Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 février 2010 2 02 /02 /février /2010 23:04

  SB-Fumble-R

 

 

Fumble : terme américain désignant une perte de balle au football américain qui, bien que venant du pays de l’oncle Sam, est un sport, bien que pouvant être violent, fort intéressant. Pour preuve, dès qu’un joueur laisse tomber le ballon, tous les autres joueurs, des deux équipes confondues, se mettent à quelque peu vociférer comme des sourds : « FUMBLE ! FUMBLE ! ». Moment à partir duquel tous les protagonistes laissent tomber leur vis à vis pour se ruer sur le ballon. ¨Phase de jeu, quoique rigolote, peu s’avérer assez dangereuse…

 

Vous l’aurez donc compris, pour qu’une association porte un tel nom, c’est bien parce qu’il faut être un peu givré pour y rentrer. Euh, rassurez moi les gars, c’est bien pour ça que vous avez appelé le club Fumbles (il se peut que ce soit aussi parce que Blood Bowl est un peu à Fumbles ce que la bible est aux chrétiens) ?

 

Plus sérieusement, Fumbles est une association bellifontaine (de Fontainebleau pour les incultes…) au sein de laquelle on peut jouer à toutes sortes de jeux : jeux de plateau, jeux de cartes, jeux avec figurines, etc. On se retrouve tous les vendredis soirs pour vaquer à nos passe-temps favoris et, de temps en temps, le samedi après-midi. Bien que ne connaissant pas le nombre exact d’adhérents, chaque session voit à peu près une dizaine de personnes au moins, habitués ou personnes plus occasionnelles, se réunir. Bref, il y a toujours de quoi passer une bonne soirée à Fumbles.

 

L’ambiance y est chaleureuse, bien qu’un peu bruyante parfois : certains pensent qu’on est là pour s’amuser et n’hésite pas à rigoler à gorge déployer, quelle horreur ! Mais soyons indulgents, quand la passion du jeu vous anime, il est très dur de s’en défaire (seule une volonté à toute épreuve, comme la mienne par exemple, et une bonne cure de désintoxication à grands coups de lecture du journal officiel peuvent vous débarrasser de ce genre de pulsions animales).

 

Bon j’arrête de dire « plus sérieusement » vu qu’il semble que j’ai du mal à m’y tenir. Donc comme je disais, plus sérieusement, Fumbles est un club ne manquant pas de dynamisme et de projets. J’en veux pour preuve, entre autres, la première convention mise en place par l’assoc’ au mois d'octobre dernier : Comme sur un plateau (visez le jeu de mot, ;-) ;-). Y sont trop forts nos gars !). Convention qui a été un véritable succès et qui laisse présager du meilleur pour les suivantes (n’est-ce pas les gars ?!!).

 

img 1530

  La convention "Comme sur un plateau".

 

Entre autres, comme je disais, tournois et initiations sont régulièrement organisés ou des soirées un peu plus originales où nous sortons jouer dans des bars conviviaux, des billards, des boîtes de strip-tease. Des soirées à thèmes ne manquent pas non plus d’être organisées : soirées crêpes, galettes…

 

Tout ça pour CINQ CENT QUATRE VINGT QUINZE EUROS, seulement… Du bonheur en boîte !

 

Si après tout ce discours je ne vous ai pas fait peur (je suis un très mauvais VRP, mais la censure ne prend pas sur moi, HAHAHA !) si donc après même ce dernier esclandre vous n’avez pas fuit, c’est que Fumbles est un club fait pour vous. Quoiqu’il en soit, je crois ne pas me tromper pour parler au nom du club et vous dire que nous vous y accueillerons à bras ouverts, quelque soit l’activité que vous souhaiterez y exercer.

 

Alors peut-être à bientôt sur Fontainebleau !

