Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 août 2011 1 22 /08 /août /2011 16:07

Hello,

athena

Je vous signale la partie tactique ajoutée à l'article ci-dessous. Jetez-y donc un oeil !

 

Vazi, lach t com !

Repost 0
22 août 2011 1 22 /08 /août /2011 13:30

Bonjour à tous !

Voici la version complétée de l'article sur mon armée grecque. Suivent après ce qui a déjà paru quelques considérations tactiques sur son utilisation. Bonne lecture !

couverture

Décidément, nous sommes bien occupés, et ne postons qu'insuffisament sur ce blog. Mais rattrapons, mieux vaut tard que jamais !

 

En juin dernier, Tyty et moi faision le déplacement jusqu'à Brest, aux confins du monde donc, pour participer à un tournoi utilisant la règle DBM, avec une adaptation pour jouer en 200 points. Une bonne idée, qui permet de jouir des mécanismes de DBM, tout en allégeant beaucoup la mise en place et la durée des parties.

 

Je salue les participants de ce Trophée des Celtes qui passeraient par là.

 

Nous avec réussi à bien nous placer dans ces rencontres Tyty et moi, lui avec ses Perses achéménides, moi avec mes Grecs du 6è ou début 5è siècle avJC.

Je vais faire une petite revue des troupes de mon armée Early Hoplite Greek, liste 52 livre 1.

couverture2

L'armée grecque, surtout celle-ci, est un peu rigide. La troupe majoritaire est le hoplite, qui constitue l'essentiel des effectifs de l'armée. Pour pouvoir m'en sortir dans un maximum de situation, j'ai pris toutes les autres troupes disponibles : le maximum de Psiloi (O et I), le maximum d'Auxiliaires (des Thraces O), le maximum (ou presque) de cavalerie, le tout dans le cadre d'une armée ayant un général en chef athénien, un premier allié athénien aussi, et un dernier allié thessalien, disponible en ayant le C-in-C athénien. Ce dernier offre un général allié Cv(O), ainsi que 5 LH(O), qui font autrement cruellement défaut à cette liste.

Cette alliance thessalienne à Athène correspond je crois à cette bataille en -511 (ou dans ces eaux là, peut-être après, désolé pour l'approximation, mais je n'ai pas Hérodote sous la main) lors de laquelle les cavaliers thessaliens s'étaient unis aux Athéniens alors que Sparte sortait de chez elle pour botter le cul à leurs rivaux de l'Attique. Les Spartiates s'étaient fait piétiner par la cavalerie, et, laconiques, avaient répondu "ouille".

 

Mais venons-en au fait. Je vais vous donner la liste, globalement. En effet, elle est suffisament rigide pour ne pas offrir trente-six possibilités, je vais donc vous passer l'historique de sa conception, qui est avant tout empirique et de toutes façons peu libre. Le rigolo sera de voir comment l'utiliser dans une partie en 200 points, car c'est pour cela qu'elle est faite.

 

Corps 1 - Athène

C-in-C irr Sp(O) 9AP

12 irr Sp(O) 48AP

5 reg Ps(O) 10AP

Corps1.2Corps1.1Soit 15,5équivalents éléments (éé), et une démoralisation du corps suite à la perte de 5,5éé -le tiers- (rappelons que les Psiloi valent 0,5éé, le reste 1éé la plaquette).


Corps 2 - Athène encore, mais un autre quartier !

Ally general irr Sp(O) 6,5AP

13 irr Sp(O) 52AP

4 irr Ps(I) 4AP

2 irr Ax(O) 6AP (ce sont les Thraces disponibles pour les Athéniens)

Corps2.3COrps2.2Corps2.1Soit 18éé et une démoralisation du corps à 6éé.

 

Corps 3 - L'allié thessalien.

Ally general reg Cv(O) 9,5AP

2 irr Cv(I) 10AP

5 irr LH(0) 25AP

4 irr Sp(O) 16AP    (nécessaires, chaque corps devant contenir un quart du minimum global des troupes obligatoires, il y a au minimum 16 hoplites dans l'armée en 200 points, puisque les minima sont divisés par deux, le quart de 16 étant 4)

4 irr Ps(I) 4AP

Corps3.3Corps3.1Corps3.4Corps3.2Soit 14éé et une démoralisation du corps à 5éé.

 

En tout, l'armée comporte 47,5éé, et démoralise suite à la perte de 24 éé -la moitié.

Vous voyez que les corps sont à peu près balancés équitablement, et qu'il faudra démoraliser deux corps pour emporter l'armée (un corps démoralisé compte sa valeur complète en éé dans la démoralisation de l'armée, qui est démoralisée quand la moitié de sa valeur totale en éé est démoralisée, détruite, ou sortie de table). Vue la quantité de troupe, cela fait donc de la réserve, et nous donne à mes Grecs et à moi, de quoi encaisser un peu.

De plus, le balancement des corps permet une souplesse dans le placement, car non seulement, ils sont à peu près de la même taille, mais ils n'ont pas de rôle figé les uns par rapport aux autres.

armée entière déployée

Comme vous avez pu le constater, l'armée que peuvent mobiliser les cités grecques alliée est très monolithique. Enormément de hoplites, et peu de troupes auxiliaires, proportionnellement.

Cela a ses avantages et ses inconvénients. Tentons d'en avoir un aperçu.
Dans l'arrangement de la règle DBM pour jouer en 200 points, il y a toujours sur la table 3 éléments de terrain : 2 forêts qui sont des éléments difficiles, et une colline, qui peut être douce ou escarpé.
Un élément de terrain difficile pose de gros problèmes pour la manoeuvre de tout ce qui n'est pas Psiloi (les plaquettes n'y bougent qu'une par une, ou bien en colonne) ainsi que pour le combat d'à peu près toutes les troupes, sauf encore une fois les Psiloi, et les Auxiliaires, qui s'accomodent bien eux aussi des terrains encombrés quand il s'agit de s'y battre.

Un élément de terrain escarpé, comme peut l'être la colline (qu'on imagine rocailleuse, abrupte, à la végétation dense et un peu haute...) ne posera pas de problème de manoeuvre, mais aura les mêmes effets pour le combat que les forêts.

