reconstituent ces motos en noir, d'autres en vert... Les photos d'époques ne permettent guère de trancher la question. J'ai pris le parti de ne pas avoir repeint les motos pour partir au front. Au fait, ce sont des Gnône et Rhône, de 500 ou 800cc, comme on veut. Le pot d'échappement n'est pas bien sculpté, et j'ai eu la paresse de le laisser tel quel. La variété des équipements était telle...
Passons aux véhicules de reconnaissances qu'accompagneront ces motos !

DSC02974Mes deux AMR P16 ont reçu la cocarde à l'arrière de la tourelle, leur numéro de série sur les flancs, couplés au drapeau tricolore, ainsi que l'insigne du groupe sur les bords du capot (le rectangle bleu où charge un chevalier). Je me suis inspiré des éléments de la première section du groupe d'AMR du 6è GRDI ayant combattu à Stonne et à ses abord en 1940.

Je vous propose une vue d'ensemble avec flous artistiques maintenant.

DSC02982Les motards précèdent l'infanterie à pieds.

DSC02981En avant, les P16, suivis de l'infanterie. Au fond, on aperçoit les monstres d'acier que nous allons regarder de plus près.

DSC02971Voici le char B1bis Chinon numéro 354, de la première section de la première compagnie du 49èBCC, ayant combattu à Stonne en 1940. L'as de trèfle permet de reconnaître la première section. Evidemment, les écritures au pinceau ne sont pas parfaites, mais vue la taille (c'est du 15mm), dès qu'on s'éloigne un peu on n'y voit que du feu. Passons au copain.

DSC02973Voici, de la même section de la même compagnie, le char B1bis numéro 357, dit Ribauvillé. Bon, Ribauvillé, c'est long, donc je l'ai écrit en tout petit. On le devine plus qu'on le lit. Ce char a une bande horizontale peinte sur le haut de la tourelle. C'est ce qu'on constate sur certains chars de cette compagnie, mais les photos d'époque, noire et blanches, ne permettent pas d'en connaître la couleur. J'ai choisi arbitrairement un vert olive clair. Bon, passons à une vue du groupe !

DSC02972Je ne vous parle pas des chars H39, car ceux-ci n'ont pas encore reçu leurs insignes. L'objectif à court terme est de finir de constituer les 2 compagnies d'infanterie (dont une avec section à motos vue plus haut), de compléter les sections de chars B1bis, de H39 et d'AMR p16 (porter les effectifs à 3 par section) ainsi que de monter et peindre une section de véhicule AMD Panhard 178, afin de compléter le groupe de reconnaissance du 6è GRDI.

 

J'ignore si Tyty aura à vous présenter des nouveautés germaniques dans les jours ou semaines à venir, sachant le temps qu'il passe au travail (il en faut des courageux hein), mais je vous annonce ce qui n'est plus une rumeur : il s'est remis à ébarber des figurines !

 


Allez à bientôt autour d'une table de jeu, sur ce blog pour un article de modélisme, de jeu ou d'histoire, et en attendant, je vous propose

d'écouter cette chanson entraînante qui nous invite aller pendre notre linge sur la ligne Siegfried !

 

Repost 0
29 août 2010 7 29 /08 /août /2010 13:00

Pz-III 0637a

 

Ou encore, le PzKpfw III ausf. E ou F, voire le Panzerkampfwagen III Ausführung E ou F, ou alors le Sonderkraftfahrzeug 141 (Sd.Kfz 141). Toutes ces dénominations pour le même engin : le Panzer III. Ici décliné dans sa version E ou F de début de série, c'est à dire armé du canon de 37mm (le canon KwK 35/36 L/46.5 pour les puristes).

 

Une idée reçue assez répandue dans le jeu pour figurine seconde guerre mondiale classe la version E comme étant celle armée du 37mm et la version F, celle armée du 50mm. Ce serait bien trop simple et surtout, c'est archi faux ! En effet, l'armement n'a rien à voir avec la différence de version, étant donné qu'entre aôut 1940 et 1942, tous les Pz III E furent rééquipés du canon de 50 (le KwK 38 L/42) tout comme les 335 premiers Pz III F. Et oui, seuls 100 Pz III F, les derniers produits, reçurent le canon de 50 de série. C'est donc un raccourci très erroné de dire : "le E, c'est 37mm, le F, c'est 50 !". En fait, les différences sont minimes entre les deux versions et la seule vraiment visible se situe au niveau du système de freinage (apparemment c'est sous le glacis du char qu'on peut voir la différence).