Repost 0
Published by Tyty - dans Général
commenter cet article
2 février 2010 2 02 /02 /février /2010 19:08
DSC06470
Voilà ! Mon premier socle figurant de l'eau est bien avancé !
Il s'agit de l'eau dans laquelle navigue ma trière athénienne assemblée avec amour. Doucement, car c'est la première fois que je faisais ça, voila la façon dont je m'y suis pris pour décorer le carton que vous pouvez voir en photo :
  1. Un badigeonnage à la colle à bois autour du bateau (voir l'article précédent) suivi, une fois sèche, d'une première couche de peinture acrylique (la peinture utilisée pour ce socle est de l'acrylique pour beaux-arts), relativement plate. La suite m'a prouvé que cette première couche de peinture n'était peut-être pas fondamentale. Il s'agit d'un mélange de bleu de cobalt et d'ocre jaune, pour obtenir cette teinte vert-bleu qui me plait bien.
  2. Une application d'un mélange de peinture (même teinte que précédemment), de colle à bois et d'eau fait dans un fond de gobelet. Le mélange est épais mais coule quand même assez pour s'insinuer dans les petits espaces.
  3. Attente du séchage de ce mélange (je me suis un peu aidé d'un sèche-cheveux, impatient que je suis).
  4. Une fois un peu durcie (mais point trop, sinon c'est trop tard), cette pâte peut être travaillée : je me suis muni d'une pointe, et de divers instruments qui me passèrent alors sous la main (cure dent, cul de crayon,...), et ai modelé quelques bosses, quelques remous, pour simuler l'écume et le mouvement naturels de l'eau, mais aussi ceux produits dans le sillage.
  5. Cette opération est répétée autant de fois que nécessaire pour obtenir le modélage qui fonctionne visuellement (deux ou trois fois devraient aller, d'après cette première expérience).
  6. Quand tout cela est bien sec (le lendemain, pour être sûr !), on repasse une couche de la couleur de base, car le modelage esquinte la peinture, enlève même une partie de la première couche.
  7. Là on peut enrichir la couleur de base, en rajoutant des verts, des bleus. Mais surtout, on brosse du blanc pour mettre en valeur l'écume.
  8. Les zones trop blanchies sont enfin réassombries
Il faudra, après cela, penser à ajouter une ou quelques fines couches de vernis, afin de donner du brillant et de la profondeur à l'eau. Voici pour le moment quelques photos de l'état actuel de ma fière trière athénienne. Et bientôt, le vernissage !
trière1     trière2
Repost 0
1 février 2010 1 01 /02 /février /2010 18:59
DSC06463
Voila le résultat du premier travail de peinture effectué sur ma trière athénienne après l'assemblage. Pour les couleurs, je me suis largement inspiré du livre de Peter Connolly The Greek Armies (un très bon livre pour débuter dans l'histoire militaire grecque du moment que l'on lit l'Anglais, avec de très estimables illustrations). Ainsi l'on trouve sur ma trière trois niveaux de couleur bois (médiant chaud, plus clair et plus froid, proche de l'ocre), du rouge sur l'avant, évidemment du bronze pour le nez servant à éperonner les navires ennemis...

Les épibates, au nombre de cinq (en réalité environ dix, mais la réduction d'échelle entraîne une diminution du nombre de rameurs, de rames, et sans vergogne au passage du nombre d'épibates), se dirigent vers l'avant du bâteau, dans une dynamique d'assaut. Ils sont très simplement (deux couches après la sous-couche) peints, dans la même dominante de couleurs que le reste des hoplites athéniens.

Collée sur son socle de 8cm sur 4cm, conformément à la règle DBM, la trière a ensuite été enduite sur le pourtour de sa jonction avec le socle de colle à bois, comblant les vides et décalages (la miniature n'est pas ajustée au millimètre) en séchant. Il est important de préciser qu'il est bon, juste avant d'enduire le socle de colle à bois, d'ajuster l'aimant sous le carton. En effet, la colle à bois a beau être vendue comme ne se rétractant pas au séchange, elle se rétracte bel et bien. Le meilleur moyen pour que notre socle découpé avec amour ne se transforme pas en vague déferlante autour de la trière est qu'il soit fermement maintenu par son aimant à une surface métallique bien plane. Ainsi la colle séchera avec harmonie, et notre morceau de carton gardera sa planitude tant appréciée.