C'est pourquoi il essayer, c'est en tout cas mon idée, d'avoir le maximum de ces troupes, et notamment de Psiloi, pour pouvoir investir les forêts et la colline si elle est escarpée. J'ai pris tout ce qui est disponible de Psiloi et d'Auxiliaires dans la liste pour mon armée : 5 Psiloi (O)rdinaires qui sont des archers en tirailleurs (sur lesquels je reviendrai plus loin) et 8 Psiloi (I)nférieurs, plus 2 Auxiliaires (O), des Thraces alliés.

Ils sont répartis dans les 3 corps, mais en groupant tous les Ps(O) dans un seul. Et voila à quoi ils me servent !

 

1. De l'usage des troupes légères à pieds, Ps(O), Ps(I), et Ax(O).

 

 

Les Psiloi(O) sont des archers tirailleurs. Ils ont comme particularité quand ils sont athéniens, de pouvoir soutenir leurs camarades hoplites du quartier. C'est utile dans la mesure où le soutien d'un Sp par un Ps(O) infligera -1 au combat à des chevaliers (Knights) ou à des Warbands qui gagneraient contre les hoplites Sp. Comme ma pire crainte réside dans les armées de Warbands, mais aussi dans une moindre mesure celles contenant des chevaliers, ce malus infligé par les Ps(O) qui tirent leurs petites flèches par dessus leurs copains est une bouffée d'air supplémentaire. Il arrive toujours que l'on se fasse plier salement sur un jet de dés malchanceux, mais on diminue drastiquement les risques.

soutien1Ces archers tirailleurs sont employés de façon groupée, dans le même corps, pour appuyer une ligne la plus longue possible, dans l'éventualité d'un face à face avec les troupes citées ci-dessus, Kn ou Wb.
Vous me direz, si un corps de Wb vient à être déployé ailleurs qu'en face des hoplites athéniens qui ont des petites flèches au dessus de leurs têtes, le soutien ne sert à rien. Et oui ! Et puis ? C'est toujours classe d'avoir des petites flèches au dessus de la tête ! Non mais alors.

soutien2Autrement, si les Psiloi(O) ne sont pas utilisés en soutien arrière des Sp, ils serviront, comme les autre Ps(I), et comme dans une moindre mesure les Ax, à attaquer, ou prendre possession des terrains difficiles ou inégaux.

Quand la phalange des hoplites avance, et même si elle défend, il est bon qu'elle soit couverte sur ses flancs. Pour cela, on peut ménager un itinéraire ou une position au bord d'un bois. Mais cela à la condition non discutable que l'on contrôle ce terrain difficile ! Si aucun Psiloi ennemi n'y est, hop, on y va ! Si des Psiloi ennemis y sont, essayons de les débusquer et de les massacrer !

Généralement, dans les combats de Psiloi, le rapport de force se voir facilement. Cela qui en a le plus gagnera. Ou alors, il faut glisser dans son groupe quelques plaquettes d'Auxilaires, qui apporteront un mordant appréciable, ou alors il faut disposer de Ps(Supérieur). En tant que Grec des années 500 avant JC, nous n'avons que peu d'Ax (2 !), et pas de Ps(S).

Il arrive que l'adversaire soit mieux fourni dans ce genre de troupe. Il faut faire avec. Il faut alors imaginer inverstir un seul terrain difficile avec tous les Ps, quand l'adversaire n'y aura embusqué qu'une partie des siens.

Ou alors, il faut abandonner l'idée d'appuyer sa phalange sur les bois...

 

Dans la version 200 points de DBM, et quand on est défenseur, l'on n'est exposé à l'éventualité d'une marche de flanc d'une partie de l'armée ennemie. Si un terrain inégal ou difficile barre l'accès aux bagages, à un flanc ou au dos de mon armée, ou si même sans barrer la route, ce terrain l'obstrue suffisament, il m'arrive de placer quelques Psiloi dedans, parfois en embuscade (ce que l'on peut faire en tant que défenseur, si le terrain est dans une zone latérale de la table). Si une marche de flanc arrive en effet de ce côté, les Psiloi pourront au minimum ralentir la progression des troupes ennemies (pendant que l'on s'organise comme on peut ailleurs), et même parfois carrément bloquer l'avancée de cavaliers qui auraient à traverser ou bien à passer trop près des bois, et qui se feraient intercepter par les Ps qui s'y trouve (prenant un gros malus de -2 au combat pour combattre des troupes se trouvant dans les bois).

 

Beaucoup plus rarement, jamais peut-être, mes Psiloi n'occupent d'autre rôle, comme celui de maintenir la cohésion de la ligne entre les différents corps. Ils sont bien trop fragiles face à des cavaliers, archers ou auxiliaires un peu nombreux, dans la plaine. Ils sont par ailleurs quasiment toujours indispensables dans les rôles décrits ci-dessus.
Surtout, vous allez voir que la sauvegarde de la cohésion de la ligne est une mission que je confie à d'autres troupes...

 

Tout cela concerne aussi, dans une mesure moindre, les 2 plaquettes d'Ax thraces. Ceux-ci peuvent avoir deux types d'utilisation supplémentaires.
Le premier, c'est tout simplement de servir dans la ligne, autour ou dans la phalange des hoplites. Ils tiennent en effet correctement la route dans la plaine face à beaucoup d'ennemis. Alors, si nécessaire... Ils peuvent aussi se trouver derrière la ligne, et venir boucher, grâce à leur facilité de mouvement, un trou éventuel dans la phalange.

Le deuxième est encore un moyen de prévention contre ces troupes qui l'ennuient tant, que sont les chevaliers et les Warbands. Une plaquette d'auxiliaire peut être utilisée en appât devant les hoplites. Plaquette seule, face à une ligne de Warband par exemple, au contact elle ne vaudra plus que 1, contre 3 pour les Wb, 4 s'ils sont sur deux rangs.Elle se fera pulvériser. La plaquette de Wb adverse, gagnante du combat, va avancer de sa profondeur de plaquette.

Ax.suicide Si l'Ax mort pour la France... Hum, pour la Grèce, n'était pas trop loin, il n'y aura plus qu'à avancer la ligne d'hoplite sur le Wb en avant de sa ligne, qui prendra deux débords, et se retrouver à 1 ou 2 s'il est soutenu contre 5 (oui car il faut mettre les hoplites en profondeur, pour augmenter la poussée). Les chances de pulvériser le Wb sont grandes, le trou dans leur ligne ainsi créé augmentera les chances de la phalange de démanteler ces sales brutes avant d'être elle-même atomisée (oui, car le Wb atomise le Sp qui n'a pas été vigilant... ouarf).