 

C'est cette fausse idée répandue qui m'amena à faire une erreur dans ma commande chez Skytrex. Eux aussi ont classé leur version 37mm sous la dénomination E et leur 50 sous la F. Donc à mes débuts de joueur de seconde guerre mondiale, où je n'étais donc pas encore capable de situer tous les boulons sur un tank selon sa version et son mois de production, je me fourvoyai dans cette voie. D'autant que la règle Blitzkrieg indiquait qu'on pouvait jouer des Pz III F en 1940. Je fis donc le raccourci et c'est ainsi que pour mes Allemands de la campagne de France, je prévoyai de les épauler de Pz III armés de canon de 50, tank à faire !! J'avais quand même eu la bonne idée de prendre un Pz III E chez Command Decision. Heureusement, car ce n'est en fin de compte que 40 Pz III F armés en 50m qui furent envoyés sur le front français. Ils ne furent que peu voire pas du tout employé. Je pourrais donc toujours utiliser les F que j'ai acheté dans des engagements hypothétiques.

 

Intéressons nous donc à ce modèle de chez Command Decision, en 15mm donc, connu sous la référence de Panzer III E. Voici comment elle se décompose :

 

 

Pz-III 0178a

 

 

Le chassis, la tourelle, les deux roulements et les trappes de la tourelle, la simplicité s'impose ! L'assemblage des flancs sur le chassis est d'autant plus simplifié que les pièces sont ajustés à la lime.

 

Pz-III 0180Cliquez, vous verrez mieux les ajustements d'origine faits à la lime !

 

Les pièces s'assemblent à merveille et tiennent sans colle ! Les gars de chez Command Decision ne rigolent pas et nous proposent un travail de qualité !

 

Pz-III 0186aCa tient sans colle !

 

 

Cependant, la maquette nécessite quelques réajustements pour être plus réaliste. La grosse inepsie de ce modèle réside au niveau des gardes boue (pas sûr que ce soir le terme exact). La jonction est assuré par une proéminance qui n'a pas lieu d'être. En réalité, une simple plaque rivetée assurait la mobilité du garde boue. J'ai donc réduit le relief, mais à cette échelle là, il aurait pu tout aussi être simplement éliminé.

 

Pz-III 0162

A gauche, le garde-boue réajusté au cutter.

 

Autre réajustement sur la structure des flancs, les autres proéminances, qui elles existent bel et bien sont mal moulées. Il convient de les un peu plus droites :

 

Pz-III 0177Toujours à gauche, la partie réajustée.

 

Pour la caisse, pas de réajustement, un bon ébarbage suffit. Pour la tourelle, seuls les périscopes sont trop marqués. Et puis le périscope du chef de char est en position sortie (le cône qu'on voit sur la tourelle). Il est souhaitable de le limer un peu et de réduire un peu sa taille. On peut aussi très bien le couper pour le mettre en position basse. Après ça, quelques gouttes de superglue, une sous-couche noire, et c'est parti pour la peinture !

 

Pz-III 0624Pour le plaisir, une version en canon de 50mm (la différence se voit au niveau du bouclier qui devient externe). Là le périscope du chef de char est en position baissée.

 

 

Pour la peinture, j'ai commencé par peindre l'ensemble des pièces, sauf les chenilles, en gris neutre (ref 992 chez Prince Auguste).

 

Pz-III 0627

 

Ensuite, un lavis de gris allemand (995) est passé sur l'ensemble.

 

Pz-III 0630

 

Pour éclaircir le tout, un lavis localisé d'un mélange de gris neutre et de gris allemand sur les surfaces planes et un brossage à sec de gris neutre sur les arrêtes.

 

Pz-III 0631

 

Seul le roulement doit faire l'objet d'un peu plus d'attention. Les galets ont en effet leur pourtour peint en noir et le barbotin (le gros galet cranté à l'avant. C'est lui qui entraine la chenille) voit ses crans peint au boltgun metal (s'il n'y a qu'une chose à retenir de l'univers games workshop, c'est leur peinture métallisée !). Les chenilles aussi sont peintes en boltgun, lavisé (oui, je fais du néologisme) en marron beige (875) puis brossées en chainmail. Les mitrailleuses aussi sont passées au boltgun metal puis subissent un lavis noir.

 

Là on peut considérer le char peint. Sauf qu'il ne garde pas longtemps sa livrée sortie d'usine. Surtout si on veut le représenter en pleine action, chenilles roulantes, accumulant poussière et boue. C'est ainsi que je passe un lavis très dilué de marron beige sur différentes surfaces de la caisse, en insistant surtout sur l'avant et l'arrière. Je passe après un léger brossage à sec de chainmail sur certaines arrêtes pour marquer l'usure du métal. Pour rajouter un peu de boue séchée sur les flancs, on sort la colle à bois, on en met quelques gouttes entre les galets (pas dessus surtout ! Sinon vos chenilles vont sautées et il va falloir sortir la laitue pour les rattraper...) et on saupoudre de sable. J'ai dabord peint le sable en ocre jaune pour y passer un lavis de marron beige. Un ensemble que j'ai repassé sur le reste du roulement. La boue est finalement éclaircie en beige.

 

Pz-III 0633Ach, che krois que che perds la téteu !

 

 

Pz-III 0656Mon dieu que c'est sale !