La prochaine étape consistera maintenant à rendre l'effet de l'eau autour du vaisseau. Une première pour moi, et j'espère, une future réussite !

DSC06458     DSC06465
Repost 0
30 janvier 2010 6 30 /01 /janvier /2010 03:06
Bonsoir à tous !

Ce soir était, comme souvent les vendredis, une soirée DBA à Fumbles ! l'association ludique de Fontainebleau. Dans le cadre du tournoi permanent , vos hôtes ont chacun livré deux parties. Tyty et ses Perses ont combattu les Lombards de Lucas. Malgré l'orientation idéale de son armée (composée de beaucoup d'archers, parfaits pour faucher tous les montés) et un bon déploiement, notre Satrape en herbe a manqué de réussite dans ses jets de commandement, et Lucas a donc réussi à tirer profit de son armée, très sale même quand le dé fait grève (un bon 2/3 de chevaliers vous plie souvent un corps à corps efficacement). Défaite de Tyrwaz.

Mes hoplites grecs ont eu plus de réussite contre Hervé et ses... Carolingiens (mais là, "seulement" six chevaliers). Un bon déploiement, une optimisation des facteurs pour limiter le choc des chevaliers dans ma phalange et hop ! Partie pliée en deux tours de corps à corps : 5 plaquettes contre 1 ! Belle victoire de mes fiers Grecs, pourtant durement traumatisés par les armées remplies de chevaliers ou d'éléphants dont les généraux vous brisent les reins juste en poussant les figurines d'un bout à l'autre de la table.

Pour finir, vos deux serviteurs se sont affrontés dans une partie qui finit de casser le moral de Tyty, et de remonter le mien. Tyty a fait la terrible erreur de diviser ses troupes légères, l'empêchant de prendre le dessus dans les bosquets, quand la phalange athénienne a toujours le dessus contre le gros de la ligne perse, ne craignant justement que les sorties impromptues de troupes embusquées sur ses flancs.

Voici donc quelques photos de cette dernière partie...
 
DSC06443     bagare1     bagare2    bagare3
Repost 0
27 janvier 2010 3 27 /01 /janvier /2010 23:07

Thrace 0005a

 

 


Il est bien connu de tous les grands archéologues que nos ancêtres se battaient à grand coups de décalcos. Nous avons donc décidé d’en équiper les boucliers de nos figurines. Et pour les avoir essayés il y a peu, on les a adoptés (vous pouvez d’ailleurs observer les boucliers de la ligne de hoplites de Mach’ du premier post, tout en décalcos !). Faut dire que ce que nous produisent les Petits Gros Hommes est tout à fait merveilleux. Un produit de qualité, relativement peu cher, facile et rapide à mettre en place. Bref, en un mot, efficace !


Les décalcos, ou comment faire de magnifiques boucliers en 1 minute. Top Chronos :

Voici comment se présente une planche de décalcos Little Big Men, après avoir été déjà prélevée de quelques décalcos :


Thrace 0007


Elle est composée d'une épaisseur cartonnée, sur laquelle repose le décalcomanie en question. Le décalcomanie étant adhésif, il est protégé par une pellicule plastique transparente (ben oui, sinon on verrait pas le décalco ! sont pas bêtes chez LBM...).

Au préalable, il convient de peindre le bouclier, ou la surface pour parler de manière générale, en blanc. Le décalco étant translucide (ainsi les parties blanches que l'on voit sur la planche sont en réalité transparentes), tout autre couleur dénaturerait le décalcos. Bien qu'il peut être une bonne idée de mettre une autre couleur pâle que le blanc pour changer la teinte du décalcos (à tester), il est carrément inutile de mettre une couleur foncé. Dans lequel cas on ne verrait tout simplement pas le motif.

Après avoir procédé au préalable et avoir découpé le décalco de son choix on se retrouve avec ceci :


Thrace 0014
Celui qui me demande quel est le bouclier du décalco sort !