Ax.suicide2

 

2. De l'usage du reste de l'armée, les hoplites et la cavalerie.

 

Les deux corps de hoplite, monoblocs, sont l'arme de poussée de l'armée. Certaines troupes ne tiennent d'ailleurs tout simplement pas le route face à eux (chevaliers ou warbands esseulés, auxiliaires, archers, voire lanciers ou piquiers sans profondeur...). Les ennemis qui résistent à la poussée des hoplites, comme la cavalerie, doivent être tournés, et pris en même temps par le flanc ou le dos, afin de couper leur retraite. Sauf que la ligne hoplitique, si elle est solide et puissante, court également le risque de se faire contourner, d'autant qu'elle n'est pas réorganisable du tout.
Ce risque de contournement est vrai en général, mais il est pire encore à DBM 200, quand on est défenseur, et donc que l'attaquant a la possibilité de tenter une mache de flanc.

 

Voyons un peu quoi faire, considérant les corps 1 et 2, largement composés comme la première ligne, et le corps 3, composé d'un appoint de hoplites, de cavalerie et de cavalerie légère, comme complémentaire, ce dernier pouvant jouer divers rôles de soutien, que sont la protection des flancs, la réserve, ou bien l'enveloppement de l'ennemi.

 

A. La réserve.

Cv.Sp.couvTout simplement, si la ligne de hoplite est trouée et qu'un ennemi s'insinue au milieu, vous êtes mort... Voila pourquoi, il peut être envisageable de conserver une réserve, un soutien, derrière la ligne, qui entrera en action en cas de rupture de la première ligne. A priori, un ennemi qui a percé mais qui se retrouve contre un nouvel ennemi, coincé qu'il est dans l'espace qu'il s'est créé, ne fera pas long feu.
De la cavalerie peut être une bonne réserve pour contre-attaquer des chevaliers ou des Warbands qui auraient percé, puisque la Cv craint moins ces types de troupe que les hoplites (Spears).

Cv.couvSp.couvB. La réserve en prolongation.

C'est à la fois une réserve et une prolongation de la ligne. Un petit groupe de troup peut se trouver dans le prolongement, légèrement en retrait. Plus court et donc un peu moins rigide, il peut servir à limiter les manoeuvres ennemies sur les ailes de l'armée, afin de protéger les flancs si délicats des Grecs.

C'est donc l'appoint de hoplite du corps thessalien qui peut prendre ce rôle (moins soyons moins rigides que la phalange, on peut détacher une partie des Sp d'un des deux premiers corps et faire exactement la même chose).

Sp.aileC. La protection des flancs et de l'arrière.

Face à certaines armées, ou dans le cas de marches de flancs ennemies bien senties, on a vite fait de se faire prendre de côté ou par l'arrière (ou encore de se faire piller les bagages) par tout un corps de cavalerie enragée.

Le soutien du corps 3 aux deux autres peut servir de deux façons pour essayer de contrer cela.

D'abord, en plaçant tout simplement un rideau défensif statique composé des 4 hoplites thessaliens, face à la menace ennemie, soit en avant des bagages, soit en arrière d'un des corps de hoplites et perpendiculairement à lui, soit appuyé à un terrain inégal ou difficile, si possible lui-même déjà défendu par les Psiloi comme préconisé plus haut.

 

On peut autrement se servir de la cavalerie légère pour contrer de telles initiatives ennemies. Elle peut être déjà placée sur un flanc ou en arrière, à la façon des hoplites décrits aux lignes du dessus.

ailes2Ces LH sont prêts à bondir, que ce soit pour défendre le flanc des hoplites contre la menace, ou bien pour les dépasser et combattre en avant de la ligne.

 

Les LH peuvent encore être placé tout simplement en arrière de la ligne, si l'on ne sait pas de quel côté viendra le danger, pour être ensuite rapidement dirigés vers une zone et redéployés, ainsi :

LH1LH3Entre ces deux positions, il y a trois mouvement : deux en colonne vers la gauche, puis une sortie de colonne. Cette manoeuvre peut donc raisonnablement être réalisée en un tour, au pire en deux, avec trois PIP. On aurait pu la faire dans l'autre sens, dans une direction différente, plus longue, plus courte... Bref, la cavalerie légère ou le bonheur de pouvoir faire ce que l'on veut !

LH4Considérant les points abordés au dessus pour la sauvegarde des flancs de la phalange, voici une vue d'ensemble qui permet de résumer les possibilités étudiées :

ailesLes hoplites fixes à droite sont une entrave sérieuse pour le pillage des bagages par l'ennemi, si ce sont des troupes légères ou de la cavalerie qui doivent s'en charger. Si ce sont des Wb, c'est une autre histoire...

 

D. Césure dans la ligne adverse et exploitation.
L'une des clefs du jeu, Tyty vous le redira, c'est l'exploitation des failles, soit qu'elles soient dans la jonction de deux corps ou de deux types de troupes, soit qu'il faille les créer soi-même... Ce que les hoplites, qui poussent fort avec leurs boucliers savent faire !

faille1

Les deux corps de hoplites vont pousser la ligne ennemie, mais de façon non uniforme. Celle de gauche, plus une avant, est destinée à frapper la première et le plus en avant. Derrière, la cavalerie est prête à l'action.

faille2

Voici l'ennemi. Bon, c'est anachronique, puisque ce sont mes quelques Egyptiens de la 19è dynastie. Enfin, cela n'empêche rien !

faille3

Le premier corps de hoplite commence à attaquer. A chaque fois que les hoplites repoussent l'ennemi, ils sont obligés d'avancer en conséquence, puisqu'ils sont irréguliers (et donc peu contrôlables et un peu impétueux). Le deuxième corps de hoplites, à droite, est suffisament avancé pour interdire, grâce à leur zone de contrôle, aux chars de prendre le flanc des hoplites plus en avant.

faille4

Comme dans de nombreux cas, les hoplites sont les plus forts et poussent l'ennemi au loin. Le flanc des chars s'ouvre. Ce ne sont pas les hoplites qui exploiteront cette faille, puisqu'ils sont trop lents et pas manoeuvrables.

faille5

La faille s'élargit, les cavaliers grecs s'engouffrent dans la brèche, tandis que les hoplites de droite s'avancent sur les chars.

faille6

Il ne reste plus à la cavalerie qu'à bondir sur les flancs découverts de l'ennemi, à gauche...

faille7... Et à droite. Hourra, les hoplites peuvent poutrer de la cavalerie, qui ne s'échappera pas.