 

Et voilà, un beau PanzerKampfwagen III Ausführung E ou F dans sa version canon long de 37mm.

 

Pz-III 0640

 

Il n'y manque plus que les marquages et éventuellement un drapeau nazie à l'arrière pour la reconnaissance aérienne. La prochaine étape vraiment nécessaire sera le soclage. Nécessaire, vraiment ? S'il est vrai qu'il est jouable en l'état, il est du coup surbaissé par rapport à l'infanterie. Mis à côté, le char paraît ridiculement trop petit. Et surtout, le socle permettra la magnétisation nécessaire à tout transport de troupes miniatures. A noter que la tourelle ne sera jamais fixée. C'est tellement plus drôle de pouvoir faire mumuse avec au fur et à mesure qu'on déplace le char au cour de la partie, ou pour lui permettre de faire face de toute part. Pardon, c'est plus réaliste, bien entendu !

 

 

Pz-III 0636

 

La source principale de mes informations se situe sur ce très bon site : www.achtungpanzer.com.

Repost 0
17 août 2010 2 17 /08 /août /2010 12:07

  Allemands40 0259c

 

 

Comme évoqué dans l’article précédent, je vais vous parler plus précisément de la mise sur pied d’une compagnie de grenadiers allemands du début de guerre. En effet, Blitzkrieg est un jeu à l’échelle tactique dont l’unité organique est la compagnie d’infanterie. Il en suffira d’une seule pour la plupart des scénarios à laquelle viendra se greffer différents éléments de soutien ou des unités blindés (éventuellement du soutien aérien et/ou d’artillerie). Mach’ a pour sa part fini la sienne depuis déjà quelques temps.

 

Il me fallait donc mettre sur pied une compagnie d’infanterie lambda, utilisable pour toute l’armée allemande engagée sur le théâtre que fut la bataille de France (seuls les Fallschirmjäger ne pourront être représentés avec).

 

Notre choix se porta sur les figurines Command Decision qui a une gamme spécialisée dans le début de guerre. Une fois les figurines reçues et ayant du mal à me décider sur lesquels j’emploierais, devant le large choix de pose, je décidai de peindre une figurine de chaque (ou presque, exception faite du lot des officiers et des mitrailleuses lourdes et légères). C’est donc ni plus ni moins 30 figurines différentes que je peignis pour l’ensemble de ma compagnie (29 furent finalement utilisées). Je peux dire que c’est assez grisant de ne pas peindre deux fois la même figurine, amis sculpteurs, si vous m’entendez…

 

  Allemands40 0211Allemands40 0212

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Allemands40 0215Baize toi Idiöte ! Tu vas nous faire repérer !

 


Ce qu’il y a de pratique avec Blitzkrieg, c’est sa souplesse. Ainsi, le soclage conseillé par la règle est indicatif. Pour cette raison que Machablabla a fait des socles en 40*40mm avec le nombre de figurines qu’il voulait par plaquette. Comme le disait lui-même mon compère, je suis un peu plus conformiste (en réalité je suis surtout plus pragmatique…). J’ai donc décidé de respecter les indications de la règle et de regrouper mes figurines sur des socles de 30*30mm, avec une figurine de plus pour les chefs de section. Ma seule déviance fut pour le chef de compagnie où je rajoutai une figurine de plus (c’est finalement le système hiérarchique utilisé par Section d’Assaut, régle publiée par Vae Victis, que je réutilisai : 3 figs pour un socle d’infanterie avec +1 figs par niveau hiérarchique), le tout soclé sur un socle de 35*35mm (je pense d’ailleurs que ce format est idéal pour l’échelle, voire du 32*32mm).

 


 Allemands40 0216

 

Allemands40 0218

Allemands40 0222

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Oublie pas de dire à ma Mutter que che l'aime. Et puis dis lui de penser au chocolät.. Et au Doudou ! Ach chai oublié mon Doudou...

 

 

La peinture ! Et oui, parlons-en de la peinture. Car s’il y a bien des approximations quand on regarde les différentes armées peintes, c’est bien sur l’armée allemande. Il faut dire que la richesse de l’uniformologie de cette armée explique ce fait. En effet, l’uniforme allemand n’a cessé d’évoluer et de se diversifier tout au long du conflit (les Allemands étaient très novateurs en la matière. Il est d’ailleurs assez amusant de constater que le schéma « très moderne » du camouflage de l’armée us actuel reprend le même mécanisme visuel des schémas des camouflages allemands de la fin de guerre. Le seul changement, supériorité technologique américaine oblige, a été de rogner le petit rond allemand, élément de base du camouflage, pour en faire un petit carré, pardon, un pixel ! Sont forts ces Amerloques !). Je fus donc obligé de me tourner vers des sources sûres et je trouva mon inspiration en me basant sur des photos en couleur d’uniformes d’époques et chez Osprey, gage de sérieux et de qualité.