Une fois vérifié que le décalco correspond bien au bouclier - à savoir que dans la planche de décalcos thraces, les formes des décalcos correspondent exactement aux différentes formes
de bouclier de chez Xyston, (car LBM crée leur planche selon différents fabriquants de figurines) donc ne pas se tromper pour éviter les redécoupages, ce qui est toujours possible - l'opération, à mon sens la plus délicate, arrive. A savoir découper correctement le décalco, voire aussi le redécouper si on veut adapter un décalco qui n'épouse pas exactement la forme du bouclier. Il est vraiment important que la forme définitive voulue soit obtenue à ce moment là. J'ai essayé de redécouper un décalco une fois posé, il m'a fallu une lame de cutter neuve et bien asserrée pour y parvenir.

Une fois tout ceci fait, on est prêt à appliquer le décalcomanie en lui-même.

Il faut tout d'abord enlever la feuille plastique protectrice. On peut voir celle-ci sur la photo reposant sur le bouclier :      


Thrace 0017-copie-1
Cliquez, vous vous ferez moins mal au yeux !



C'est à présent que le décalco va devenir dangereux, qu'il va s'accrocher à tout. Il suffit là de l'appliquer délicatement, face avec le motif sur la partie blanche du bouclier, en l'orientant du mieux possible dès l'application, vu qu'il est assez difficile de rattraper un éventuel mauvais placement par la suite. Une fois correctement placé, il suffit de bien presser le décalco sur le bouclier pour que le motif adhère. Ca donne ceci :

Thrace 0020
En zoomant, on peut très nettement voir la surépaisseur du décalco.


A présent, l'ensemble est figé. Il n'y a plus qu'à retirer la partie cartonnée. Cela se fait de façon très simple, en humidifiant allégrement le carton dans son ensemble :


Thrace 0022

Le carton bien humide, il n'y a plus qu'à le retirer et éventuellement profiter que le motif soit encore humide pour le replacer. C'est en tout cas ce que préconise de faire LBM. Mais j'ai beau eu l'humidifier, je n'ai pas pu véritablement reprendre la main sur le placement du motif. Rien ne dit aussi que je m'y prends peut être mal. Votre humble serviteur ayant bien sûr posé le motif correctement dès le début, ce n'était de toute manière pas nécessaire. Et donc... TADAM :

Thrace-0024.jpg

Mais même si c'est déjà très beau, ce n'est pas fini. Il faut encore faire disparaître le disgracieux blanc qui reste pour rendre l'ensemble homogène. Le mieux, pour ce faire, est à présent de coller le bouclier sur la figurine pour pouvoir peindre plus facilement. Il s'agit
donc simplement de prolonger les motifs ou les zones pleines avec la teinte la plus appropriée :


Thrace 0003a1



Le seul petit défaut avec cette technique, c'est la démarquation du décalcomanie qu'il est difficile de faire disparaître. Cependant, celle-ci reste assez imperceptible. Le décalco étant assez brillant,
la dernière étape consiste simplement à le vernir avec un vernis mat. Et voilà le travaille !


Thrace 0001a


Comme j'espère vous avoir permis de vous en rendre compte, ces décalcomanies sont une véritable aubaine. Je pense que même le meilleur et le plus précis des peintres à cette échelle arriverait difficilement à avoir un meilleur rendu et, surtout, aussi rapidement ! Il y a juste quelques petites précautions à prendre, mais rien d'insurmontable. Le seul et unique défaut, à  mon sens, est dans la démarcation créée par la surépaisseur du décalco. Avouez qu'on tombe là dans le chipotage...

Pour vous donner un petit avant goût d'un prochain article qui parlera des Thraces, les figurines qui, comme vous l'aurez reconnu, ont servi à l'article, voici quelques photos des deux derniers socles que j'ai presque terminés. Et si la vu d'ensemble des boucliers décalcomaniés ne vous convainct pas ben... c'est que ça ne vous convient pas !


Thrace-0012.jpgThrace 0010Thrace-0013a.jpg
Bon jeu et bonne peinture à tous !
Repost 0
25 janvier 2010 1 25 /01 /janvier /2010 21:07
ACMA Relief Lenormant
Dans cet article, je vais me pencher sur la trière athénienne du début du Vè siècle. Puis je montrerai la façon dont on peut réaliser une miniature au 1/600è, soclable sur une base de 8cm sur 4cm, utilisable à DBM.


