Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 février 2012 1 20 /02 /février /2012 19:14

Bonjour à tous !

 

250px-Dartagnan-musketeers

Je pose la question : qui n’a pas lu les Trois Mousquetaires  d’Alexandre Dumas ? Et puis Vingt ans après ? Et puis enfin le long mais superbement tragique Vicomte de Bragelonne ?

Si vous n’avez jamais fréquenté ces livres, et au moins les deux premiers, précipitez-vous ! Le chapeau sur la tête, les bottes aux chevilles, les fontes sur la selle, l’épée au baudrier et hop ! A cheval et foncez !
champaigne-triple-portrait-richelieu
Cet univers de chevalerie galante, de manières élégantes de gentilhomme digne de son rang, d’aventures héroïques et légères à la fois, c’est celui de la France du XVIIè Siècle, celle de Louis XIII et surtout de Richelieu, des intrigues entre les familles royales rivales d’Europe, puis de Louis XIV. C’est le siècle où la France s’affirme comme grande nation entre ses voisins, c’est le Grand Siècle.

279063Ce temps que raconte Dumas au travers des péripéties de D’Artagnan et de ses trois amis mousquetaires du Roi, c’est aussi, et c’est en grande partie ce qui va nous intéresser puisque nous avons la manie enfantine de jouer aux jeux de guerre, un temps de Renaissance militaire. La Renaissance, la redécouverte de l’héritage des Anciens, avait déjà eu lieu en sculpture, en peinture, en architecture… La littérature et la pensée notamment des Grecs anciens n’étaient pas non plus en reste.  La musique s’écrivait enfin, et les musiciens d’alors faisaient tourner follement les danseurs avec leurs menuets et sarabandes.

Mais cet élan rénovateur extraordinaire n’a pas eu d’influence que sur les belles choses : la guerre, elle aussi, a connu sa Renaissance. Et Rome ainsi que la Macédoine, maîtres incontestés de la guerre antique, ont influencé les réformes militaires de notre période, comme nous l’apprend Keith Roberts dans le Osprey Pike and Shot Tactics 1590 – 1660.

L’initiateur de ces évolutions militaires est le chef hollandais Maurice de Nassau, Prince d’Orange. Il a voulu allier les réussites espagnoles du XVIè Siècle (invention du tertio), avec l’étude de l’art de la guerre chez les Romains, les Macédoniens et les Byzantins. L’usage du piquier alors remis au goût du jour faisait déjà fantasmer les chefs de guerres ayant étudié l’histoire, qui s’imaginaient en Alexandre ; le Prince Maurice y a ajouté l’utilisation de petites unités flexibles et complémentaires, les bataillons (terme de l’armée française), ainsi que le déploiement de l’armée en lignes successives disposées en échiquier ; l’évolution technologique et les progrès des armes à feu qui y sont liés finissent de compléter le tableau.
meissonier-mounted-cavalier
Nous nous retrouvons donc avec des armées complexes aux formations étudiées, avec des appuis interarmes primordiaux, dont la splendeur est complétée par la joliesse des costumes de l’époque et la magie des armes à feu d’alors.

Sous l’impulsion de Richelieu, la France a participé, tardivement mais avec réussite,  au conflit qui déchirait l’Europe en cette première moitié du XVIIè Siècle : la guerre de Trente ans.  Conflit au départ religieux, politique et patrimonial entre Allemands catholiques et Allemands protestants, il est devenu, avec l’entrée ouverte et directe de la France et de l’Espagne dans la guerre, un affrontement politique entre ces deux puissances.

Voici donc le contexte dans lequel va évoluer ma toute nouvelle armée naissante, l’armée française dans la guerre de Trente ans.

Les figurines, en 15mm, ont été achetées chez Testudo, les figurines de Giuseppe Rava. Il ne faut pas y aller par quatre chemin, leur gravure est superbe ! A vrai dire, la qualité de sculpture est incroyable. Les creux y sont parfois plus profond que sur du 25-28mm, les détails aussi bons. Le revers de la médaille, c'est que pour faire un tel travail, les figurines ne sont pas en vrai 15mm. Elles sont encore plus grandes que des Xyston, un bon 17mm, facile 18mm, sans compter qu'à l'époque, le chapeau à plume était de rigueur !

 

Tout ceci n'est pas très grave. Et puis, d'ailleurs, pour vous montrer qu'il n'y a pas de problème à peindre des grandes figurines, voici les photos de mes premières troupes française des environs de 1640.

 

DSC02949Des piquiers, dont on voit sur la plaquette de gauche un sergent (avec hallebarde), au milieu le porte-enseigne (couleurs du vieux régiment Picardie) et à droite que des piquiers.

DSC02950Le drapeau est fait en papier 80g (pour imprimante), collé et ajusté, puis peint. Et sur cette dernière photo, ci-dessous, les piquiers en formation profonde.

DSC02951Je vous propose maintenant, pêle-mêle, des vues de l'armée avec toutes les troupes peintes. Vous verrez des mousquetaires, tirants, rechargeants ou en mouvement. La fumée est faite avec du coton, collé, inspirée par Pépette de Fumbles. Vous y verrez également un canon de campagne, mais aussi deux plaquettes de cavalerie, dont l'un contenant un commandant.DSC02952DSC02953DSC02954DSC02955Au prochain article, je vous parlerai de la règle que nous utilisons pour combattre dans cette guerre de Trente ans. Pour ne rien vous cacher, c'est DBR. Et franchement, c'est bien plus qu'une simple rallonge de DBM : elle est franchement très plaisante !

A bientôt !

Repost 0
Published by macha - dans XVIIè Siècle
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de figurines de Machablabla et Tyrwaz
  • Le blog de figurines de Machablabla et Tyrwaz
  • : Bienvenue sur le blog de Machablabla et Tyrwaz, figurinistes maniaques et joueurs de DBM, DBA et autres joyeusetés...
  • Contact