 

 

Allemands40 0223Allemands40 0224

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ach, c'est fatigant ces hôtes zherbes ! Che te rasserai tout ça moi !

 

Etant donné que Blitzkrieg est avant tout pour moi une récréation à DBM, je choisis une technique de peinture plus rapide et moins détaillée que celle que j’utilise pour mes Perses. De fait, j’utilisai la technique du lavis (sans encre mais avec peinture de base plus ou moins diluée selon le résultat souhaité). Après une première sous-couche noire, je peignis donc le casque en gris allemand (réf. Prince Auguste : 995). Assombris avec un lavis noir, éclairci de la couleur de base. La blouse fut peinte dans un vert appelé par P.A « uniforme allemand » (réf. 920), assombris en lavis noir, éclaircis une première fois de la couleur de base puis d’un mélange de la couleur de base avec un peu de blanc. Pour le pantalon, je pris le gris neutre (réf. 992) assombris par un lavis de gris allemand (995) et éclaircis de la couleur de base une première fois puis de la couleur de base + blanc une seconde fois. Je ne donnai pas d’aspect brillant au casque car on peut souvent voir sur les photos que celui-ci devient vite terne (usure prématurée ? oxydation ?). Les bottes reçurent un petit éclaircissement en gris allemand. Eclaircissement ensuite assombri par un lavis noir qui donne un petit rendu cuir aux bottes. Comme je le disais plus haut, je ne rentre pas dans le détail, donc je ne m'attardai pas au insignes de grades et d'appartenance d'unité.

 

Allemands40 0231Allemands40 0235

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ach che les ai fu ces cochons de Französen, zuivez moi !

 

 

 

Allemands40 0226Allemands40 0229

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Che vous couvre !

 

 

Pour le soclage, je choisis d’arrondir le coin de mes socles pour mieux évoquer le côté relâcher des formations de l’époque. Un premier sablage permis de texturer le sol. Un deuxième fut nécessaire étant donné l’épaisseur de socles de certaines figurines (c’est bien un des gros défauts de certains modèles de chez Command Decision). Une fois le tout sec et bien à niveaux, je commençai à peindre les 2/3 du socle en marron beige, le tiers restant étant peint en ocre jaune recouvert de marron beige très diluée (afin d’atténuer le jaune de l’ocre). S’ensuivit le flocage, avec un flocage long et un court. La disposition du flocage long en petits buissons, s’il est du plus bel effet, et quelque peu fastidieux et demande un peu de familiarisation pour s’approprier la technique la plus adéquat. Pour ma part, une fois une pointe de colle à bois déposée sur le socle, je forme un petit fagot de flocage en le faisant roulé entre mes doigts et en enlevant l’excédent pour après bien le tasser sur la pointe de colle à bois. Je donne la forme définitive au buisson avec un pinceau, en ramenant d’abord un maximum de brins sur la colle pour ensuite retirer ceux en excès. C’est avant tout l’épaisseur du fagot qui déterminera la taille du buisson. Le flocage court est disposé de façon classique : colle à bois saupoudrée. Dernière étape du soclage : éclaircissement par un brossage à sec de beige clair puis peinture des flancs du socle.

 

 


 

Allemands40 0645Allemands40 0647Allemands40 0655

 

"TATATATATATA !!" Che fai bien le bruit Hanz ? - Ach, tu étais meilleür hier soir...

 


La règle Blitzkrieg, pour mettre un bémol à mon dernier article, si elle a des qualités, a aussi des défauts. Sa grande souplesse est un atout mais aussi un grave ennui. Car si on peut se plaindre de DBM dont l’écriture est extrêmement lourde (sa lecture en est carrément indigeste), on peut aussi se plaindre de Blitzkrieg dans l’extrême inverse, à savoir une approximation abusive quelque peu déroutante qui oblige à faire ses propres interprétations.  Avec Macha on est en effet rentré un peu plus dans le vif du sujet avec un petit combat d’infanterie qui vu s’opposer nos deux compagnie sans éléments annexes. Cela nous permis de cerner la règle sur le combat d’infanterie de base. Il y a donc quelques point qu’on tâchera de rapporter sur le forum afin de faire partager notre expérience.

 

Prochain article, le Pz III !

 

Allemands40 0240Allemands40 0245Allemands40 0246

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Hmm ?!! Moi c'est Schwärzie, ya un pröblem ?

Repost 0
10 août 2010 2 10 /08 /août /2010 16:21

Allemands40 0448a

 

 

      Ou encore "Fahrkarte bis zur Endstation" comme le disait lui-même Guderian !! Oui, fini le temps des tiares et des sparas où je brandissais mon akinakes du haut de mon puissant cheval nisaien à la conquête de la Grèce. Voici le temps du cambouis et des armes à feu, un prémisse à l’horreur et l’apocalypse :

 

la Campage de France 1940.