 

Bon, attention, car ces images ne sont là que pour illustrer, en gros, et à ne pas prendre au pied de la lettre. D'une part, les situations sont toujours inédites à DBM et ne se ressemblent jamais, et d'autre part, je n'ai fait ces compositions que pour donner une idée. Il s'y trouve quelques erreurs à éviter en cours de partie. Mais je ne m'en sors plus si je dois tout vous dire !

armée entière compacteToutes les plaquettes de l'armée à 200 points. On voit la grande quantité de hoplite relativement à toute l'armée.

 

Bien entendu, cet article ne recouvre que quelques possibilités envisageables avec cette armée Early hoplite greek, liste 52 du livre 1 de DBM. Mais, comme je le disais juste au dessus, rien n'est vraiment prévisible à DBM, pour peu que l'on varie les adversaires, et pire encore si ces adversaires sont ingénieux et imprévisibles. Il faudra de toute façon beaucoup d'adaptation et d'audace pour tirer partie de cette armée, couplées à une grande prudence, car cette armée est puissante, mais peut dérouter très vite si l'on n'est pas prudent.

 

 

C'est tout pour mes Grecs en 200 points. Bientôt, je ferai un point sur les figurines de l'armée carthaginoise, qui ont pas mal avancé...

A plus ! Et même à bientôt autour d'une table de jeu !

Repost 0
15 mai 2011 7 15 /05 /mai /2011 10:18

Salut à tous !

hamilcar barca

" Ouais, salut ! "

 

Je vais avoir le plaisir de vous présenter dans cet article les dernières nouveautés peinturluresques sorties des ateliers Machablabla Peintürlürich.

Je ne passerai pas par quatre chemin, car cet article, je l'ai rédigé une fois, mais over-blog ne l'a pas bien enregistré, donc rebelote.

Grrrrr

 

Bref, je vais vous montrer diverses photos, d'une armée bien diverse elle aussi : celle de Carthage ! En effet, au 3è siècle, les troupes disponibles pour un commandant carthaginois sont nord-africaines (Carthaginois eux-mêmes, mais surtout Libyens et Numides, sans oublier les petits éléphants qui vivaient par là), espagnoles (soit de la péninsule ibérique, soit des Baléares), celtes (nombre de nos ancêtres sont disponibles), itoliotes ou encore grecques (les peuples et colonies d'Italie péninsulaire mais aussi de Sicile). Cela sans compter l'artillerie qui est disponible quand on le demande gentillement.

 

Autant le dire tout de suite, plus divers, tu meurs ! C'est une bonne nouvelle, car cela me changera de mon armée grecque, qui ne compte à peu près que des hoplites ... grecs. Pour la variété, on repassera. Mais rien ne m'empêchera cependant d'incorporer un contingent de ces mêmes Grecs sous le commandement d'Hamilcar.


Hamilcar ? Haha ! L'autre hé, il cause même pas d'Hannibal ! Non, car je crois que la liste 32 du deuxième livre d'armées DBM est d'autant plus variée et du coup rigolote qu'on se situe avant 235. Or, à cette époque, c'est Hamilcar qui officiait, ce me semble. Et puis, Hannibal était un génie militaire certes, mais son père n'est-il pas un petit peu responsable de cela ? Hein ? Bon.

hamilcar

En plus, il était 'ach'ment beau Hamilcar !

 

C'est parti pour les photos. Je précise que les figurines sont de chez Xyston. Cependant, las d'attendre qu'ils finissent de sortir leur gamme pour l'armée carthaginoise, je finis par me rabattre (pour l'instant), pour la cavalerie carthaginoise, libyenne, mais aussi numide, sur les Corvus Belli. Et après tout, ces figurines sont tout aussi charmantes !

 

Allons-y.

 

D'abord, des Gaulois (Warband Fast). Oh oui, ils y sont déjà sur ce blog que vous m'direz ! Et quoi ! Ils n'ont plus le droit d'y être ? Et puis il y en a davantage ! Alors regardez, et en silence.

Wb1

Wb3Wb4Wb6

Wb5

Ce type à la grande moustache a été peint il y a longtemps maintenant. J'ai depuis gagné en finesse d'exécution pour les contrastes de la peau. Ici, les clairs et les sombres sont sans doute trop tranchés...

Avec Tyty nous attendons patiemment une commande de figurines Xyston. Dedans, il y aura de quoi agrémenter ces Gaulois de quelques musiciens, porte-enseignes, chefs... Histoire d'avoir une huitaine ou une dizaine de plaquettes bien variées.

 

Pour rester dans les peuples européens (hé oui, il n'y a pas un peuple européen, mes des. Si si !), voici les fameux louloux espagnols. La liste DBM propose comme alliés des ibériques. Cependant, en cherchant un peu, on apprend que des Lusitaniens, mais aussi des Celtes-ibères ont suivi Carthage. Cela tombe bien, puisque mes figurines sont les Lusitaniens de chez Xyston (Psilois Superior). Ce sont des figurines folles, pleines de dynamisme et de brutalité enfouie... Enfin, regardez par vous-même ! Mais toujours en silence, s'il vous plait.

esp3

esp1

Hep, au fond, on arrête de papoter !

esp4

esp2

Je précise maintenant que j'ai décidé de me farcir les motifs des boucliers sans l'aide de décalcos. On n'est pas des manchots ! J'ai aussi essayé de mieux rendre mes javelots et mes lances, le bois comme les pointes... En regardant le travail de Tyty, qui encule les mouches comme un malade sur absolument tout, j'ai vu que par rapport à mes Grecs, il y avait de nets progrès à faire de ce côté là, et à moindre coup (dédicace Tyty, frénétique titilleur de mouches).

 

Mais passons désormais à l'aspect rigide de l'armée carthaginoise, c'est-à-dire sa phalange libyo-phénicienne ! Pour le coup, je ne me suis pas tracassé en recherches. Sont-ils Libyens ? Ou bien Phéniciens ? Carthaginois ou même Finois (enfin là ça m'étonnerait quand même un peu) ? J'ai pris la référence de chez Xyston, j'ai ébarbé avec mon petit couteau, sous-couché, peint et collé. J'aime le résultat, et c'est très bien comme cela ! Parfois il faut ne pas être trop maniaque, et s'en remettre à d'autres autorités.