Comme la majeure partie de mon armée grecque, la figurine utilisée viendra de chez Xyston : Greek trireme. Cela pour une bonne et simple raison : la  grande qualité de sculpture et de fabrication. Seulement, un inconvénient : la gamme Xyston couvre une période plus tardive que les guerres médiques, approximativement la fin du Vè siècle, jusqu'à l'époque hellénistique). Or, au fil du temps les façons comme les outils de faire la guerre ont évolué.

L'aspect de la ligne des rameurs thranites (les rameurs du haut, ceux que l'on voit sur le relief plus haut) notamment a changé, et une variante est apparue dans le vocabulaire même des Grecs à partir du Vè siècle : la flotte de guerre comprenait des vaisseaux aphractes et d'autres cataphractes. Les premiers avaient l'intervalle séparant l'apostis et le pont de combat ouvert (comme sur le relief Lenormant en photo plus haut), les seconds l'avaient fermé. Il le fut d'abord occasionnellement, pour protéger les marins de la houle, du mauvais temps. Puis cette fargue est devenue fixe.

Le relief Lenormant, ici en photo, a dû appartenir à un monument commémorant la victoire d'une trière dans l'une des joutes instituées par Thémistocle(1). Il est une des bases des études sur les trières athéniennes, bases à leur tour de mes modestes recherches. La trière dessus représentée est donc aphracte (on voit nettement les rameurs thranites). Et voici la trière grecque proposée par Xyston :anc10001
Elle comporte d'énorme fargues, dépassant même le pont de combat. Elle représente probablement les vaisseaux dont nous parlions précédemment, solidement et en permanence fargués. Il faudra s'en débarasser et rétablir une allure proche de ce qui devait exister lors des guerres médiques.

Xyston donne, avec cette miniature, deux mâts accompagnés de leur vergue, les voiles prenant le vent, mais aussi les voiles repliées. Dans le cadre de la bataille, comment doit-on monter les voiles ?
Selon J.Taillardat (1), la grand-voile et son mât n'étaient pas utilisés lors des batailles navales. En combat, les trières n'étaient mûe que par les avirons, et les équipements de la grand-voile étaient trop encombrants pour être emportés à bord. Ils étaient donc carrément laissés, le plus souvent, sur la côte. La petite voile, elle, était emportée lors des batailles navales. Appelée akkatéion, elle était mise au vent en cas de déroute : particulièrement utile si les avirons venaient à être brisés et que le vent devenait indispensable pour fuir.
J'ai pensé qu'il fallait que l'akkatéion soit rapidement déployable en cas d'urgence. J'ai ainsi pris le parti d'avoir un bâteau au mât avant monté, avec sa voile pliée mais en place. Quand au grand mât, je ne le monte pas du tout : il est resté sur la berge !


Maintenant vient l'heure de s'occuper de bricolage ! Voila comment j'ai ajusté la miniature Xyston pour qu'elle colle aux trières athéniennes des guerres perses.
Les fargues énormes qui reposent de part et d'autre de la trière Xyston sont fournies détachées. Entre elles, une nervure rejoint la proue et la poupe. Il m'a fallu la réduire pour placer un pont de combat adapté. Pour cela, j'ai utilisé simplement une grosse lime à métaux, puis découpé un pont de combat dans du balsa de 1mm d'épaisseur. Ce pont, d'abord de 1cm sur 4cm, et ajusté à la lime dans l'épaisseur, je lui taille un trou dans la longueur au cutter, puis le colle sur la nervure rabotée. Ses extrémités sont ensuite soigneusement ajustées pour ne pas rompre l'allure générale du vaisseau :
DSC06425Après cela, il faut rendre l'allure des compartiments des nageurs thranites telle qu'elle est sur le relief Lenormant. Pour cela, je bourre l'espace entre l'apostis et mon pont de combat tout neuf de green stuff, le lisse, puis marque une emprunte rectangulaire (bout d'une chute de balsa, simplement) à intervalles réguliers, sur toute la longeur du green stuff. J'obtiens un nombre régulier de compartiments des deux côtés, qui, à mon avis, auront un chouette aspect une fois peints. Au passage, l'avant a été travaillé (réduction de la hauteur), et l'étambot est un peu redécoupé.
DSC06424Reste à bien coller les rames, puis à peindre cette trière...