 

 

Allemands40 0482


 

      Nous avons en effet découvert, il y de ça quelques mois déjà, une règle qui nous a bien amusé : Blitzkrieg.  C’est en effet l’ami Xavathor qui, lors d’une session Fumbles, nous a fait troqué nos armes de bronzes contre des armes à feu. Et je dois dire qu’après la première partie, nous avons été emballé par la règle. Car si on trouve l’autre règle de Monsieur Caille toute pourrie, Art de la Guerre pour ne pas la citer, Blitzkrieg vaut le détour. Alors c’est vrai que nous en sommes à la découverte de cette règle et que nous l’avons encore peu joué mais on en a déjà tiré des points forts : simplicité et ludisme. Elle reprend le système de réaction existant au sein de la règle ASL (Advanced Squad Leader, règle sur hexagone, phare sur la période mais hautement complexe et indigeste). Ce système, dont Hervé Caille a tiré la quintessence, permet un jeu très interactif entre les deux camps et donc très vivant. Il faudra qu’on joue encore quelques parties pour avoir un aperçu global et exhaustif sur la règle mais vous l’aurez compris, Blitzkrieg vaut qu’on s’y attarde !!


 

Allemands40 0314


 

      Alors fini l’Antiquité ? Pas vraiment comme en parle le dernier rapport de bataille  de Mach’. Plutôt qu’un changement, un enrichissement. Au début, c’est surtout Macha qui s’y est intéressé, c’était un bon moyen pour lui de souffler entre deux plaquettes de hoplites. De mon côté, j’avais suffisamment à faire avec les étoffes richement brodés de mes Perses pour ne pas m’éparpiller de droite et de gauche en commençant une nouvelle armée. Mais il est vrai qu’on fini par s’essouffler à jouer tout le temps à la même règle (c’est pas une raison pour jouer à AdG :p !!) et à peindre toujours le même type de troupe. Blitzkrieg était donc toute trouvée pour alterner avec DBM et la deuxième partie jouée avec Xavathor, où Bir Hakeim fut rejouée, me convainquit définitivement. Soit dit en passant, on se remet avec d’autant plus d’envie à ses premiers amours. J’en veux pour témoin la dernière partie DBM. Dommage qu’on ait pas eu d’appareil pour immortaliser la revanche et surtout l’éclatante victoire de mes Perse…

 

 

Allemands40 0363a

Allemands40 0361a

 

 

     Et la machine se mit donc en branle, comme pour tout figuriniste se lançant dans un nouveau jeu : quelle période ? quelle armée ? quelle marque, quelle gamme de figurines ?

 

> Juin 40 – Les Allemands – Command Decision, tout est dit !

 

      Pourquoi Juin 40 ? La raison principale, c’est que Macha avait à cœur de jouer les Français. Ca tombait bien car pour moi, le début de guerre est à mon sens la période la plus intéressante pour jouer l’armée allemande. Elle n’a pas encore à l’époque la supériorité technique totale des ses chars (surtout face à l’armée française qui elle a les meilleurs chars du monde du moment, notamment le B1bis) et surtout elle vaut son efficacité par sa doctrine d’emploi pour laquelle tous les moyens sont réunis et où tout est fait pour que la machine soit des mieux huilée. C’est donc en véritable système que s’articule l’armée allemande et c’est bien ce système, plus que la supériorité d’un tel type d’arme sur tel autre type, qui permis la conquête de l’Europe continentale de façon… éclair ! Je relativiserai quand même ce propos en rappelant que la domination de la Luftwaffe a été déterminante mais malgré cela, cette dernière ne faisait partie que d’un ensemble et la Luftwaffe à elle seule n’aurait pu conquérir l’Europe. Par la suite, tout le monde connaît la montée en puissance de l’arme blindée allemande avec l’apparition des Panthers et autres Tigres (il est à ce propos intéressant de noter que Guderian s’opposa à la production du Panther, bien trop long et coûteux à produire au profit du Panzer IV. C’est d’ailleurs grâce à lui que la production de ce dernier fût maintenu.). Et puis du temps de la joviale invasion de la France, la Heer était encore plus prussienne que nazie (une évolution elle aussi intéressante et qui ne sera pas sans conséquence pour Hitler…), ce qui n’est pas pour me déplaire ! A la limite, le seul autre contexte où je jouerais allemand, ce serait dans le désert, avec l’Afrika Korps. Histoire qu’après Guderian, je me prenne pour Rommel ! Ceci dit, Xavathor a déjà un très beau contingent d’allemands du désert.