Avec des teintes à base de marron neutre (terre), d'ocre et de chair bronzée (le tout dans la gamme de peinture Prince August), je cherchais à obtenir une ambiance ocre, une luminosité de couché de soleil... Et je ne suis pas mécontent du résultat !

On fait silence, voici les photos.

Sp1

Ces boucliers sont en bois. Ici, pas de chichi comme chez les Grecs qui recouvraient de tissus, cuirs et cordelettes l'intérieur des boucliers. Les nord-africains sont rudes, brutes, boisés... Bref, c'est pas des PD !

Sp2

Sp3Ces boucliers sont peints. Je m'inspire de tous les symboles dont relate la littérature spécialisée, mais aussi de tous les symboles et de l'art carthaginois. Rien que sur internet, on peut trouver beaucoup d'idées.

Sp4Sp5Ces figurines sont malheureusement moins variées en poses que les hoplites grecs du même fabricant, mais elles sont quand même bien jolies. Surtout, on peut agrémenter la phalange d'officers, porte-enseignes, musiciens... Ce que je ne manquerai pas de faire lorsqu'ils seront arrivés avec les Gaulois par la poste (merci les PTT !).

 

Et voici mesdames et messieurs le clou du spectable ! L'éléphant africain surmonté d'un indigène armé d'une pique à brochette !
Non, il s'agit bien d'un éléphant africain (dont je tairai le nom scientifique pour ne pas voir ce blog interdit aux moins de 16 ans), avec un type plutôt louche dessous, qui ressemble à un Numide. Comme il sort de la douche, il est en peignoir, car encore bien humide.

Je vous montre les images, puisque vous êtes sages et concentrés, puis on en discute.

el2el1J'ai d'abord cru pouvoir peindre la bête à la va-vite, à coups de brosse, mais en fait non, cela rendait vilain. Donc j'ai repris mon petit pinceau pour rattraper le coup.
Le torchon, sur le dos de l'animal, sert au Numide pour essuyer diverses choses : son nez, ses pieds, ses c...

Comme tout bon mouchoir de poche en tissu, j'ai voulu l'orner de fleurs (et de crottes de nez ?), mais c'est ma petite femme, soucieuse du bon goût et du respect des bonnes moeurs qui m'a suggéré de le laisser ainsi. Pur, immaculé. Vous voyez ces petites franges dorées ? C'est fait main !

 

Ce petit éléphant n'est sans doute pas terminé. J'ai relu mes classiques, et deux points de vue s'opposent, chacun argumentés. Certains disent que les éléphants carthaginois ne portaient pas de tour avec des gugusses dedans. D'une part car celles-ci servaient à se prémunir des soldats dans les tours des éléphants ennemis, et ne concernait donc pas Carthage et son ennemi romain, d'autre part parce-qu'il existe des (ou au moins une) pièces montrant un éléphant et son mahout sans tour.

Mais les autres disent que si, les éléphants carthaginois avaient des tours sur le dos. D'après eux (et moi je n'ai rien vu, c'pas moi m'sieur, j'vous jure, c'pas moi), il y a des "works of art" qui montre des éléphants carthaginois avec des tours, et des gugusses dedans les tours. Et toujours d'après eux, comme les Carthaginois ont tiré l'idée de l'éléphant de Pyhrrus, et que les éléphants de ce dernier étaient surmontés de tour, les Phéniciens d'Afrique auraient piqué le lot complet : éléphant et tour avec gugusses.

 

Bon.

 

DBM dit que les éléphants inférieurs, comme ceux de Carthage, sont de petits éléphants d'Afrique (jusqu'ici OK) avec des messieurs en peignoir tenant un cure-dent assis dessus (jusqu'ici ça va toujours), et avec une tour et un équipage de deux hommes. Ciel ! La Bible met hors-jeu ma figurine !

Je vais la garder car je la trouve chouette, et que je pense que pour balancer un éléphant dans les lignes ennemis, il n'y a pas besoin de tour.

Mais je me disais qu'il serait peut-être sympa d'imaginer que cet éléphant soit escorté par quelques hommes, afin de jeter des javelots à qui oserait s'approcher pour titiller le pachiderme. Alors j'ouvre le débat : des tirailleurs Numides qui courent à côté ? Des lanciers libyens, en formation lache, qui suivent de près pour repousser les tirailleurs ennemis... Ou alors toujours des Libyens, mais sans leur gros bouclier, peu utile hors de la phalange, et plutôt avec des javelots ?
J'hésite.

En cherchant sur le net, j'ai trouvé des éléphants à tour (différence avec le mien donc) escortés par des Numides pour les uns, par les Libyens pour les autres. Les deux sont chouettes.

 

Pour finir le tour d'horizon des nouveautés, je vous présente les chevaux qui accueilleront les derrières des officiers de la plaquette de général de l'armée carthaginoise (Hamilcar donc !). Cette fois, ce sont des figurines Corvus Belli. Des chevaux plus balaises que ceux de chez Xyston, mais bien sympas aussi une fois peints.

Les voici :

Cv1C'est le cirque : devant les chevaux, derrière l'éléphant, et au fond (flous) les jongleurs.

 

Bientôt, des nouvelles de mon éléphant (que deviendra-t-il, oulala suspens !), la trognolle des cavaliers dont vous voyez au dessus les chevaux, et aussi un petit article sur mes 200 points de Grecs : photos, choix des troupes et leur usage (sans parler de ce que Tyty nous réserve ! Tyty ?).

Bon week-end, à bientôt !

16038 carminegallonesscipionelHannibal jetant un regard de dédain à ce si piètre joueur de petits chevaux (image d'époque).

Repost 0
8 mai 2011 7 08 /05 /mai /2011 23:19

allies 1486bc

 

 

Et bien non, Tyty n'est pas mort ! Tyty est en route pour la domination asiatique sur l'Europe et Tyty compte bien aller jusqu'au bout !!

 

allies 1476d

 

Pour cela, après avoir soumis le Lydien, Atartytyxerxès Ier s'est adjoint le renfort de hoplites des colonies achéennes d'Asie mineure (Ionie, Carie... attention, ça fait mal aux dents). Ce renfort a été bien utile puisque, à deux reprises, il me permit de prendre l'ascendant sur mon ennemi héréditaire de toujours éternel : MACHABLABLA ("AAAARGH !!").