(1) J. Taillardat, "La Trière athénienne et la guerre sur mer aux Vè et IVè siècles", in Problèmes de la guerre en Grèce ancienne, sous la direction de Jean-Pierre Vernant.
Repost 0
25 janvier 2010 1 25 /01 /janvier /2010 20:33

Vous avez l’honneur et le privilège d’assister à la naissance d’un nouveau blog, notre bébé à nous (on ne dira pas qui a fait la femme…) : Les Miniatures de Macha et Tyty. Et oui, voilà un blog de plus, et je ne pense pas qu’il soit de trop, sur l’univers du jeu d’histoire avec figurines et en particulier consacré à la règle De Bellis Multitudinis, DBM pour les intimes.

 

 

Fans de cette règle, nous aurons l’opportunité d’évoquer pourquoi à de multiples occasions, nous nous rangeons délibérément au côté des fervents défenseur de DBM, à l’instar des collègues du sud des Trophées d’Auguste. Nous avons tout à fait conscience d’agir à contre courant par rapport à la tendance actuelle mais le défi ne nous effraie pas et l’humble but de se blog n’est ni plus ni moins que d’essayer de faire découvrir ou redécouvrir une règle qui est tombée en désuétude, pour de bien mauvaises raisons selon nous. Tout ceci, bien sûr, à travers la découverte de l’Histoire, par l’intermédiaires des différentes armées que nous jouons.

Car s’il y a bien là une nette différence entre le jeu historique et le jeu fantastique, c’est bien le contexte et l’univers dans lesquels chacun se déroule. Et c’est bien par amour de l’Histoire, avec un grand H, que nous trouvons le premier bien plus passionnant et enrichissant (paradoxalement ?) que le second. Nous parlons en connaissance de cause. Nous avons pratiqué les jeux de la gamme Games Workshop, notamment Warhamme Battle, pendant de nombreuses années et, personnellement, je ne suis pas prêt d’y revenir. Alors pour partager cette passion qui est la nôtre, nous ne manquerons pas d’agrémenter nos différentes contributions à ce blog par des rappels historiques, simplement pour remettre dans son contexte le monde dans lequel évolue nos chères figurines et par lesquelles nous partons sur les sentiers de l’Histoire !

Nous serons donc vos deux serviteurs, Macha, et moi-même, Tyty, pour vous proposer moults articles et conseils sur la peinture et le modélisme au 15mm, notre échelle de prédilection, des articles propres à DBM (compositions d’armées, tactiques, stratégies, etc.), sur les différents types de troupes que nous utilisons ou encore des rapports de bataille. Sans oublier des articles de fond sur des thèmes comme l’art de la guerre, appliqué ou non à DBM, ou des articles historiques. Bref, j’en oublie encore sans doute.

La tâche paraît ardue mais nous n’irons pas plus vite que la musique et nous priviligierons la régularité à la quantité, sans oublier qu’à côté il faudra bien qu’on avance dans nos peintures pour vous proposer de beaux articles. Le contenu s’étoffera donc avec le temps.

DSC06398

Voici un contingent athénien de l'ami Macha prêt à défendre chèrement sa liberté au côté de Thraces et de Théssaliens.


Nous aurons l’occasion de revenir sur bien des points évoqués mais en attendant, bonne lecture et surtout, bon jeu !

Repost 0
Published by Tyty - dans Général
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de figurines de Machablabla et Tyrwaz
  • Le blog de figurines de Machablabla et Tyrwaz
  • : Bienvenue sur le blog de Machablabla et Tyrwaz, figurinistes maniaques et joueurs de DBM, DBA et autres joyeusetés...
  • Contact