 

 

Allemands40 0325

Allemands40 0326


      Quand il se lance dans une nouvelle armée, tout figuriniste est confronté à la dure réalité suivante : les troupes que je veux jouées existent-elles belles et pas trop chères ? S’il est vrai que lorsqu’on joue la Wehrmacht on est peu confronté au problème, quand on veut jouer les Hébreux de l’Exode, le problème est tout autre (je n’aurais évidemment pas le très mauvais goût de dire que c’est justement par la faute des premiers qu’on ne trouve pas les seconds !!). Donc sur le marché de la 2e guerre mondiale, quelques marques se font concurrence : Peter Pig, Old Glory, Battlefront et Command Decision pour ne retenir que les plus répandues. A mon sens, les plus belles sont les Command Decision suivies par Old Glory. Mais là où Command Decision fait clairement la différence c’est dans la multitudes des postures sur une même référence (une dizaine en moyenne). Sans compter que leurs blindés sont les plus beaux du marché. C’est d’ailleurs en ce sens dommage que la marque ne continue pas à étendre leur gamme car certaines références manquent. Avec Mach’ on s’est donc rabattu sur Quality Casting (de chez Old Glory) pour celles dont on éprouvaient le besoin. Là aussi, de très beaux modèles. A noter aussi au crédit de Command Decision, ils sont très professionnels et la commande arrive généralement sous les trois jours.

 

Allemands40 0515Allemands40 0516

   

 

     Cet article commençant à s’allonger plus que de raison (tout ce dont je viens de ne devant être à l’origine qu’une introduction…), c’est la prochaine fois que je vous ferai part de l’élaboration en elle-même de la compagnie de Grenadiers que je vous offre en photo.

 

 

Allemands40 0306On attends la nuit... Parzkon est de Gross mâlines !

Repost 0
30 juillet 2010 5 30 /07 /juillet /2010 11:00

bandeau-pres-chars

Salut à tous !

 

Il y a déjà un moment que je vous avais promis des nouvelles du front de la bataille de France de 1940. Et bien en voila ! Alors que le 6e groupe de reconnaissance de division d'infanterie a déjà pris ses positions dans Stonne et le bois de Mont Dieu (on dirait que... les troupes sont en cours de peinture), le gros de la 3e DI Motorisée monte en ligne avec la 3e Division Cuirassée.

DSC02156

Ce sont donc rien de moins que deux chars lourds B1bis (les mastodontes du début de la guerre, terreur des Allemands, toute relative à cause de son utilisation) et deux chars H39 que je vais vous présenter ici, accompagnés par quelques hommes de l'infanterie, le tout dans la riante campagne française au printemps...

 

Je ne vais pas vous faire un discours de quatre pages sur le pourquoi du comment, ni sur la technique de peinture. Il faut juste savoir que je suis resté fidèle à mes amours en commençant pour une couche noire progressivement réhaussée. Pour les camouflages, ce sont des camouflages de production tardive. Il ne manque à mes H39 que la partie métallique arrière (absente des modèles que j'ai achetés), et à tous les marquages : cocardes, numéros et petits noms propres. Tout ceci sera réalisé sous peu !

 

Je vous offre une série de clichés, en couleur, oui messieurs-dames, pris par un promeneur, le long de la route menant aux Grandes Armoises.

DSC02149

 

DSC02151

DSC02152

DSC02153

Vous remarquerez que ces chars ont déjà fait un peu de route, vu la terre séchée que l'on retrouve sur leurs bas-côtés. De plus, le B1bis est vraiment une machine dégoûtante, avec tout son camboui qui dégouline le long de son blindage latéral...

Regardez si cette colonne n'a pas fière allure.

DSC02157

DSC02162

DSC02140

Repost 0
28 juillet 2010 3 28 /07 /juillet /2010 13:01

Allemands40 0116a

 

 

13h12 - Philadelphia . . .

 

Lskemlgpazemlzek,ez,lùmse;sc!;: (imitation du bruit d'un modem 56k comme on n'en fait plus)

 

zzzzzziiiiouuuuuuuuu (imitation du bruit du transfert d'un corps physique dans le monde virtuel)

 

TYTY EST DE RETOUR DANS LA MATRICE !!

 

Neo n'a qu'à bien se tenir...

 

Et oui, me revoilà ! Après trois longs mois sans rien poster (QUI A DIT FEIGNASSE ? QUI ?!!!!) me revoilà dans un nouveau costume : fini les étoffes perses, à moi l'uniforme saillant d'un Oberleutnant de la Wehrmacht. Comme vous l'a déjà présenté Mach', nous nous sommes mis à la deuxième guerre mondiale. J'y reviendrais plus longuement ultérieurement pour vous évoquer la mise sur pied d'un contingent allemand s'apprêtant à franchir la Meuse. C'est tout de même mon premier article depuis longtemps, donc il me faut le temps de me chauffer. Donc oui, tout ce blabla pour deux malheureuses petites photos. C'est uniquement pour vous faire patienter et vous offrir d'encore plus belles photos et un article à vous décourager un moine boudhiste d'atteindre l'éveil.

 

Bon j'ai aussi retrouvé un article que je devais poster il y a de ça... ben trois mois ! Il n'y manquait que les photos. N'ayant plus d'appareil photo à l'époque, l'histoire était restée en stand by (ça a été la cause de ma déchéance et de mon retour à la vie réelle. Comme quoi la vie ne tient qu'à un réflex !!). Celui qui retrouve le thème de cet article (on va voir s'il y en a qui ont vraiment tout suivi depuis le début), je lui paye une croisière sur l'Euphrate*. Vous aurez aussi donc droit prochainement à un nouvel article sur mes Perses ô combien glorieux.