 

allies 1491a

 

Cependant, la dernière bataille a quelque peu entravé ma marche sur l'ensemble des Cités-Etats. Tout ceci tandis qu'un autre affrontement m'obligeait à repousser, plutôt mal que bien, les assauts d'une espèce de horde de sauvages bien éloignés de leur contrée : les Pictes (Re-"AAAARGH !!"). A moins que je ne me sois pas aperçu de la fulgurance de ma poussée en terres européennes. Ce qui est bien probable...

 

allies 1479a

 

Pour parler plus clairement, ayant eu marre des déconvenues successives enregistrées contre mon homologue grec, je décidA (private joke) de revoir quelque peu la composition de mon armée, la plus belle du monde. Je fis le pari de me séparer de mes Immortels (gardés en réserve pour préserver l'Etoile Noire) pour renforcer mon infanterie de non pas 2, non pas 3, mais 4 éléments de hoplites ! Soit l'équivalent d'un bon milliers d'hommes (ou assimilés). Ce choix est concluant car il renforce considérablement ma ligne d'infanterie et, bien qu'il m'oblige à déclasser mes Immortels en simple sparabaras (ce qui en fait des Sp (I) au lieu de (O) au contact), il me permet de tenir le choc bien plus facilement contre une ligne de hoplites réguliers, voire de prendre le dessus, tout en gonflant mon moral. Ceci combiné à une bonne exploitation du terrain me permit de l'emporter deux fois de suite sur le Grec. Un terrain inexploitable ainsi qu'une mauvaise gestion tactique me fit perdre le dernier échange.

 

allies 1466c

 

Quant au Picte, n'en parlons pas...

 

allies 1482aallies 1485aallies 1480a

Repost 0
29 avril 2011 5 29 /04 /avril /2011 17:27

Salut à tous,

 

Dans l'optique d'étendre mes 200 points de Grecs de la liste DBM "early hoplite Greek" à 400 points de "later hoplite Greek", j'ai commencé à me divertir en peignant les troupes nouvellement apparu au cours du Vè siècle av JC en Grèce, les peltastes.

 

Les peltastes grecs, une fois arrivé au IVè siècle av JC, sont constitués en grandes unités (augmentation du nombre d'homme ? Mode de combat plus répandu, en vogue ?). Après 400, ils passent donc dans la liste de Psiloi supérieurs à Auxiliaires ordinaires.
Ils sont donc 4 par socle... Avec les figurines Xyston, assez balaises, il faut savoir où coller les figurines !

 

Voila les bestioles :peltaste1

peltaste2

peltaste3

peltaste4

Au passage, je vais vous montrer la petite nouveauté. Corybantes me le rappelait la dernière fois, ce serait bien que je change la couleur de mes plaquettes, trop sombre... Bon, bon, ok, je le fais ! Voyez la différence, dans cette photo où une seule plaquette n'a pas été refaite :

socle-nouvelle-couleur2

Et sans la plaquette non refaite :

socle-nouvelle-couleur1Au fait, mes 200 points de Grecs pour DBM sont peints... Bientôt un post de présentation, avec revue de troupe complète !

Bonne soirée !

Repost 0
27 avril 2011 3 27 /04 /avril /2011 21:24

Bonsoir à tous,

 

Un petit message pour raconter notre vie à Tyty et moi.

Nous avons passé le week-end dernier chez Corybantes el Corones, à la campagne, pour jouer des parties de DBM et manger du calamar (mouarf, quelle aventure !).

beauce ete

Point de rapport de bataille cette fois-ci, nous avons déjà trop de photos en attente de montage d'article (Tyty ? Ah mais oui, Tyty grimpe dans l'échelle sociale, ça lui prend plein de temps ^^ ).

 

Cependant, sachez que vos deux serviteurs ont perdu à la tête de l'armée de Ramsès III contre Corybantes et son pote Philippe II de Macédoine, qui ne manque pas de bons dés. Ce fut quand même intéressant de livrer une bataille à DBM dans le format "normal" de 400 points.

 

Moi-même ai réussi à vaincre, un peu à la Pyrrhus mais quand même, les Pictes et leurs alliés saxons, à la tête de ma fière coalition athéno-thessalienne du Vè siècle av.JC. Ce fut une belle partie de DBM en 200 points, accrochée, où les Warbands auront pris une leçon d'humilité face à des hoplites combatifs même quand la bataille semble mal tourner.

 

Après une nuit de folie lors de laquelle Tyty fit l'ours pour divertir son maître grec (hommage à ton voisin, Corybantes el Corones), celui-ci, probablement fatigué par ses prouesses animalières, ne réussit pas à vaincre notre hôte conducteur de Pictes enragés. Ce dernier pourtant vit toute son aîle gauche en bien mauvaise posture, largement prise de flanc par les troupes perses de Tyty. Ce flanc tînt bon, pendant que les Saxons, Warbands en délire, vengèrent leurs camarades de la veille morts face aux Hellènes en pulvérisant l'infanterie bariolée de Tyty.

 

Malgré le peu de victoire, c'est le coeur plein d'allégresse que nous sommes rentrés dans nos pénates, après ce charmant week-end à la compagne en compagnie de Corybantes, son aimable fille, et nos douces figurines.

 

 

Oh, et avant de vous souhaiter la bonne nuit, je voulais vous signaler : ce bon vieux Richard a publié sur le site de DBM une mise à jour... Oui ! Voici les amendements 3.2 de DBM !

De Bellis Multitudinis n'est pas mort, hé non ! Il bande encore ! Trois joyeux Gaulois en ont d'ailleurs fait la preuve en s'étripant joyeusement avec, faisant défiler des jurons, comme des grains de chapelet.

 


Macha Grec tueur de Pictes

Repost 0
Published by macha - dans DBM
commenter cet article
14 avril 2011 4 14 /04 /avril /2011 19:00

Hoplites 2A l'arrière de la phalange, les hoplites s'équipent pour partir au combat : cuirasse, cnémides, casque, bouclier, lance...

 

Salut à tous !

 

Voici mon dernier bagage pour mon armée grecque de 200 points DBM.
Après deux plaquettes représentant des ânes chargés, et la dernière représentant une hécatombe, j'avais l'envie de représenter un hoplite s'équipant auprès de son serviteur et de sa mule.