 

 

Allemands40 0119a

 

 

*Jeux avec obligation d'achat de 10 000 troubles indo-pakistanais sur ce site qui ne propose rien à vendre.

Repost 0
12 juin 2010 6 12 /06 /juin /2010 18:34

soldatbelge1914Salut à tous !

 

Voila un nouvel article pour vous présenter les dernières avancées de mes travaux sur mes Français de la bataille de France de 1940. Mon objectif étant de jouer le plus rapidement possible, les étapes de ma peinture s'oriente vers l'achèvement ordonné d'unités fonctionnelles jouables dans le cadre de la règle choisie (voir l'article précédent).

 

La première étape atteinte est la constitution d'une compagnie : un groupe de commandement, trois sections de chacune trois groupes de combat. Le groupe de combat est l'unité minimale dans la règle Blitzkrieg, ce qui fait en tout, puisque j'ai également peint un canon AC Hotschkiss 25mm et une HMG, douze plaquettes !

 

Depuis la dernière fois, j'ai peint quelques figurines supplémentaires, mais surtout, j'ai décoré les socles. Après quelques hésitations, j'ai décidé de simuler de l'herbe sauvage (assez haute) sur de la terre plutôt sèche, du fait des deux mois de combat de l'année 1940 : mai et juin. Pour m'assurer de l'effet à obtenir, j'ai tout simplement regardé les abords des champs à côté de chez moi, courant mai. La terre vire presque au gris par endroit, l'herbe reste encore verte, et pousse par touffes. Muni de sable, de flocage ferroviaire (assaillez votre magasin de modélisme local, notre bonheur s'y trouve pour les socles et les décors) et de peinture (Prince August toujours) terre foncée 874 et blanche pour l'éclaircir, je me suis lancé.

Et voici les étapes, en image, le tout est collé à la colle à bois légèrement mouillée :

socle.sable.1  socle.sable.2  AC25.4

 

Et maintenant, voici, sans autre considération supplémentaire, une série de photos de la compagnie, accompagnée de deux armes de soutien.

 

comp1  comp2

 

comp3  comp4(chef)

 

comp5+armeslourdes  comp6

 

comp7+armeslourdes  comp8armeslourdes

 

Chaque section est composée de façon hétérogène. Dans l'une, les troupes sont tapies, en position de tir couché ou à genou. Dans l'autre, les troupes sont en marche ou quittent leurs positions, alors que les troupes de la troisième sont en train de donner l'assaut, fusils armés et au pas de course.


Bientôt, et pour appuyer ces braves et courageux soldats, viendront un, deux puis de nombreux chars des divisions cuirassées... Ce sera dans un prochain article !

 

comp9bandeau

Repost 0
26 mai 2010 3 26 /05 /mai /2010 17:48

Salut à tous !

 

 

Cet article pour vous montrer les étapes de la peinture de mes fantassins français pour le jeu Blitzkrieg, avec le détail des peintures utilisées.
D'abord, allez donc voir ce premier article, si ce n'est déjà fait, pour savoir à quoi ressemblent mes fantassins.

 

J'ai été convaincu par l'utilisation de la technique du lavis pour peindre les tanks en voyant le travail de Xavathor. Cependant, pour ce qui est des fantassins, je ne renonce pas à la bonne vieile méthode des réhauts, du noir jusqu'aux éclaircis de la teinte principale sur les parties saillantes. Simplement car les lavis sont je crois peu précis, une technique utilitaire. J'ai beau vouloir rapidement peindre mes troupes, je tiens à maîtriser le rendu final. Enfin, le long manteau des Français offre la surface idéale pour jouer avec les lumières.

Bref, voila les étapes en images (toute la peinture que j'utilise, du moins pour les figurines, sont de la marque Prince August) :

peint.inf.1   peint.inf.2

Sur une sous couche noire (950) passée au pinceau (gros pinceau et peinture légèrement diluée, quit à passer deux couches, pourvu qu'elle forme une couche fine et légère), suivie quand elle est sèche d'une couche localisée de terre mat (983), pour tout ce qui ne sera pas métallique.

 

peint.inf.3   peint.inf.4

Le manteau, les molletières, les chaussures, le casque, sont progressivement éclaircis avec un mélange de terre mat et de beige (917). Les autres équipements, en cuir, sont eux modulés à l'aide d'un mélange de terre mat et de marron orange (981). Le fusil reste en terre mat et subira un lavis léger noir, ainsi que certaines chaussures.