 

Il me fallait :

  • une mule (des Romains de chez Corvus Belli) chargée (d'un côté les amphores Corvus Belli, de l'autre un bouclier glissé dans un étui de transport fait en greenstuff);
  •  un serviteur (en fait un psiloi grec Xyston, à peine modifié) tenant par une cordelette la mule (un petit morceau de greenstuff) tout en tendant une partie de son matériel au héros hoplitique. Ici, la lance tombait bien, d'une main à l'autre;

psiloi-bagage

  • un héros hoplitique (de chez Xyston), non encore complètement équipé, le casque à cimier sous le bras, attrapant la lance tendue par son serviteur.

héros-bagage

Toutes ces figurines, à peine ou pas du tout modifiées, sont simplement agencées de façon à rendre dynamique la scène.

Bg-1

Et voila le glorieux héros saisissant ses effets des mains de son serviteur avant de partir au combat.

bg-2

Voici les amphores portées par le mulet. Comme il se doit, celles-ci sont finement décorées.

bg-3

Le serviteur lui-même n'a pas à rougir de sa tunique finement tissée et de son large petasos .

bg-4De l'autre côté du chargement de la mule, le bouclier est rangé dans son étui de cuir. Le héros n'aura plus qu'à s'en munir pour prendre sa place dans la phalange.

 

Et voila, cela fait quatre bagages, si l'on ajoute les précédents. Cela me permet de jouer des parties de DBM en version 200 points.

Voila un aperçu de ces quatre plaquettes mises côte à côte.

bg-5bg-6bg-7bg-8Bientôt, je passerai en revue l'ensemble de l'armée des Cités grecques, en version 200 points bien sûr, puisqu'il ne faut présenter que du peint. Ce serait ridicule autrement...

A plus !

Repost 0
9 avril 2011 6 09 /04 /avril /2011 17:00

 

egyptiens-16

Salut à tous,

 

On ne croule pas sous les nouveaux articles ici, pas vrai ?

C'est-à-dire que nous avons été pas mal débordés Tyty et moi ces derniers mois. Nous le sommes d'ailleurs toujours autant, mais les vacances se pointent, alors je profite de la décompression pour montrer quelques petites choses.

 

J'avais déjà un penchant pour les Egyptiens. Mais la dernière partie de DBM jouée contre Corybantes El Corones m'a redonné une petite impulsion nord-africaine. Il nous avait prêté des figurines égyptiennes, à Tyty et moi, avec lesquelles nous nous étions appliqués à le battre, lui et son armée d'Alexandre le Grand.

 

Voici donc les nouveautés.

 

Des fantassins archers d'abord. J'en ai profité pour intégrer dans les plaquettes un porte-enseigne, un trompetiste et un musicien.

 egyptiens-9

egyptiens-10

egyptiens-2

Un char ensuite. Ce char était en chantier depuis trop longtemps et avait bien besoin d'une petite peinture !

 egyptiens-15

egyptiens-13

egyptiens-12

egyptiens-14

Un bagage ensuite. On voit un âne, deux hommes en train de s'affairer à porter des cochonneries (pour la tente de Ramsès sans doute, ou bien pour son oncle, je n'en sais rien).
Vous noterez dans ce bagage la référence à un relief élevé pour narrer Qadesh : le camp égyptien était entouré d'une haie de boucliers dressés (voir le Osprey sur la bataille de Qadesh, page 65). On voit donc quelques-uns de ces boucliers, parsemés sur la plaquette.

egyptiens-5

egyptiens-6

egyptiens-7

egyptiens-8

egyptiens-4

Pour finir, voila une vue d'ensemble de mes petits Egyptiens, qui un jour combattront glorieusement sur les champs de bataille DBMesques.

egyptiens-14

Repost 0
9 février 2011 3 09 /02 /février /2011 21:54

Salut à tous,

 

Sacrifice grec

 

Je vous présente dans cet article la dernière nouveauté réalisée pour mes Grecs antiques. Après avoir lu l'Iliade d'Homère, qui se passe quelques centaines d'années avant l'époque de mon armée, mais me souvenant d'un petit détail dans Hérodote, juste avant le gros de la bataille de Platée contre les Perses, je me suis dit que faire une plaquette de bagage avec des bestioles sacrifiées pourrait être pas mal.

 

En effet, les Grecs procédaient, pour s'attirer les faveurs des dieux, à des hécatombes. Littéralement, il s'agit du sacrifice de cent boeufs. Les dieux estimaient les héros, et ainsi les soutenaient, à la mesure du nombre de bêtes égorgées puis brûlées sur leurs autels. Alors bien sûr, s'il n'y avait pas cent boeufs à disposition, on pouvait en égorger moins. Ou même plus ! Ou bien encore, d'autres bêtes : moutons, agneaux, et autres bestioles de moindre coût qu'un boeuf (mais pas de femmes, utiles à d'autres fins...).

 

Cela tombe bien, j'ai en ma possession des boeufs et des moutons, achetés chez Corvus Belli. Toute mon armée (ou presque) est de chez Xyston, il faut bien faire vivre la concurrence !

Bg.animauxIl est beau mon troupeau ! Un troupal-des troupeaux.

 

Et donc, sans plus attendre, je balance des photos ! Les hommes sont des figurines Xyston bien sûr, de la référence des commandants et officiers grecs. Celui qui s'apprête à égorger la bestiole qu'il tient par une corne a subi deux légères modifications : le bras droit tenant l'épée brandie originalement vers le haut est positionné vers le bas (vers la gorge de l'animal), le bras gauche est légèrement tordu afin de mieux agripper la bête.

Bg.4

Bg.3Voila une chouette façon d'utiliser cette figurine aux bras croisées, qui ne trouvait jusqu'alors pas sa place au beau milieu des rangs des hoplites déchaînés. Je veux bien que les Perses ne soient pas très menaçants, mais de là à croiser les bras dans la mêlée, c'est un peu fort de café.

Bg.2

Bg.1

Un agneau y est également passé, comme vous pouvez le voir. C'est qu'il faut manger de tout pour avoir une alimentation équilibrée : boeuf, agneau, porc. Avec cela, mangez des frites, des flageolets, des pâtes. Sans oublier les cinq fruits et légumes. Ceci était un message du ministère chargé de l'alimentation et des petites phrases à la con. A l'époque, les gars savaient y faire pour préparer un bon repas :

sacrifice3Maintenant voila quelques images montrant la plaquette de haut. Vous y verrez que l'agneau n'a pas été tué par injection létale...