 

peint.inf.5   peint.inf.6

L'étape suivante consiste à peindre la peau, en chair mat (955), en prenant soin de laisser apparaître les creux dans la teinte précédente (marron ou noire), et le métal de fusils et du paquetage en un mélange variable de gris neutre 1er Empire (992), de noir et d'argent (997). Cette étape installe les contrastes qui donnent aux figurines leur relief. Après cela on peut varier la couleur des cheveux, si l'on veut.

 

peint.inf.7La figurine est presque achevée. Cependant, les casques français, plus que kaki ou marron, tendaient vers une couleur vert olive laquée, tranchant quelque peu avec le manteau et le reste des effets du soldat.
Pour l'obtenir, je fais deux choses. D'abord, je recouvre les casques d'un lavis (assez léger) d'un vert olive (967) légèrement noirci.
Enfin, quand la peinture est sèche, je passe une fine couche de vernis mat (520), poils du pinceau très mouillés, sur ces mêmes casques. Ce finit de leur donner un aspect laqué contrastant avec le reste de l'équipement.

 

 

 

 

 

 

peint.inf.8   peint.inf.10

Voila les figurines avec le lavis vert sur le casque, encore mouillé. Il ne restera plus, une fois le lavis passé, qu'à coller ces figurines sur leur socle.

peint.inf.9

 

Bientôt, je vous montrerai comment je m'y prends pour décorer le socle de mes fiers Français de la bataille de France.
Ce sera au prochain article ! En attendant, salut à tous, rompez !


Repost 0
22 mai 2010 6 22 /05 /mai /2010 15:26

Bonjour à tous !

 

 

Outch, voila bien deux semaines de vache maigre sur ce blog.  Mais voila ! Un appareil photo numérique est arrivé en renfort. Voici donc quelques nouvelles.
Dans le précédent article, je vous disais qu'avec Tyty nous nous mettions au jeu de seconde guerre mondiale Blitzkrieg, dans l'idée d'abord de nous plonger dans le début de la guerre à l'Ouest : la bataille de France.

 

Je me charge du camp français, laissant le commandement des armées allemandes à Tyty. Premier objectif : une compagnie (un groupe de chef de compagnie, et trois sections de trois groupes chacune) et quelques armes de soutien (HMG, canons AC, mortier).

Et voici l'état d'avancement du travail !

Un premier groupe de combat :

inf1.1   inf1.2

Comme vous pouvez le voir, sur mes plaquettes (technique similaire à celle utilisée pour DBM) de 4cm de côté, je dispose quatre figurines. C'est plus, mais la règle stipule que l'on peut monter nos plaquettes librement. En effet, les mesures sont censées être prises du milieu des plaquettes, et celles-ci peuvent s'entre-pénétrer. Géométriquement, cela ne pose donc pas de problème. J'ai choisi quatre figurines, d'abord pour le rendu visuel. Trois, c'est un peu court à mes yeux, même si certaines scénettes peuvent aussi être chouettes avec ce nombre de figurines.

Comme dans de nombreux jeux historiques de guerre, le système se base sur l'efficacité de l'ensemble des troupes représentées sur la plaquette. Blitzkrieg est un jeu plutôt à dimension tactique, et ne pas représenter l'ensemble du groupe de combat (dix ou douze hommes) m'a d'abord posé un peu problème (j'aime tout voir !). Or, du fait de la formation non rigide du groupe, on peut très bien imaginer que les figurines représentées sont au centre de la formation (le gros de la puissance de feu avec la mitrailleuse par exemple), le reste du groupe tournant autour comme les atomes d'une molécule. Simplement, on ne représente pas ces derniers. Oulala, pourquoi tant de prise de tête ?! Parce-que !

 

Un second groupe de combat :

inf2.1   inf2.2

 

Un troisième groupe de combat :

inf3.1   inf3.2

 

Un quatrième !

inf4.1   inf4.2

Oui, ici, le travail est moins avancé, puisqu'il n'y a même pas de sable collé, mais cela viendra bien vite !

 

Une mitrailleuse (je ne sais pas exactement quel est le modèle représenté, mais je fais confiance au fabricant... Tant que ça tire !) :

HMG.1   HMG.2

 

Un canon antichar Hotchkiss de 25mm :

AC25.1   AC25.2AC25.3

 

Les figurines sont des Command decision de chez Skytrex. Elles sont bien sculptées, correctement moulées, très diversifiées, et très bon marché ! Quelques Livres Sterling et hop ! vous vous retrouvez avec un sachet plein d'une cinquantaine de magnifiques figurines !

Il me reste à finir les socles, en leur donnant un petit air champestre et printanier : terre un peu sèche, herbe vert-jaune. De nouvelles photographies et une description de la méthode de peinture dès que ces plaquettes et quelques suivantes seront achevées.

A bientôt sur ce blog ou autour d'une table !

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de figurines de Machablabla et Tyrwaz
  • Le blog de figurines de Machablabla et Tyrwaz
  • : Bienvenue sur le blog de Machablabla et Tyrwaz, figurinistes maniaques et joueurs de DBM, DBA et autres joyeusetés...
  • Contact