Bg.DessusBg.dessus'Ce con en a foutu partout. Cela dit, c'est hallal, certifié par l'imam d'à côté. La peinture du mouton est simpliste. Je ne me suis pas trop cassé les pieds. L'idée étant qu'il ressorte par rapport à la terre et par rapport à son sang, qui lui doit ressortir par rapport à la terre mais aussi par rapport à l'agneau, enfin bref, un vrai bordel quoi.

 

Les plus pointilleux me diront que j'ai rappelé en début d'article qu'une hécatombe parle littéralement de cent boeuf. " Hé ho ! yen a qu'un sur ta photo, sont où les zautres ?" D'abord, ne minimisez pas l'appoint de l'agnelet mort pour la France dans le coin et certifié hallal. De plus, rappelez-vous les enfants que les jeux de figurines nécessitent une capacité forte d'abstraction. Une plaquette ne représente pas les trois ou quatre figurines visibles dessus, non. Non ! Non non ! Mais elle représente plusieurs centaines d'hommes ! Cette plaquette de bagage représente donc, au grand minimum, cent boeufs et cinquante moutons ! Voir cent-cinquante boeufs ! C'est Zeus qui va être content ! Et qui m'accordera encore la victoire contre Tyty et ses Perses, à n'en point douter.


Trève de blabla, car je sens que vous perdez le fil. Mais voici les dernières photos de cette immense hécatombe, protégée par de vaillants guerriers grecs (les derniers peints en date).

Bg.Sp1Bg.Sp2C'est sur cette photo, qui grâce à son flou artistique fera un effet-boeuf,  que je vous salue bien bas.

 

Macha le Grec qui vous rend Baba.

("le Grec" a été censuré suite aux propos scandalisés d'un de nos fidèles lecteurs, qui m'a rappelé outré que j'étais un bon Français... Je présente mes excuses à nos lecteurs, car oui, j'en suis un très bon. Si si !)

Repost 0
2 février 2011 3 02 /02 /février /2011 19:54

picto-grec 1401

 

 

Loir et Cher, 21h27 et 42s...

 

Le soleil est couché depuis bien longtemps, l'atmosphère au dehors se refroidit, le feu crépite dans la cheminée et la tension monte au fur et à mesure du déploiement des factions en présence.

 

picto-grec 1363

 

A ma gauche, Macha, fier et valeureux hoplite, bien décidé à envahir le territoire des sauvages, mais non moins accueillants, Pictes, dirigés par Corybantes el Corones.

 

 

1er tour

 

Les Grecs se mettent en branle (non, ils ne jouent pas avec leur lance), timidement. « Je reste stupéfait devant l'audace spartiate » dixit le grivois chef des Pictes. Toujours de façon aussi grivoise, Corybantes fait surgir une meute de psiloi du fin fond de la forêt, apparemment pressée d'en découdre. Dans cet élan, le reste de la ligne picto-saxonne suit le mouvement, la cavalerie légère se mettant clairement au devant du corps athénien.

 

picto-grec 1372

 

 

 

2e tour

 

En réaction à la tentative de prise de flanc picte, Macha détache des psilois de son aile gauche. Sur l'autre flanc, les archers athéniens font quelque peu reculer la cavalerie légère par quelques décoches. 

 

picto-grec 1374

 

Par  la suite, Macha doit aussi réorganiser son aile droite avec ces mêmes archers, le Picte cherchant le contournement aussi sur ce flanc.

 

picto-grec 1375

picto-grec 1377

 

 

Ces quelques manœuvres sont les rares qui préfigurent d'un choc qui s'annonce aussi violent qu'inévitable. Et oui, vous l'aurez compris, quand d'un côté nous avons affaire à du hoplite testostéroné et de l'autre du barbare assoiffé de sang, la finesse en ce moment précis est sans doute une qualité dévouée à autre monde.

 

picto-grec 1381

 

« Comment faire pour ne pas mourir comme des cons ? » se questionna perplexe Macha, dubitatif à la situation inéluctable qui s'ouvrait à ses yeux.

 

« C'est nous les Saxons, poil au menton » chantonnait à présent gaiement Corybantes en avançant ses barbares aussi légèrement que leur esprit développé pouvait le leur permettre.

 

 

"Corybantes a peur d'avoir des trous dans sa ligne.» me souffla, confiant, « poil au dent », Macha sur les intentions de son adversaire. Effectivement, ce dernier était en train de réorganiser sa charioterie en arrière de la jonction warband-light horse.

 

picto-grec 1384

 

 

Alors que sur sa droite, Macha s'acharne à mettre la pression en cherchant le corps à corps face aux Lh pictes, il s'organise sur sa gauche pour encaisser l'effort combiné des psilois et Lh adverses tandis qu'il attend patiemment au centre, Ax (X) et autres Wb.

 

picto-grec 1390

picto-grec 1387

 

 

Les combats s'engagent. Après une première escarmouche ayant vu rejeter au loin un socle de Lh, un trop audacieux cavalier picte se fait prendre de flanc par des hoplites sur le qui-vive et quelque part satisfaits d'avoir enfin quelque chose à se mettre sous la dent.

 

picto-grec 1392

 

 

Malgré une situation tactique à son avantage, Macha se voit enfoncer sa ligne, quelque peu malmenée par des warbands affutés. Bilan : 4 Spartiates tombent au premier choc. Le corps est démoralisé.

 

picto-grec 1399

picto-grec 1400

 

Dans un élan de désespoir emprunt de folie, les psilois de l'aile gauche grecque se jettent sur leurs vis-à-vis. Ils ne voulaient sans doute pas être spectateurs de la fuite des Spartiates. Le phalange de ce même corps du flanc gauche reste valeureuse. Elle inflige ainsi les premières pertes à  l'armée adverse.

 

picto-grec 1403

picto-grec 1406

 

Le centre a de toute façon lachée. Les impétueux warbands saxons partent à la poursuite des Spartiates en déroute tandis que les chariots s'infiltrent dans le dispositif grec.

 

picto-grec 1408

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de figurines de Machablabla et Tyrwaz
  • Le blog de figurines de Machablabla et Tyrwaz
  • : Bienvenue sur le blog de Machablabla et Tyrwaz, figurinistes maniaques et joueurs de DBM, DBA et autres joyeusetés...
  • Contact